Aller à…
RSS Feed

24 novembre 2020

Une guerre sans fin de l’Occident sur l’humanité: après la Libye – la Syrie, l’Iran


 

Une guerre sans fin de l’Occident sur l’humanité: après la Libye – la Syrie, l’IranCet article a été écrit en Janvier par le Nicaragua à base de tortillas Con Sal Solo éditeur de Toni. Il est peut-être l’une des analyses les plus complètes de la langue anglaise qui couvre le contexte historique du courant impérialiste d’agression contre la Syrie et l’Iran, les étapes (y compris la fabrication du consentement du public) qui conduisent à des guerres de l’ouest, les leçons à tirer de la guerre à la Libye, l’échec de la communauté internationale «de gauche» dans la mobilisation de la solidarité pour les victimes de ces guerres et les implications des événements récents sur l’ensemble du « développement » du monde, avec un accent particulier sur l’Amérique latine progressive. – Lizzie Phelan

Par Toni Solo

Source: http://www.tortillaconsal.com/

Après la Libye, les oligarchies riches d’Europe et d’Amérique du Nord continuent leur vieille de plusieurs siècles de guerre sur l’humanité, maintenant attaquer la Syrie et l’Iran. Eux et leurs alliés régionaux ne voudront jamais concéder une part équitable des ressources économiques du monde à la majorité appauvrie mondiale. La conséquence inévitable de cette réalité stratégique au niveau mondial est une agression sans fin par les pays de l’OTAN et leurs alliés contre un gouvernement étranger ou un mouvement politique qui résiste à leur volonté.

L’expérience de la Libye démontre que lorsque les conditions le permettent, les oligarchies anti-démocratiques occidentaux voudront toujours détruire des pays indépendants dont les gouvernements essaient de compromettre ou de négocier. Comme la Libye, l’Iran et la Syrie ont une longue expérience historique de la perfidie impérialiste par les grandes puissances occidentales impériales, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France. Donc, ces pays ont peu de chances de céder aux demandes des pays de l’OTAN.

Les Iraniens ont repris le contrôle de leur pays après leur révolution islamique en 1979. En Syrie, que le nationalisme farouche a pris une forme laïque sous un gouvernement socialiste. L’Iran et la Syrie ont tous deux cherché à promouvoir un développement économique fort complexe, tout en gérant la diversité religieuse, culturelle et ethnique.

Syrie – le contexte historique

La Syrie, maintenant avec une population de plus de 23 millions d’euros, est devenu indépendant de la France en 1946. Les deux premières décennies de l’indépendance de la nouvelle république ont été marquées par une succession de gouvernements instables. Une union politique expérimentale avec l’Egypte dans les années 1950 ont échoué. En fin de compte, le socialiste du parti Baas a pris le pouvoir en 1963. Plus tard, en 1970, Hafez al Assad est devenu président, après une lutte de pouvoir interne au sein du gouvernement.

Sous le gouvernement de Hafez al Assad, la Syrie a renforcé sa transformation par une forte croissance économique basée essentiellement sur l’agriculture et de l’huile. Après 2000, lorsque son fils Bachar al-Assad, est devenu président, la Syrie a continué à soutenir la forte performance économique. Mais les récentes tentatives pour mettre en œuvre des réformes libérales en réponse à la fois critiques de l’opposition interne et la pression étrangère ont eu un succès limité. Les Etats-Unis et ses alliés ont cherché à exploiter activement les opportunités créées par les tentatives mêmes du gouvernement syrien à la réforme.

La Syrie a été constamment menacé par l’agression militaire sioniste depuis qu’Israël a été fondé en 1948 et a subi les frappes aériennes d’Israël à divers moments au cours de la dernière décennie. L’invasion israélienne et l’occupation du Liban voisin en 1982, sérieusement menacé les intérêts de la Syrie. Le gouvernement syrien contré par une intervention militaire de son propre. L’occupation israélienne du sud du Liban ne se termina qu’en 2000, après des décennies de résistance acharnée en grande partie organisée par le Hezbollah le mouvement politico-militaire islamique. Le Hezbollah est un allié clé à la fois de la Syrie et d’Iran.

