Aller à…
RSS Feed

3 décembre 2020

Voilà pourquoi la France tenait tant à la « libération » de la Libye


Voilà pourquoi la France tenait tant à la « libération » de la Libye

Voilà pourquoi la France tenait tant à la "libération" de la Libye
DJEHA
Sachant que Paris ne ramasse que des clopinettes, alors que l’Empire et ses transnationales, toujours très discrètement (telle est la nouvelle doctrine Obama), mettent la main sur la plus grande part du gâteau. Les vassaux n’ont droit qu’aux chutes de table. Et encore…

Dans les rues de Tripoli et de Benghazi, les supplétifs libyens s’exterminent pour des fantômes de souveraineté. Et le peuple libyen bientôt rejoindra le lot des peuples pauvres dans des pays riches. Les revenus des exportations de l’Irak se montent à environ 80 Mds$ (et ce n’est qu’une évaluation approximation car en réalité, l’absence de comptabilité ne permet plus d’évaluer ce qui est produit et ce qui est exporté. Inutile de se demander où passent les contreparties en valeur). Les Irakiens qui crèvent de faim, notamment du côté de Bassorah, n’en voient pas la couleur. Le Pentagone veille.

Bientôt, la Libye sera conjuguée au pluriel. Un vaste bazar tribal divisé en zaouiat et en aârouchs antagonistes.

Il n’y a pas que les Belges, les Espagnoles, les Britanniques, les Chypriotes… qui divorcent.

Djeha,
D. 11 novembre 2012

Le FSI pourrait co-investir avec la Libye dans Petroplus

Reuters, S. 10 novembre 2012, 23h10

PARIS (Reuters) – Le Fonds souverain libyen envisage d’investir dans le secteur du raffinage en France et le Fonds stratégique d’investissement français pourrait intervenir à ses côtés comme partenaire minoritaire dans des projets rentables, a déclaré le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg.

Dans une interview au Journal du Dimanche, il évoque le cas de la raffinerie en redressement judiciaire Petroplus de Petit-Couronne, en Seine-Maritime, pour laquelle la Libyan Investment Authority vient d’adresser une lettre d’intérêt en vue d’une reprise éventuelle.

Le dossier devrait être évoqué lors d’une visite qu’effectue lundi en Libye Arnaud Montebourg en compagnie du ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius.

Prié de dire si une reprise de la raffinerie de Petit-Couronne par la Libye serait une bonne solution, Arnaud Montebourg répond : « Les majors du pétrole se désengagent du sol européen. Mais les pays producteurs ont à l’inverse intérêt à écouler et à faire raffiner leur or noir en Europe et nous avons intérêt à le faire ensemble pour maîtriser toute la chaîne pétrolière. »

« Le fonds souverain de l’Etat libyen, Libyan Investment Authority, a exprimé un intérêt pour un éventuel investissement dans nos raffineries, à l’occasion de la procédure de liquidation de Petroplus », poursuit-il.

« Notre Fonds stratégique d’investissement pourrait intervenir à ses côtés comme partenaire minoritaire dans des projets rentables », dit encore Arnaud Montebourg, en indiquant que « cet engagement sur le sol français pourrait également trouver sa réciprocité sur le sol libyen ».

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,