Aller à…
RSS Feed

19 août 2019

La Libye exige des explications après le départ des Occidentaux


 

Site du Mouvement démocratique arabe

« Résister à l’occupation, c’est vivre libre »

ألثورة

 

Inscription à notre liste de diffusion: « Assawra »

[email protected]

La Libye exige des explications après le départ des Occidentaux

vendredi 25 janvier 2013, par La Rédaction

Aucun pays n’a informé la Libye de son intention d’inviter ses ressortissants à quitter la ville de Benghazi, a affirmé le ministère libyen de l’Intérieur vendredi, au lendemain d’un appel au départ lancé notamment par la Grande-Bretagne. « Aucun avis officiel ne nous est parvenu d’un pays, quel qu’il soit » concernant un appel à quitter Benghazi, chef-lieu de l’Est libyen, a indiqué un responsable du ministère de l’Intérieur cité par l’agence Lana.
Le Royaume-Uni, mettant en garde jeudi contre « une menace spécifique et imminente » visant les Occidentaux à Benghazi, a demandé à ses ressortissants de quitter immédiatement cette ville côtière. Cette mise en garde a été suivie de décisions similaires de l’Allemagne, des Pays-Bas et de l’Australie. « Le vice-ministre libyen de l’Intérieur chargé de la sécurité, Omar al-Khadraoui, a contacté l’ambassade de la Grande-Bretagne à Tripoli pour demander des explications », a déclaré le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Mejdi al-Arfi, cité par la Lana. « Aucune réponse n’est parvenue au département de l’Intérieur libyen », a-t-il ajouté.
« Si la Grande-Bretagne a peur pour ses ressortissants (…), elle pouvait les retirer tranquillement sans causer toute cette agitation », a fait valoir le second vice-ministre de l’Intérieur libyen, Abdallah Massoud. Selon lui, « le communiqué du ministère britannique des Affaires étrangères a suscité des préoccupations croissantes des diverses missions diplomatiques et des entreprises étrangères à Benghazi, et les a amenées à envisager sérieusement de quitter la ville ».
Il avait déclaré jeudi que « rien ne justifiait cette réaction », exprimant son « étonnement » du ton « très musclé » utilisé par Londres. Le Royaume-Uni n’a pas précisé la nature de la « menace » contre les Occidentaux, mais sa mise en garde intervient au lendemain de la visite à Tripoli du conseiller à la sécurité nationale Nigel Kim Darroch. Berceau de la révolution qui a renversé le colonel Mouammar Kadhafi en 2011, Benghazi a été le théâtre récemment de plusieurs explosions et d’une vague d’assassinats.
Ces actes de violence ont notamment ciblé des diplomates étrangers, avec l’attentat le 11 septembre 2012 contre le consulat américain qui avait coûté la vie à quatre Américains, dont l’ambassadeur en Libye Chris Stevens, et l’attaque le 12 janvier contre le consul d’Italie.

**

La France conseille d’éviter Benghazi
La France a recommandé vendredi à ses ressortissants de s’abstenir temporairement de se rendre à Benghazi, capitale de la Cyrénaïque en Libye, en raison de « rumeurs » faisant état de menaces visant les nationaux des pays occidentaux. Trois pays d’Europe de l’Ouest – Grande-Bretagne, Allemagne et Pays-Bas – ont invité jeudi leurs ressortissants à quitter Benghazi. « En raison de la persistance des tensions sécuritaires liées à la situation régionale ainsi que des rumeurs faisant état de menaces visant les ressortissants des pays occidentaux, il convient de s’abstenir temporairement, dans toute la mesure du possible, de se rendre en Cyrénaïque », peut-on lire sur le site du ministère français des Affaires étrangères.
Le 11 septembre 2012, quatre Américains, dont l’ambassadeur des États-Unis en Libye Christopher Stevens, ont été tués dans l’attaque du consulat à Benghazi durant une vague de violence dirigée contre les diplomates, les militaires et les policiers.

(25 janvier 2013 – Avec les agences de presse)

 

Pétition
Non au terrorisme de l’Etat d’Israël

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,