Parallèlement à la menace posée par l’occupation israélienne du Liban, la Syrie a également été constamment menacée par l’occupation continue d’Israël du plateau du Golan, un territoire syrien capturé par Israël en 1967 et détenu illégalement depuis. Cette occupation a été condamné à l’ONU la Résolution 497, l’une des nombreuses résolutions de l’ONU avec mépris violé par le gouvernement sioniste d’Israël sous la protection de ses principaux alliés militaires, les États-Unis, la France et la Grande-Bretagne. À toutes fins pratiques, Israël a longtemps été un membre de facto de l’OTAN. C’est dans ce contexte historique que la Syrie a maintenu une présence militaire importante au Liban jusqu’en 2005.

En Février de cette année, une voiture piégée a été utilisée pour assassiner conduisant politique libanais Rafic Hariri, un critique a noté de la Syrie. Les puissances occidentales sur le Conseil de sécurité a poussé pour un Tribunal spécial pour enquêter sur les assassiner. L’assassinat de Hariri a été exploitée par les alliés pays de l’OTAN politiques au Liban et dans la région à l’extraction de la force de la Syrie du Liban. Depuis lors, les pays de l’OTAN et leurs alliés régionaux, y compris l’Arabie Saoudite et ses collègues monarchies féodales dans les Etats du Golfe, ont utilisé le Tribunal spécial des Nations Unies pour intimider et menacer la Syrie et ses alliés régionaux, principalement le Hezbollah au Liban.

Le Tribunal spécial de l’ONU, après avoir initialement nivellement soupçons contre la Syrie, a récemment changé son objectif au Hezbollah cible. Il n’a jamais considéré comme une preuve très grave qui suggère de manière plausible l’implication israélienne dans assassiner Hariri. Ce comportement par le Tribunal spécial de l’ONU sur le Liban en parallèle de très près ce qui s’est passé avec la manipulation malhonnête politiquement motivée de l’enquête Lockerbie attentat à la bombe dans le cas de la Libye.

Contrairement à la Libye, mais comme l’Iran, la Syrie a trouvé assez fort du soutien diplomatique de la Russie et la Chine, ainsi que de pays latino-américains, y compris, le Brésil, Cuba, le Nicaragua et le Venezuela. Alors que les pays de l’OTAN et leurs alliés d’appliquer des sanctions, la Russie a récemment signé des contrats d’armement avec la Syrie dans un signe clair pratique qu’il rejette la politique de pays de l’OTAN envers ses alliés régionaux, la Syrie et l’Iran. Les diplomates russes ont publiquement condamné comme contre-les sanctions appliquées à la Syrie.

Position de la Chine est moins claire, étant donné sa forte dépendance sur l’approvisionnement pétrolier fiables. Persistante des États-Unis et les provocations des pays alliés peuvent conduire l’Iran à user de représailles contre des sanctions en fermant le détroit d’importance stratégique d’Ormuz. De cette façon, les puissances de l’OTAN de créer l’incertitude au sujet de la sécurité de l’approvisionnement en pétrole de la Chine et la stabilité du prix du pétrole sur les marchés internationaux. Qu’est-ce qui se passe dans la Syrie est directement pertinent en termes de comment il peut influer sur la politique de l’Iran.

La récente visite du Premier ministre chinois Wen Jiabao à l’Arabie Saoudite, le Qatar y les Emirats Arabes Unis a été directement liée à ce dilemme. De toute évidence, ce sont les puissances de l’OTAN et ces alliés locaux de l’OTAN qui sont provoquant une grave instabilité dans les marchés internationaux du pétrole. Cette instabilité pourrait bien faire mal aux États-Unis et en Europe autant que leurs rivaux asiatiques, si l’Iran lui-même des mesures de rétorsion économique.

Voisin musulman de la Syrie, la Turquie, a joué un jeu plus complexe doubler au cours des années que féodaux de la région tyrannies arabes antagonistes socialiste Syrie. Il a tenté d’équilibrer ses intérêts régionaux comme une grande puissance musulmane d’Asie centrale par rapport à ses aspirations de longue date à se joindre l’Union européenne et son statut en tant que membre de l’OTAN. Depuis quelques années, avant la guerre contre la Libye, la Turquie semble être intéressé à développer une relation stratégique avec la Syrie et l’Iran.

