Aller à…
RSS Feed

11 décembre 2019

Pantalonnade!, par Karim Mohsen


Pantalonnade!, par Karim Mohsen

Pantalonnade!, par Karim Mohsen
IRIB-  Est-ce une surprise que la réunion «extraordinaire» de la Ligue arabe –

consacrée à l’agression d’Israël contre la bande de Ghaza – aboutisse à cette demande combien hypocrite de «protection» internationale au peuple palestinien? Cette organisation a habitué les cercles diplomatiques régionaux et internationaux à son inconsistance et à sa soumission au maître du moment. Si elle fut durant de longues décennies (la quasi) l’annexe de la diplomatie égyptienne, elle tend désormais à devenir le porte-voix du diktat du nouvel Etat «fort» de la région: le Qatar. Les temps changent en effet! Mais ont-ils changé en bien pour le Monde dit «arabe»? Il est permis d’en douter.

En effet, de quels pouvoirs de décision dispose la Ligue arabe pour influer d’une manière ou d’une autre sur la marche des événements au Moyen-Orient? La Ligue arabe n’a jamais décidé, elle applique des jugements pris ailleurs que dans son enceinte. De fait, des décisions, a fortiori politiques et diplomatiques, se prennent lors des réunions des chefs d’Etat et de gouvernement des Etats membres de la Ligue arabe. Or, ces derniers ne se sont plus réunis depuis plus de deux ans. Nombreux en effet ont été, comme à l’habitude, les chefs d’Etat arabes qui ont fait faux bond aux rares réunions au sommet de l’organisation panarabe. Mais depuis ledit «Printemps arabe» la Ligue arabe s’est drapée dans des habits neufs et s’est découvert des pouvoirs qu’elle n’a jamais possédés en fait, faisant cependant preuve d’une audace inusitée.

C’était lors de la crise libyenne quand la Ligue arabe, sous l’impulsion du minuscule Qatar – un Etat qui, fort de son immense fortune estime que tout peut s’acheter – contribua à ouvrir la voie aux frappes de l’Otan contre la Libye de Mouamar El Gueddafi. C’est encore à l’initiative de Doha que la Ligue arabe a pris fait et cause pour les rebelles, mercenaires et djihadistes – financés et armés en particulier par le Qatar – qui ravagent la Syrie depuis vingt mois.

C’est ce même Qatar qui torpilla la mission de l’émissaire international, Kofi Annan, qui tenta d’en faire de même avec son successeur Lakhdar Brahimi. C’est cette Ligue arabe, dont nombre de ses Etats membres accueillent des bases américaines (notamment le Qatar qui abrite des unités du Centcom – United States Central Command – celui-là même qui a envahi l’Irak en mars 2003), qui veut faire croire qu’elle prend des décisions en toute indépendance et dans le seul intérêt du Monde arabe? En fait, sous l’impulsion du Qatar, singulièrement, la Ligue arabe est devenue en quelque sorte la sous-traitante des desiderata américains au Moyen-Orient – lesquels profitent en premier lieu à Israël – se souciant plus de sauvegarder les intérêts US dans la région que de protéger le Monde arabe et plus particulièrement le peuple palestinien.

Comment une Ligue arabe qui, en 67 ans d’existence (elle fut créée à l’initiative de la Grande-Bretagne, la perfide Albion, en mai 1945), n’a rien pu faire pour le peuple palestinien spolié et chassé de ses terres, pourrait-elle, du jour au lendemain, élever le ton face aux véritables ennemis du Monde arabe? Demanderesse, la Ligue arabe s’est bien gardée de pointer du droit les véritables responsables du martyre des Palestiniens du fait même qu’elle n’en a pas, n’en a jamais eu, la capacité, ni la volonté.

Aussi, outre la demande de «protection» des Palestiniens (ce qu’elle se sait incapable de réaliser), la Ligue arabe a chargé le «Comité de l’initiative arabe de paix» de «revoir la position (arabe?) sur le processus de paix» avec Israël. La bonne affaire! Mais le plus cocasse, encore, est le fait que la Ligue arabe – que la communauté dite «internationale» n’a jamais pris en estime ni invité à siéger au sein du dit «Quartette» pour le Proche-Orient – demande au Comité arabe de «revoir la mission» de cet organisme (ONU, UE, USA et Russie) en raison de «l’échec» des négociations de paix. Ainsi, la Ligue arabe se substitue au Conseil de sécurité de l’ONU, dont le Quartette dépend, et forme un jugement de valeur sur un organisme, qui l’a ignoré et dont elle aurait dû, dès le départ, exigé d’en faire partie, car première concernée par le contentieux israélo-palestinien. Il n’en fut. Mais voilà que la Ligue arabe montre des muscles qu’elle n’a jamais possédés se complaisant dans des pantalonnades plus risibles que réellement utiles. Triste!

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,