Aller à…
RSS Feed

20 octobre 2020

Assassinat de Khadafi : la CPI profane la mémoire du guide par Allain Jules


 

Assassinat de Kadhafi : la CPI profane la mémoire du guide

Publié le16 décembre 2011

 

 

Luis Moreno-Ocampo

Ces gens se moquent vraiment de nous. Parler de mort de Mouammar Kadhafi en lui et place d’assassinat et utiliser le conditionnel pour dire que ça “pourrait constituer un crime de guerre”, d’après la déclaration, hier, du procureur de la Cour pénale internationale (CPI) en fin de mandat Luis Ocampo-Moreno, est une moquerie, une provocation, du mépris. Ces gens profanent la mémoire d’un homme, qu’ils ont voulu avec leurs affidés, faire disparaître de la mémoire collective. Quelle crédibilité peut avoir la Cour pénale internationale (CPI) ?

Mouammar Kadhafi

Le crime ignoble que la planète entière a vu devant les caméras du Globe du frère guide Mouammar Kadhafi, assassiné froidement et avec une barbarie indescriptible le 20 octobre dernier, peu après sa capture est un crime de guerre  avéré. L’avocat de Aïcha Kadhafi, Nick Kaufman, qui s’est exprimé en ces termes : “Aïcha veut savoir si le procureur Luis Moreno-Ocampo enquête sur ces meurtres, et si ce n’est pas le cas, pourquoi il ne le fait pas”, comme nous le mentionnions hier,  ICI, a été entendu par ces criminels.

Tracks backs :

Je pense que la manière dont M. Kadhafi a été tué donne naissance à des soupçons de (…) crimes de guerre.

Je pense que c est un problème très important.

Nous avons entrepris de porter cette préoccupation auprès des autorités nationales et ces dernières élaborent un plan destiné à mettre au point une stratégie globale pour enquêter sur tous ces crimes.

La dernière déclaration est un provocation. Ce procureur raciste demande à des criminels d’enquêter sur leur propre crime. Mais de qui se moque-t-il ou simplement, les “qui” protège-t-il ? Luis Moreno-Ocampo a même osé ajouter qu’il enquêtait sur des soupçons de crimes de guerre de la part des insurgés ayant renversé Mouammar Kadhafi et de la part de l’Otan, qui leur a fourni son appui. Que des mots, des bla bla. Nous voulons des faits. Laurent Gbagbo, l’ancien président ivoirien est simplement soupçonné de crime contre l’humanité mais, il est déjà à La Haye. A quand les mandats d’arrêts contre les membres de l’OTAN et ses sous-fifres du  CNT ?

Les effets d’annonce de cet homme,  Luis Moreno-Ocampo, ne sont que de la poudre aux yeux. Alors, les “qui” pourront jugés les criminels qui se pavanent en Occident en toute impunité ? La nature est déjà injuste, quant au monde, c’est pire encore…


Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,