Le conflit israélo 2010 attaque contre le navire Mavi Marmara transportant des militants pacifistes en Palestine semblait à exacerber les différences de la Turquie avec ses partenaires de l’OTAN. Mais au cours de la crise actuelle en Syrie, la Turquie a soutenu de façon décisive l’agression de l’OTAN contre son voisin. Le gouvernement du Premier ministre Erdogan a permis la création de groupes terroristes qui attaquent la Syrie à partir du territoire turc.

Le gouvernement turc a également préconisé et mis en œuvre des sanctions contre la Syrie dommageables et de ses habitants dans le cadre de la campagne de plus en plus sinistre pour faire baisser le Baas syrien parti du gouvernement dirigé par Bachar al Assad. Mais la Turquie a également un vif intérêt dans une relation stable avec l’Iran. Ses intérêts régionaux complexes peuvent finalement forcer le Premier ministre Erdogan à modérer la politique actuelle de la Turquie à la Syrie.

La crise syrienne maintenant

Troubles ont commencé en Syrie en Janvier 2011 dans le cadre d’une tentative à l’échelle régionale par les puissances de l’OTAN et leurs alliés locaux à exploiter la pression populaire pour un changement politique. En Mars de cette même année, les événements dans la ville de Deraa provoqué allégations douteuses des forces gouvernementales de tir sur des manifestants non armés, tout comme cela s’est produit en Libye. Les terroristes encouragés, formés et équipés par l’Arabie saoudite et ses alliés comme le Qatar et protégé par la Turquie, ont attaqué les forces de sécurité gouvernementales dans Baniyas, Homs, Hama et, entre autres villes.

Mais le soutien populaire pour le gouvernement syrien et pour le président Assad reste plus de 50% en dépit d’une campagne de désinformation internationale massive menée par les médias des pays de l’OTAN d’entreprise et organisation des droits humains. Les puissances de l’OTAN et leurs alliés régionaux ont longtemps cherché à déstabiliser la Syrie du gouvernement socialiste indépendant. Le motif de leur intervention est similaire à celle utilisée pour détruire la Libye. Ils ont encouragé, formé et fourni des groupes subversifs terroristes, en utilisant une approche globale psy-guerre campagne à la fois cacher et à justifier la mesure de leur intervention agressive.

Secrétaire général, Ban Ki-moon a de nouveau démontré hors de tout doute qu’il est un serviteur abjecte des États-Unis et ses alliés. Il a traîné son bureau et l’ONU elle-même en profondeur dans le discrédit comme un outil flagrante de l’intervention coloniale dans le monde entier au service de l’Ouest élites corporatives. En vertu de Ban Ki Moon, l’organisation des Nations Unies est actuellement violé sa propre Charte, comme ce fut le en Libye, en travaillant en complicité avec l’OTAN et la Ligue arabe, dominée par l’Arabie saoudite, afin de garantir les conditions nécessaires à une agression militaire contre la Syrie, peut-être amené par la Turquie.

La répression impériale

La crise en Syrie résulte principalement non pas d’appels populaires pour la réforme, mais de la pression étrangère et d’intervention. Les techniques utilisées contre la Syrie par les puissances occidentales et leurs alliés régionaux sont loin d’être nouvelle. Ils ont été utilisés au cours des cinquante dernières années de brutaliser et de déshumaniser les Palestiniens, à diaboliser Cuba et la Corée du Nord et de justifier un programme interminable d’agression partout dans le monde.

Maintenant, les puissances de l’OTAN, avec leur longue histoire et honteux de la conquête coloniale, ont mis à jour et affinée trousse d’outils qui de la répression impériale. Avant la Syrie, ils l’ont utilisé contre l’Irak, l’Afghanistan, la Somalie, le Soudan, Haïti, Honduras, Côte-d’Ivoire et, plus récemment, la Libye. La campagne commence toujours par la guerre psychologique approfondie par la machinerie de l’Ouest des grands médias et les organisations non gouvernementales pour justifier les mesures gouvernementales d’agression contre le pays cible.

La guerre de propagande se compose toujours d’accusations exagérées et déformées de violations des droits de l’homme, la corruption et le manque de démocratie. Ces accusations habituellement grimper à comprendre les revendications que le gouvernement du pays cible provoque une déstabilisation régionale. Lorsque les conditions préparé par le présent permis guerre psychologique, l’agression se déplace dans la sphère économique avec des appels à des sanctions, que ce soit légal ou illégal.

