Aller à…
RSS Feed

27 mai 2020

Les nouvelles guerres coloniales de l’impérialisme occidental, en Afrique et au Moyen Orient


Les nouvelles guerres coloniales de l’impérialisme occidental, en Afrique et au Moyen Orient

envoyer un lien sur cet article a un ami

Intervention liminaire pour le Collectif Polex aux Rencontres internationalistes de Vénissieux le 27 octobre 2012.

Contrairement à ce que les médias ont réussi à faire croire à une bonne partie de l’opinion, l’impérialisme occidental est une réalité planétaire depuis plusieurs siècles.

° Jusqu’au milieu du 20ème siècle, l’impérialisme occidental avait le visage des empires coloniaux. Les métropoles coloniales, industrialisées, se procuraient à bas prix les matières premières nécessaires à leurs usines dans leurs colonies, et leur interdisaient tout développement économique autonome.

° Les empires coloniaux ont disparu vers 1960, mais les rapports d’inégalité entre puissances impérialistes et pays sous-développés, soumis économiquement, politiquement, et parfois militairement, ont persisté. Indépendants en théorie, la plupart des pays d’Afrique ou d’Asie n’étaient que producteurs de matières premières au service de l’Europe et des USA, et livrés de ce fait à la pauvreté, au chômage et à l’émigration. Les maîtres occidentaux ont même cru en 1990 que la disparition de l’URSS signifiait « la fin de l’histoire » en leur faveur, et le règne sans partage de l’impérialisme occidental.

° Mais depuis le début du 21ème siècle, l’impérialisme occidental est en crise, par un effet pervers de cette loi du marché qui est pourtant son credo essentiel. La flambée du cours des matières premières, les mutations démographiques, ont amené l’apparition de nouvelles puissances dites émergentes, comme Chine, Brésil, Inde, Russie, etc…, qui concurrencent les firmes occidentales en Afrique ou Asie. De nombreux pays, autrefois colonisés, se révèlent capables de devenir à leur tour des puissances industrielles moyennes : c’était le cas au Moyen Orient, de l’Irak ou l’Iran.

° La riposte de l’impérialisme occidental est, depuis dix ans, une vague ininterrompue de guerres déclenchées par les occidentaux, avec pour objectif d’imposer aux pays qui exprimaient une volonté d’indépendance des dirigeants soumis aux choix de l’impérialisme, pour leur interdire le développement économique industriel et agricole.

° L’exemple le plus parfait fut la guerre menée par les USA et l’OTAN contre l’Irak, en 1991, et finalement en 2003. L’objectif est atteint : le pays est ruiné pour vingt ans, livré aux haines tribales et religieuses, et redevient un simple fournisseur de matières premières, notamment de pétrole aux firmes occidentales.

° La plus récente de ces guerres impérialistes est la conquête de la Libye en 2011 par l’OTAN, avec aux premiers rangs la France de Sarkozy et les émirs pétroliers du Qatar. Le résultat est identique : ce pays est aujourd’hui livré aux exactions de groupes armés concurrents, à base ethniciste ou intégriste, et pourvu de dirigeants pro-occidentaux prêts à le maintenir dans un statut de fournisseur exclusif de pétrole aux sociétés occidentales. Les projets antérieurs de développement d’une économie industrielle autonome ne sont plus d’actualité.

° Conséquence directe de la guerre occidentale en Libye, l’explosion du Mali, cet Etat africain grand deux fois et demie comme la France. Toute la partie nord saharienne, les deux tiers du pays, sont aux mains de mercenaires touaregs autrefois au service de Kadhafi, devenus indépendantistes avec le soutien du Quai d’Orsay, et d’islamistes radicaux financés et armés par le Qatar et Arabie Saoudite, sous le regard compréhensif du parrain étasunien, qui voit dans tout cela la possibilité de contrôler enfin le Sahara et ses richesses minérales. Il serait inacceptable que la France ou les USA profitent du malheur malien pour se réinstaller au Sahara militairement (bases et troupes) et économiquement, comme à l’ancienne époque coloniale.

° La plus grave peut être des ingérences impérialistes est le soutien massif, financier et militaire, apporté aux insurgés syriens, et notamment aux intégristes qui sont les plus actifs parmi eux. La guerre qui ravage ce pays depuis un an n’est pas simplement une lutte féroce entre partisans du régime et opposants insurgés, mais une intervention de puissances étrangères comme les USA, la Turquie, le Qatar, l’Arabie Saoudite, avec pour objectif avoué de mettre en place à Damas des dirigeants à leur dévotion. Et malheureusement les dirigeants socialistes de la France leur emboîtent le pas en prônant une zone d’exclusion aérienne, comme cela s’est fait en Libye : un véritable acte de guerre, qui peut avoir des conséquences imprévisibles. Le but des pouvoirs occidentaux est bien de décider à la place des Syriens, seuls habilités à le faire, de qui dirigera le pays : ils ne pardonnent pas au régime de Damas de soutenir la résistance palestinienne à Gaza et au Liban, et d’être l’allié de l’Iran.

° Car le projet guerrier lié à la subversion de la Syrie est la mise au pas de l’Iran, puissance émergente qui projette de développer ses industries grâce aux énergies nucléaires et pétrolières, et à l’alliance avec Russie, Chine et autres concurrents de l’Occident. Les dirigeants colonialistes israéliens, chiens fous de l’impérialisme US, qui possèdent plus de 200 ogives nucléaires, ne cessent de claironner leur volonté de bombarder les sites nucléaires iraniens avant novembre 2012, au risque d’embraser toute la région, et de déclencher un conflit mondial.

° Il est temps donc de lutter résolument pour stopper cette offensive de l’impérialisme occidental, qui mène le monde droit au gouffre d’un conflit régional ou planétaire.

° Et pour cela, nous devons tout d’abord éviter les pièges de l’impérialisme, ne pas prendre les prétextes pour les causes. Le caractère autoritaire de dirigeants comme Saddam Hussein en Irak, Kadhafi en Libye, Assad en Syrie, ou les mollahs dans la théocratie iranienne, ne sont que les prétextes hypocrites des guerres impérialistes. Les Occidentaux et leurs comparses du Qatar et Saoudiens n’ont d’ailleurs aucun scrupule à utiliser, pour réaliser leurs objectifs, les terroristes intégristes les plus fanatiques et réactionnaires, qu’ils dénoncent par ailleurs à grands cris, au nom des droits de l’homme et des femmes.

° Autre ruse hypocrite de l’impérialisme occidental, c’est la manipulation partout des séparatismes, ethnicismes, des revendications touaregs au Sahara, des Sunnites en Syrie contre les Alaouites et les Chrétiens syriens, etc…

° Un dernier point enfin : on ne peut que regretter la faiblesse des réactions anti-impérialistes en France. Cela tient à la fois au matraquage médiatique de l’opinion (la désinformation par les télés à propos de la guerre en Syrie est effarante), et à l’opportunisme d’une bonne part des partis et mouvements de gauche, soumis à un PS fidèle à l’OTAN et à l’impérialisme.

Il est temps, ensemble, de redresser la barre.

Francis Arzalier

http://www.collectif-communiste-polex.org/bulletin/bulletin_97_art1.htm

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,