Aller à…
RSS Feed

30 novembre 2020

TUNISIE: Une «nouvelle» constitution qui est en fait le VEAU D’OR de la contre-révolution


TUNISIE: Une «nouvelle» constitution qui est en fait le VEAU D’OR de la contre-révolution

L’une des ruses passée inaperçue du Système dans le cadre du « printemps arabe » a consisté, pendant de longs mois, à déplacer l’adoration au sens quasi-religieux, de la « Révolution » vers celle de « Constitution » afin de faire oublier le contenu effectif et les implications morales de la première.
Sans aller jusqu’à comparer les constitutions des Etats réellement révolutionnaires (Cuba, etc.) lesquels ont immédiatement garanti à leur population un emploi et logement décents, il importe de rappeler ici que la raison principale de la révolte des Tunisiens (laquelle s’est ébranlée à travers le réseau social des cafés populaires sales et enfumés du pays et non pas sur les « réseaux sociaux » aseptisés du même Système, pareils à des cages souvenirs de Sidi Bou-Saïd) était précisément le droit au travail pour des gens qui ont passé quasiment leur vie entière au chômage.

Or, cette « « nouvelle » constitution » n’a rien d’extraordinaire pour la grande majorité du peuple, sauf pour quelques groupes (empêchés par le régime précédent de s’exprimer ouvertement). Une telle constitution, chantée au diapason par les Etats les plus belliqueux de la planète (ce qui en soi devrait suffire à s’en méfier) ne garantit ni la Révolution ni même la possibilité d’une Révolution : bien au contraire. Elle place en fait une « camisole de force » maintenue précisément par les partis politiques et la « société civile » ; à savoir tous ces gens que les Tunisiens peuvent voir en permanence à la télévision depuis trois ans.
Dans le cadre de sa campagne de guerre psychologique, le gouvernement avait fait récemment placarder partout dans le pays des affiches montrant le drapeau rouge et blanc tunisien accompagné de la mention-sommation : « La wala illa li Tunes » (Il ne saurait y avoir d’allégeance que celle envers la Tunisie ».
Compte-tenu du contexte, il s’agissait visiblement d’un appel à l’adoration du nouveau Veau d’Or que représente désormais la « constitution » et à ce qu’elle entérine dans l’opacité la plus totale pour le peuple: la soumission (au sens religieux, encore une fois) aux diktats du Fonds Monétaire International, de la Banque Mondiale et autres entités impérialistes. De ces dernières, la majorité du peuple de chômeurs ignore tout.
Est-ce un hasard si les Salafistes ont immédiatement réagi avec des peintures noires et blanches paraphrasant le slogan d’un Etat ayant capitulé devant le Système par « La wala illa lillahi » (Il ne saurait y avoir d’allégeance que celle envers Dieu), plus conforme à la célèbre profession de foi musulmane clamant la soumission intégrale à l’Unique (« La illaha illallah » : Il n’y a de dieu que Dieu) ?(1)
En conclusion, si les Salafistes décident de mener la guerre sainte contre le FMI et la BM, qu’ils sachent alors que leur entreprise louable sera certainement soutenue par tous les révolutionnaires de Tunisie et du monde.

(1) Voir la photo prise le 13 janvier 2014 près d’une des stations de tramway d’Al-Mourouge dans la banlieue sud de Tunis.


Les Pacifistes de Tunis
Méga site interactif et convivial en couleurs : http://bit.ly/yd15JY
خبر عاجل: تونسيون محبو السلام و الاسلام يذهبون الى سوريا للجهاد الى جانب الجيش العربى السوري…
Des Tunisiens se rendent en Syrie pour accomplir le Jihad en soutien à l’armée arabe syrienne
« Enfin, en d’autres continents et d’autres civilisations, non-occidentales, d’autres révolutions, en Asie et en Afrique, … peuvent aider l’Occident à prendre conscience de ce qu’est une véritable révolution changeant à la fois les institutions et les hommes. Une révolution est d’abord, pour une société, ce qu’une conversion est pour l’individu: changer le but et le sens de la vie. »
Roger Garaudy, Comment l’homme devint humain, Ed J.A, p. 327-332

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,