Après cette phase de la guerre économique, la prochaine étape est l’une des subversion armée à travers les proxies locaux. La perte de la vie provoquée par cette subversion terroriste peut ensuite être utilisé pour activer des mesures par le biais du système juridique international, si possible par l’intermédiaire de la Cour pénale internationale, à l’évidence un outil de l’impérialisme occidental. Tout ce processus prépare la voie à une intervention militaire pure et simple, a proposé de préférence au Conseil sécurité de l’ONU par un organisme régional dominé par les alliés occidentaux.

La Ligue arabe a servi à cette fin contre la Libye et est actuellement utilisé dans les efforts déployés par les pays de l’OTAN visant à détruire la Syrie. Il sera presque certainement être utilisé pour achever les préparatifs de l’agression contre l’Iran développer. Mais l’Iran est une cible beaucoup plus complexe que la Syrie parce qu’il est l’un des plus grands pays du monde à la fois dans l’extension territoriale et avec une population de plus de 70 millions d’euros.

Iran

Histoire de l’Iran dans le siècle dernier, commun à la plupart de la région, a été l’un de l’oppression coloniale et l’exploitation étrangère. Après le coup d’Etat anti-démocratique en 1953, le pays a connu plus de 25 ans de dépendance néocoloniale, encouragé par la dictature de Mohammed Reza Pahlavi. Pahlavi était un allié inconditionnel de l’OTAN des pays dans le moule des dictateurs comme le dictateur Anastasio Somoza, Sese Mobutu ou Ferdinand Marcos. Le président du Nicaragua Daniel Ortega se réfère souvent à des révolutions de 1979 jumeaux de rappeler que tant le iranien et les peuples du Nicaragua libéré leur pays de la dictature cruelle de cette même année.

Après la Révolution islamique en Iran, les puissances de l’OTAN soutenu la guerre à long-président irakien Saddam Hussein contre l’Iran qui a duré de 1980 à 1988. Il est souvent oublié que la Syrie a été l’un des seuls pays arabes à soutenir l’Iran pendant la guerre. Alliés régionaux de l’OTAN, Israël, l’Arabie saoudite et les tyrannies du Golfe, l’Iran tout la peur, car il a un puissant gouvernement s’est engagé à changement régionale basée sur les idéaux de la révolution islamique propre.

Malgré la modération de l’Iran de sa politique régionale révolutionnaire après la guerre avec l’Irak, elle défend sa souveraineté sans compromis. La politique cynique étrangère des pays de l’OTAN vers l’Iran est passé par différentes phases de l’hébergement, l’opportunisme mal à l’aise et à l’hostilité culminant dans la phase actuelle de l’agression pure et simple juste en deçà d’un conflit armé. Les Etats-Unis en particulier a exploité le développement de l’Iran de l’énergie nucléaire comme une cause de guerre.

L’Iran a cherché à développer l’énergie nucléaire depuis les années 1950. Mais les Etats-Unis et Israël ont commencé à exploiter le programme iranien d’énergie nucléaire comme prétexte pour des sanctions agressives en 2003, la même année que les puissances de l’OTAN et leurs alliés ont envahi l’Irak sous le prétexte fallacieux qu’ils craignaient des armes de destruction massive irakiennes. Les Etats-Unis et ses alliés ont toujours exploité l’ONU Autorité internationale de l’énergie atomique politiquement contre l’Iran, en utilisant ses procédures afin de créer des prétextes pour l’agression économique et militaire.

Le courant de l’AIEA Directeur général est Yukiya Amano, considéré comme encore plus sensibles à la pression des gouvernements des pays de l’OTAN que son prédécesseur Mohamed Baradei al. Façons possibles d’attaquer le programme nucléaire de l’Iran sont discutés ouvertement dans les médias occidentaux d’entreprise dans le cadre de la guerre psychologique contre l’Iran constante. Les attaques armées ont inclus assassinats terroristes de scientifiques nucléaires iraniens ainsi que d’autres attaques terroristes animées par l’OTAN de facto membre d’Israël.

