Aller à…
RSS Feed

10 décembre 2019

Les Touaregs sont contre l’intervention française au Mali


Les Touaregs sont contre l’intervention française au Mali

Ibrahim Naovaf, Rédaction en ligne
17.01.2013,

франция мали франция истребитель франция мираж 2000д чад

Photo : EPA

Le chef de l’organisation politique et militaire séparatiste active au Mali a démenti dans une interview accordée à La Voix de la Russie que les Touaregs soutiennent l’opération militaire des l’Armée de l’air française contre les islamistes au Nord du pays.

Abu Bakr al-Ansari,le chef du Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA), une organisation séparatiste malienne indique que les Touaregs auraient pu agir ensemble avec les troupes françaises, si Paris avait montré sa volonté de coopérer avec eux. Mais cette chance n’a pas été saisie.

« François Hollande a pris une décision hâtive et s’est immiscé dans nos affaires intérieures sans se concerter avec nous ou nos alliés. C’est la raison du changement de notre politique et de notre plan d’action », a déclaré le chef de la MNLA.

 

La Voix de la Russie : Est-ce que veut dire que vous êtes contre l’intervention militaire de la France ?

Abu Bakr al-Ansari : Nous sommes opposés toute intervention militaire à notre insu, que cela soit la France ou les forces armées des autres pays africains. Notre peuple ne tolère pas que d’autres puissent résoudre nos problèmes par la voie militaire. Nous avons besoin des armes pour lutter contre les extrémistes islamiques à Azawad. Mais nous n’avons pas besoin des troupes étrangères ici.

François Hollande a introduit les troupes françaises dans le pays car il poursuit ses propres objectifs. Sa décision ressemble à celle de Georges W. Bush qui a ordonné d’envahir l’Afghanistan sous un prétexte officiel, mais en le faisant dans son propre but. Le président français va payer pour cette erreur, car il risque de perdre son autorité et son influence en Afrique du Nord et dans le Moyen-Orient.

 

La Voix de la Russie : Selon vous, que peut-on faire actuellement pour sauver la situation au Mali et éviter les massacres ?

Abu Bakr al-Ansari: Nous avons dès le début mené des négociations avec la France et les Etats-Unis par nos propres moyens. Et nous nous sommes clairement mis d’accord qu’il ne devrait pas y avoir d’intervention étrangère au Mali. Il faut résoudre le problème comme au Kosovo. Le mouvement national albanais a réussi à se mettre d’accord avec les Etats-Unis sur la séparation du Kosovo de la Serbie par les moyens politiques. C’est ainsi que cela devrait être au Mali et nous nous prononçons en faveur de ce scénario.

 


Le mouvement national pour la libération de l’Azawad se bat depuis des années pour l’autodétermination et l’indépendance du Nord du Mali, une zone qui couvre les régions de Tombouctou, Kidal et Gao. Depuis 2012, ces régions, abandonnées par l’Etat malien se sont retrouvées sous le contrôle de plusieurs groupes armés, dont les Touaregs et les islamistes radicaux, soutenus par des guerriers qui ont combattu en Libye contre Kadhafi en 2011. /L

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,