Aller à…
RSS Feed

31 octobre 2020

L’Infofast-Food par Ahmed Halfaoui


Ahmed a raison : l’info est devenue également devenue un fast-food avec des écrits formatés et prêts à consommer, comme cette pauvre bouffe synthétisée qu’on nous sert dans tous les Mac Do. Pauvres journaleux qui ne servent plus qu’à sauver quelques apparences. je les ai vu à l’hôtel Nixos à Tripoli, s’échanger les copies que leur filaient leurs directions sous commandement de l’OTAN. Thierry Meyssan  a également témoigné de leur malhonnêteté.

Ginette

 

http://www.lesdebats.com/editions/180911/les%20debats.htm

L’infofast-food
Le cercle médiatique sur l’agression colonialiste contre la Libye a fini par être rompu, et par un titre qui pèse dans les kiosques et sur Internet. Il le sera encore plus dans les jours et les mois à venir. Quand sauteront un à un les verrous qui ont été mis pour garantir le huis clos du massacre. Sortiront alors les images les vraies, tournées à vif avec les cris et les souffrances d’un peuple qu’on ne voit encore nulle part, même après plus de 6 mois d’enfer. Sauf s’il est vraiment représenté par ces jeunes surarmés qui font le V de la victoire devant les caméras et qui tirent, en l’air ou sur un ennemi invisible, des tonnes de munitions. La première défection est le fait du Nouvel Observateur. Le journal français a décidé de ne plus jouer le jeu et de revenir vers une ligne éditoriale un peu moins alignée et pas du tout dictée, comme il nous l’apprend dans un papier qui aurait dû chambouler le paysage journalistique.

En fait, il n’y a eu que de minimes retouches, pour faire prudent et objectif et ne pas écrire ou parler sous la dictée. Le papier en question est pourtant une vraie bombe. On apprend que les reportages qui nous sont servis sont filmés par l’OTAN qui les distribue gratuitement aux télévisions et aux journaux, qui nous font croire que c’est le travail de leurs envoyés spéciaux. Le dernier produit est cette image apaisée de Tripoli qui montre que : «Le calme et les espoirs sont revenus en Libye. Les habitants le disent, ils vont de l’avant et sont très heureux». Le journal précise ceci : «Après les conflits, les morts, le manque de médicaments et d’eau, la joie ne peut être qu’au rendez-vous des images tournées par l’Alliance elle-même». Les journalistes n’ont qu’à se servir aux rayons achalandés qui s’offrent à eux. Et ils ne s’en privent pas. Il y a même des clips de promotion. Pour faire le plein, «il suffit de demander les séquences vidéos auprès du service presse de l’Otan ou de les télécharger directement sur des sites relais professionnels destinés aux journalistes et documentalistes. Des images a priori neutres, sans présence de militaires ou de porte-parole de l’Otan. «Il faut dire que l’OTAN a pensé à tout, absolument à tout, puisque les reporters se voient proposer le luxe de choisir entre deux options. Celle prête à l’emploi avec «habillage et récit de l’OTAN» et l’autre qui peut être personnalisée selon le goût de l’organe de presse qui peut insérer son logo et les commentaires de son personnel. Et puis c’est tout bénéfice.

Pour ceux qui le veulent, il n’y a pas besoin de transporter et d’entretenir sur place une coûteuse équipe. A partir de son bureau, le directeur de publication ou le rédacteur en chef se sert sans bourse délier. De toutes les façons les téléspectateurs n’y verront rien, ne soupçonneront pas le stratagème et n’iront pas se lancer dans une investigation sur l’origine des images qui leur sont proposées.

Derrière tout cela on nous parle de liberté d’expression, de liberté de la presse, de déontologie, du droit d’informer, on dénonce l’imprimatur et la censure et on nous sert tout l’argumentaire du parfait militant des droits démocratiques.
Par Ahmed Halfaoui

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,