L’hypocrisie notoire extrême des gouvernements des pays de l’OTAN est a atteint les extrêmes sans précédent dans le cas de l’Iran. Les puissances de l’OTAN de protéger Israël illégale programme d’armes nucléaires, mais attaquer l’Iran pour développer l’énergie nucléaire pacifique. Eux et leurs alliés mener flagrante guerre terroriste contre l’Iran en utilisant des organisations terroristes, ils se condamnent comme le Khalq Moudjahidine-e, tout comme ils ont utilisé Al-Qaïda au Liban, la Libye et la Syrie aujourd’hui.

De même, les États-Unis et Israël ont utilisé leur très développé une cyber-guerre la capacité de saboter l’industrie de l’Iran et la capacité de recherche, en utilisant le logiciel malveillant ver Stuxnet à endommager les systèmes informatiques iraniens. Ce modèle de la guerre psychologique, des prétextes faux pour l’agression, des sanctions économiques et le terrorisme pur et simple est utilisée contre tous les gouvernements visés par les élites pays de l’OTAN d’entreprise et de leurs alliés. Dans les années 1930, un comportement similaire par l’Allemagne et l’Italie a été appelé par son vrai nom – le fascisme.

Cependant, l’Iran jouit de nombreux avantages sur la Syrie en termes de sa capacité à se défendre. La plus évidente de ces avantages est sa taille, tant en termes de son territoire et sa population. C’est le rôle en tant que fournisseur international majeur de pétrole et de gaz vers la Chine et de nombreux autres pays, complique les plans des pays de l’OTAN pour une attaque militaire. Plus de 30% des livraisons de pétrole internationales passent par le détroit d’Ormuz, contrôlé par l’Iran. La géographie de l’Iran travaille également en sa faveur parce que, encore une fois, l’étroite détroit d’Hormuz est un piège potentiellement dangereux pour les forces navales de l’OTAN attaquent.

La technologie des missiles de l’Iran et de la capacité est formidable. Sa maîtrise de la guerre électronique était évidente dans la guerre de 2006 entre Israël et le Liban. Là, le Hezbollah allié de l’Iran effectivement neutralisé israélienne de guerre électronique et surveillé en permanence les communications militaires israéliennes. Pour toutes ces raisons, toute attaque contre l’Iran sera certainement beaucoup plus complexe dans sa planification et l’exécution et beaucoup plus coûteuse en termes financiers et en termes de victimes pour les agresseurs que les guerres contre l’Afghanistan, l’Irak ou la Libye.

En outre, plusieurs pays puissants rejetons fermement les préparations claires de l’OTAN pour une agression militaire. Parmi ces pays, la Russie et la Chine sont les plus franches, mais le Brésil et l’Inde ont eux aussi exprimé leur rejet d’une agression armée. Tous ces pays, en particulier la Russie et la Chine comprends très bien que l’agression contre la Syrie et l’Iran est de savoir comment les puissances occidentales de l’Amérique du Nord et en Europe espère d’arrêter leur déclin relatif de la puissance et l’influence mondiales, en particulier en ce qui concerne l’Asie.

Pour sa part, l’Inde a une relation commerciale très forte avec l’Iran qui fournit environ 14% de l’Inde les besoins actuels du pétrole au total. L’Inde est également en partenariat Iran dans un projet de gazoduc transportant le gaz iranien majeur dans la mesure où le Pakistan. Bien qu’elle ait récemment respecté à la pression des États-Unis de voter contre l’Iran à l’Autorité de l’énergie atomique international sur la question du programme nucléaire de l’Iran, l’Inde soutient le droit de l’Iran à développer l’énergie nucléaire.

L’Inde ne serait pas susceptible de prendre parti dans un conflit potentiel armé entre l’Iran et les pays de l’OTAN et leurs alliés locaux. De même, le Brésil a fortement soutenu le droit de l’Iran à développer l’énergie nucléaire et Dilma Rousseff est susceptible de maintenir cette position. Dans une tournure intéressante récente à des complications régionales, la Turquie a refusé de soutenir de nouvelles sanctions contre l’Iran pays de l’OTAN non autorisée par l’ONU.

