Aller à…
RSS Feed

28 novembre 2020

Une soixantaine d’Algériens détenus par le CNT


Libye,Une soixantaine d’Algériens détenus par le CNT

LA « DEMOCRATIE » EN MARCHE !!!

5 septembre à 19:50

Le Conseil national de transition (CNT) libyen, semble déterminé à exprimer l’hostilité vis-à-vis de l’Algérie et son peuple.
C’est dans ce cadre qu’est expliquée une information parvenant de sources concordantes, selon laquelle une soixantaine de ressortissants algériens établis en Libye seraient détenus par les «insurgés» libyens, en majorité à Tripoli.
Les sources ajoutent que les ressortissants en question sont détenus, pour certains parmi eux chez eux, en Libye, et d’autres dans d’autres lieux. Les «insurgés» libyens auteurs des détentions expliquent que «cette mesure est motivée par une enquête devant révéler si les ressortissants détenus n’ont pas participé aux combats aux côtés des forces de Mouammar Kadhafi».
Une accusation grotesque, ne pouvant aucunement être dénuée de manipulation puisque les populations de Tripoli et d’ailleurs où se trouvent les ressortissants algériens ont assuré aux «insurgés» que ceux-ci n’ont jamais porté les armes et étaient restés en Libye pour être aux côtés de leurs familles, établies dans ce pays. La plupart des ressortissants algériens détenus par le CNT libyen sont des pères de famille établis dans ce pays dans le cadre familial ou professionnel, explique-t-on.
Les «insurgés» libyens, eux-mêmes convaincus de l’innocence des ressortissants algériens, détenus malgré eux, pourraient trouver en cette séquestration une nouvelle forme de pression sur l’Algérie, après l’échec des accusations mensongères exprimées contre l’Etat algérien, dans l’affaire des mercenaires et autres transport d’armes et matériels militaires.
Les ressortissants algériens ne sont pas les seuls à être persécutés par les «insurgés» libyens «gonflés» par la «victoire» militaire qui leur a été offerte par l’Otan et ses bombardements, et dans laquelle ils n’ont aucun «mérite», s’en prennent également aux ressortissants d’autres pays africains, des travailleurs, en majorité, au nom de «la lute contre les mercenaires». Les ressortissants algériens et d’autres pays d’Afrique sont souvent malmenés par les «insurgés», depuis la chute de Tripoli.
Le même sort avait été réservé à 23 Ukrainiens travaillant dans le secteur pétrolier. La détention de ces 22 Ukrainiens a été annoncée hier par le porte-parole du ministère ukrainien des Affaires étrangères, avant que l’un des ressortissants ne soit libéré. La détention des ressortissants ukrainiens a été décidée par le pouvoir intérimaire libyen, les soupçonnant d’avoir combattu aux côtés des forces de Mouammar Kadhafi, comme tireurs d’élite.
Le responsable ukrainien a assuré que ses compatriotes détenus en libye sont des civils, des ingénieurs venus dans ce pays pour travailler dans l’industrie pétrolière et qu’ils n’étaient pas des tireurs d’élite.
L’Algérie avait auparavant alerté le secrétaire général des Nations unies sur les atteintes commises contre son ambassade en libye et demandé à l’instance internationale de protéger ses diplomates et ses ressortissants dans ce pays.

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,