Aller à…
RSS Feed

24 octobre 2020

LA HONTE : Un journaliste syrien dissident d’Al Jazeera à la TV Syrienne : Abdel Al-Jalil (CNT/OTAN) est « un homme respectable » par les Pacifistes de Tunis


Un journaliste syrien dissident d’Al-Jazeera à la TV syrienne : Abd Al-Jalil (CNT OTAN) est « un homme respectable »

Hier (lundi 19 décembre, 22 heures, heure locale) la chaîne syrienne Addounia recevait Samy Kleyb, le journaliste syrien dissident d’Al-Jazeera qui présentait jadis l’émission « Ziyara Khassa » (« Visite Privée »). Dans ce programme, il se rendait au domicile de personnalités célèbres : de Hasan Nasrallah au Liban à Jean Marie Le Pen en France, etc…

Etrangement, il fut présenté, non comme tel (même s’il a bien dû parler d’Al-Jazeera…) mais comme « expert en stratégie » (« khabir istratigy »).

Kleyb insistait pour ne pas devoir citer de noms et, surtout, s’efforçait de garder la hauteur et la vision apparemment si nécessaires à son nouveau titre…

Il aborda brièvement la Libye en faisant remarquer que la Ligue Arabe aurait pu au moins ne pas légitimer l’agression de l’OTAN…. Mais là s’arrêtait son analyse. Etrangement, il qualifia Moustapha Abd Al-Jalil, l’homme porté à la place de Gaddafi par le coup d’état aérien de l’OTAN, d’homme « respectable » (« insan mouhtaram »).

A quel saint se fier après tout ça ? A aucun, c’est mieux: ni sunnite, ni chiite, ni « panarabiste », ni « nassérien », ni « communiste »… ni même aux journalistes dissidents d’Al-Jazeera.

L’agression méthodique et planifiée de la Libye dans le silence assourdissant, complice et criminel, du camp dit « progressiste » (particulièrement dans le monde arabe) fut la première guerre totalitaire d’envergure de l’humanité. Les positions politiques prises par les uns et les autres à son égard, avant et pendant l’agression (non pas après) resteront le seul critère anti-impérialiste d’évaluation des vrais progressistes.

Par exemple, des personnalités aussi « intellectuellement » « prestigieuses » qu’Ignacio Ramonet (et le personnel du journal Le Monde Diplomatique – dont le directeur actuel Serge Halimi est notamment l’auteur d’un livre intitulé « Les Nouveaux Chiens de Garde » à propos des médias eux-mêmes…), Gilbert Achkar, Alba Rico, Immanuel Wallerstein, sont discrédités à jamais devant l’Histoire [2]. Le premier, notamment, après avoir systématiquement émaillé ses éditoriaux du mot « dictateur » ou « tyran »[3], a jugé, comme expert de la « mondialisation »,  la guerre contre la Libye « désirable ».

 

[1] Télévision syrienne Addounia TV (via Nilesat)

http://addounia.tv

[2] Toni SOLO. Libya: Illustrious corpses—the truth is always revolutionary. September 28, 2011

http://www.mathaba.net/news/?x=628836

« This is an absolute must-read analysis: one of the best reads in a long time — this correctly throws light on the blatant exposure of the numerous layers of gate-keepers from so many areas of life: media such as The Guardian and the New York Times to organizations such as Amnesty International and the United Nations, as well as journalists, intellectuals and activists… »

http://www.mathaba.net/news/?x=628836

[3] Combien restent encore dupes de ces méthodes crasseuses de publicistes au service de l’OTAN ? NATO Media Advisory.

http://humanrightsinvestigations.org/2011/09/07/nato-media-advisory/

 

 

 

Les Pacifistes de Tunis, du cœur de la tempête…

http://tinyurl.com/5v9h9lr

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,