Ceci est une confirmation emphatique que l’Iran est loin d’être le paria isolé caricature présentée dans les médias occidentaux de l’entreprise. Il est facile d’oublier que l’Iran est un candidat probable pour adhérer à l’Organisation de coopération de Shanghai. L’Iran est engagé dans les grands projets de construction de chemin de fer avec SCO membres Turkménistan et le Kazakhstan.

L’OCS est composée de la Chine, la Russie, le Kazakhstan, le Kirghizistan, le Tadjikistan et l’Ouzbékistan, pays comprenant près d’un quart de la population totale du monde. Toute attaque contre l’Iran, un grand pouvoir d’influence régionale, aura des effets extrêmement volatiles et imprévisibles sur l’économie mondiale et des répercussions dévastatrices dans la région. Cette réalité peut très bien conduire les esprits plus sobres dans les pays de l’OTAN à résister à la pression de ses alliés locaux comme Israël et l’Arabie saoudite à déclencher une attaque militaire contre l’Iran

Leçons tirées de la Libye

Pour leur part, l’Iran et la Syrie pourrait bien être en regrettant le soutien qu’ils ont accordé à l’OTAN contre-révolutionnaire de putsch et de la guerre d’agression coloniale en Libye. Régime de l’OTAN marionnettes NTC en Libye remboursé Iran et la Syrie par la fermeture de l’ambassade à Tripoli gouvernement syrien et la reconnaissance de SNC Syrie propre opposition comme gouvernement légitime de la Syrie. CEPRID Alberto Cruz a noté que des forces spéciales britanniques se vantent même sur leur site web qu’ils ont armé et entraîné des combattants d’Al-Qaïda libyens sur le territoire turc pour attaquer le peuple syrien.

L’expérience récente de la Libye a renforcé la leçon de longue date que les oligarques en Amérique du Nord et européenne sera toujours détruire les pays indépendants qui résistent à leur volonté. La guerre de Libye a également démontré que, paradoxalement, l’Iran partage l’abandon des puissances de l’OTAN des principes de base de l’ONU de non-agression et d’auto-détermination des peuples. Cet abandon a permis d’appliquer le principe fallacieux de mal conçue de la responsabilité de protéger.

Il a mené directement à la destruction de la Libye, l’agression en cours contre la Syrie et l’agression militaire contre l’Iran développer. Comme la Russie et la Chine, l’Iran est maintenant en partie la souffrance des retombées de son soutien à la destruction de la Libye. Il est juste d’affirmer que si la Russie, la Chine et l’Iran avait défendu le principe de non-agression dans le cas de la Libye, les puissances de l’OTAN n’aurait jamais été en mesure de déstabiliser la Syrie si facilement.

Incapacité de l’Iran à défendre les principes fondateurs de l’ONU a été compensée par l’effondrement complet de ce qui est communément appelé la gauche internationale. Avec quelques rares exceptions près, radicale, progressive, anarchiste et socialiste opinion soit ouvertement soutenu la guerre coloniale de l’OTAN sur la Libye ou se lavaient les mains de celui-ci. Personnalités aussi diverses que Noam Chomsky, Ignacio Ramonet, Gilbert Achcar, Ramsy Baroud et Al Giordano, parmi beaucoup d’autres, a soutenu le prétexte pour la guerre contre le gouvernement libyen, même si elle a clairement bénéficié d’un soutien majoritaire dans le pays.

L’échec de la gauche internationale était double, à la fois morale et intellectuelle. L’échec intellectuelle était l’un des Garbage In Garbage Out-. Dans leurs différentes manières, Chomsky, Ramonet, Giordano et le reste ont en grande partie fait leur réputation en critiquant les mécanismes qui créent l’opinion majoritaire. Sur la Libye, ils accepté sans broncher l’information produite en harmonie totale avec le style et le contenu des principaux instruments internationaux des entreprises psy-guerre points de vente.

Cette inauthenticité profonde intellectuelle a été compensée par la gauche extrême internationale effondrement moral de ne pas défendre la Libye et son peuple contre l’agression militaire coloniale vicieux. En général, la communauté internationale à gauche a adopté une série de positions néo-colonialistes. Ces positions ont tous partagé l’hypothèse néo-colonial que leur propre culture et leurs propres sociétés offert de meilleurs modèles pour les personnes en Libye que le système le plus Libyens pris en charge et où ils avaient travaillé pour eux-mêmes.

