Aller à…
RSS Feed

16 octobre 2019

En Afrique du sud, des affiches géantes pour dénoncer la colonisation de la Palestine


Vendredi 2 novembre 2012

En Afrique du sud, des affiches géantes pour dénoncer la colonisation de la Palestine

Par Fatima Asmal-Motala (revue de presse : Mail & Guardian – Afrique du sud – 19/25 octobre 2012)

Un homme d’affaires sud-africain a financé à hauteur de 350 000 rands (soit 35 000 euros) l’apposition de douze affiches géantes à travers l’Afrique du sud pour dénoncer la colonisation de la Palestine par Israël.

Mbuyisen Ndlozi, membre de Boycott, Divestissement and Sanction Movement , organisateur avec le Palestine Solidarity Alliance, de la campagne d’affichage, a déclaré au Mail & Guardian que l’homme d’affaires qui désire garder l’anonymat, s’est inspiré d’une campagne semblable aux Etats-Unis. En début d’année, l’Américain Henry Clifford a dépensé plus de 25 000 dollars pour apposer dans les stations de métro new-yorkais des affiches expliquant la colonisation. Son initiative a déclenché une polémique.

Trois placards géants ont été placés à Benoni (banlieue de Johannesburg) et à Pretoria et les neuf restants seront érigés entre Gauteng (Johannesburg), le Limpopo, le Kwa-Zulu Natal (Durban) et le Western Cape (Le Cap). Depuis le moment où ils ont été mis en place, de nombreux courriels et appels ont été reçus par les organisateurs pour demander plus d’information ou pour participer. « La campagne s’annonce un véritable succès, aussi nous pensons multiplier les placards ».  Leur emplacement a donné lieu à réflexion comme ils « ne doivent pas prêcher les convertis… Par exemple, ils seront mis là où il y a beaucoup de passage comme par exemple devant l’université de Pretoria ou dans les stations de Gautrain, où de jeunes professionnels et des voyageurs passent.

Des affiches présentent une série de cartes montrant le rétrécissement du territoire de la Palestine à la suite de l’extension de la colonisation israélienne. La légende « Perte de territoire de la Palestine entre 1946 et 2010 » est inscrite en grands caractères sous la carte ; avec le message suivant « 4,7 millions de Palestiniens sont répertoriés comme réfugiés par les Nations unies »

Sur une autre affiche, on peut lire : « L’occupation israélienne est illégale en vertu du droit international ».

Devoir sacré de solidarité

Mbuyisen Ndlozi précise : «Les placards publicitaires informent l’homme de la rue sur l’expropriation et la dépossession des Palestiniens de leur terre, de manière graphique… Le choix de montrer à l’aide de graphiques comment les Palestiniens ont été relégués par la colonisation israélienne dans des enclaves de plus en plus petites est délibéré parce que les cartes sont – où devraient être – le moyen le moins controversé pour faire passer notre message. Elles parlent d’elles-mêmes ».

Cependant, la Fédération sioniste d’Afrique du sud, par l’intermédiaire de son porte-parole Ben Swartz, s’est insurgée disant que cette campagne montre que, pour les organisateurs,  « il n’y a pas de place pour Israël dans ce monde ». « Leur message montre à l’évidence », dit-il, «  qu’ils ne croient pas à la solution de deux Etats. Il est en parfaite adéquation avec le mode de pensée des régimes et pays  anti-israéliens à travers le monde ».

« Le public, cible incontesté de cette campagne publicitaire, doit prendre conscience qu’il est soumis à une conception extrémiste et radicale du conflit israélo- palestinien. Malheureusement, des messages et des positions aussi intransigeantes ne feront qu’envenimer le conflit en éloignant les parties au lieu de les rapprocher…».

Mais l’ancien ministre des services secrets sud-africain, Ronnie Kasril, connu pour ses critiques envers Israël, apprécie la campagne : « Cela manifeste notre solidarité avec la Palestine. C’est un message qui doit atteindre notre peuple. C’est notre devoir sacré de projeter ce sentiment ».

Traduction : Xavière Jardez  – Titre et intertitre : AFI-Flash.

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,