Aucun effort sérieux n’a été fait pour appuyer les négociations pacifiques tel que proposé par l’Union africaine et les pays de l’ALBA. En Amérique du Nord, le soutien de la gauche noir pour le gouvernement libyen a été ignorée. En Europe, prestigieux gauche médias comme l’opinion Rebelión censuré argumentant contre la Jamahiriya CNT contre-révolutionnaire putsch.

La diabolisation de Mouammar Kadhafi et de la censure par omission sur la gauche ne se distingue pas de celle des médias corporatifs. La solidarité Les personnes déclarant avec le gouvernement libyen et de ses habitants a été barbouillé en soutenant la dictature. La Libye a démontré que la fonction systémique de la classe intellectuelle de gestion de la gauche internationale est de camoufler leur logement, la complicité et la légitimation ultime du système même qu’ils rejettent ostensiblement.

Ils ont accepté de fausses informations totalement en accord avec la propagande impérialiste. Ils ont collaboré à l’abandon des principes fondateurs de l’ONU. Ils ont effectivement accepté l’introduction du principe agressive impérialiste de responsabilité de protéger. Arguments sur la conquête de l’OTAN de la Libye a démontré que dans l’Amérique du Nord et en Europe. la gauche internationale est essentiellement une agglomération de fictions plus ou moins d’efficacité et de pertinence.

L’utilité des fictions véhiculées par les réseaux autour d’individus comme Ramonet, Chomsky et le reste, c’est qu’ils servent d’intermédiaires avec les réseaux progressistes libéraux fidèles au capitalisme d’entreprise et avec les centres du pouvoir impérial lui-même. Mesurée par leur capacité à atteindre un pouvoir politique considérable, les variétés nord-américaines et européennes de fictions de gauche ont vécu un échec depuis des décennies. Leur effondrement moral et intellectuel sur la Libye aurait dû venir en tant qu’aucune surprise.

Quel a été et reste si frappante est l’ampleur de l’identification de la gauche internationale avec la fausse rhétorique des structures mêmes qu’ils prétendent critiquer. Pour les personnes au Nicaragua, qui va un long chemin à expliquer la reconnaissance réticente de la forte progression au nom de la majorité pauvre réalisés dans le cadre le gouvernement du président Daniel Ortega. Comme la Libye, le Nicaragua a aussi été la victime des préjugés de classe / culturelle de la gauche néo-coloniale internacional.

Implications pour l’Amérique latine

Ces préjugés ont rendu impossible pour la plupart de ce qui passe pour la gauche en Amérique du Nord et en Europe pour refaire eux-mêmes de façon suffisamment convaincante pour gagner un soutien majoritaire malgré la crise économique chronique dans leurs pays. Crise systémique de l’Occident menace la capacité future des États-Unis et ses alliés de projeter leur puissance au niveau mondial et de mettre un frein à leur déclin relatif contre les pays asiatiques comme la Chine et l’Inde. C’est pourquoi l’OTAN et ses alliés ont détruit la Libye et  menacent maintenant la Syrie et l’Iran.

Un tel contexte international volatile présente d’énormes défis aux peuples d’Amérique latine et à leurs dirigeants. Il démontre la sagesse et la perspicacité tactique stratégique de la direction politique des pays de l’ALBA à développer rapidement la solidarité en matière de commerce et de coopération au développement et au renforcement à long terme l’intégration régionale. De toute évidence, l’Amérique centrale et les Caraïbes sont des cibles vulnérables de la future agression des États-Unis.

Les Etats-Unis et leurs alliés ont appuyé les coups d’Etat réussis en Haïti et le Honduras et étaient actifs dans les tentatives de coups au Venezuela, la Bolivie et l’Équateur. Ils peuvent bien ne pas renverser le gouvernement en Syrie et de décider que les chances sont contre eux dans le cas d’une attaque militaire contre l’Iran. Qu’ils aillent ou non attaquer l’Iran, les Etats-Unis et leurs alliés européens sont très susceptibles d’aiguiser leur attitude agressive contre les gouvernements indépendants en Amérique latine.

http://www.lizzie-phelan.blogspot.com.au/

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,