Aller à…
RSS Feed

28 octobre 2020

La crise ukrainienne n’est qu’un prétexte pour l’expansion de l’OTAN


La Voix de la Russie

La crise ukrainienne n’est qu’un prétexte
pour l’expansion de l’OTAN

Sergei Duz


© Collage : La Voix de la Russie

Samedi 7 juin 2014

Washington envisage de rapprocher les frontières de l’OTAN de Moscou. Sous l’influence américaine, les anciens alliés de la Russie sont en train d’adopter la doctrine des Etats-Unis un par un. Et voilà que l’Ukraine est en passe de devenir un nouvel allié des Américains.

L’Alliance nord-atlantique utilise des prétextes divers pour approcher son infrastructure des frontières de la Russie. Ayant de fait provoqué une guerre civile dans le pays, les Américains veulent profiter du chaos pour instaurer sur les territoires qu’ils contrôlent une atmosphère de peur et de haine.

Prenant en considération la crise en Ukraine, on évite de parler de l’élargissement de l’OTAN au QG de l’Alliance. Le secrétaire général de l’OTAN Anders Fogh Rasmussen fait des promesses vagues d’étendre la coopération militaire avec Kiev et d’organiser des exercices conjoints avec l’Ukraine. C’est tout à fait compréhensible que le Secrétaire général de l’Alliance Nord-atlantique soit si évasif sur cette question, car Kiev a un différend territorial non résolu avec Moscou. Et la charte de l’OTAN n’autorise pas aux pays qui se trouvent dans cette situation de devenir membres de l’organisation. Cependant, l’Ukraine, tout comme la Géorgie, est un pays très intéressant pour l’OTAN, car son adhésion dans l’orbite du bloc serait un moyen supplémentaire de pression diplomatique et militaire sur la Russie.

Avec la crise ukrainienne l’Alliance est devenue plus active en Europe orientale. L’OTAN a mené des exercices dans la mer Baltique, des chasseurs F-16 supplémentaires arrivent en Estonie, et la Lituanie envisage d’augmenter son budget de défense pour couvrir l’augmentation des coûts liés à l’arrivée dans le pays des divisions supplémentaires originaires des pays-membres de l’alliance.

Mais l’OTAN intensifie aussi sa présence en mer Noire. Au cours du mois de mai, la Roumanie a mené une série d’exercices militaires conjoints avec les Américains, dont certains étaient organisés sur les polygones qui se trouvent à proximité de la frontière avec l’Ukraine. Ainsi, le croiseur lance-missiles américain Ticonderoga est arrivé au port roumain de Constanta. C’est dans cette ville qu’a été déplacé le Centre de transit du Pentagone qui se trouvait auparavant à l’aéroport kirghize de Manas.

Les Américains ont laissé une très mauvaise impression de leur présence au Kirghizistan. Au cours de 13 ans de leur mission à Manas, des conflits réguliers survenaient entre les membres Forces aériennes des Etats-Unis basés à Manas et la population locale. Pour certains faits graves impliquant des militaires américains, les autorités kirghizes en étaient même obligés de faire appel à la justice américaine. Mais les Etats-Unis faisaient la sourde oreille même pour l’affaire, où soldat Zachary Hatfield a tué avec son arme l’employé d’une station service Alexander Ivanov. Le commandement américain a alors pris la décision de renvoyer Hatfield dans son pays, n’engageant pas de poursuites contre lui, affirme la membre du conseil politique du Parti kirghize des verts Dinara Koutmanova

« Ces cas d’impunité des soldats américains sont également relevés ailleurs qu’en Kirghizie. Je pense que c’est une doctrine qui fait partie de leur politique. Cette hégémonie, cette permissivité des Américains, est motivée par leur puissance financière. Celui qui paie, commande la musique. Et nous sommes obligés de danser sous cette musique. »

Les membres des forces de l’OTAN refusent de se plier aux lois des pays qui accueillent leurs bases militaires. Ainsi, l’augmentation du contingent militaire de l’OTAN a apporté beaucoup de problèmes aux habitants de la Lettonie. Le maire du port de Ventspils Aivars Lembergs a noté avec désolation qu’en 48 heures de leur présence sur le sol letton, les militaires des forces de l’OTAN ont déjà provoqué autant d’incidents que la ville de connaissait pas pendant les grandes fêtes avec la présence des dizaines des milliers de personnes dans les lieux publics.

« D’habitude, nous accueillons les invités avec le sourire. Mais les membres de la marine militaire de l’OTAN avaient un comportement qui ne s’inscrit pas dans les règles d’une société civilisée : ils urinaient dans les lieux publics, s’en prenaient aux passants, violaient l’ordre public, les lois de la Lettonie et les règles de conduite de base dans une société. Nous sommes extrêmement mécontents de les avoir dans notre ville ».

Ces exemples ne sont pas très nombreux, mais ils permettent de se faire une certaine idée de la manière dont se comportent les militaires de l’OTAN à l’étranger. Et ce comportement présente non seulement une menace à la sécurité nationale de la Russie, mais aussi à la stabilité internationale en général. Washington implique dans son jeu tous les pays qui ne peuvent pas résister à sa pression. C’est ainsi que la situation politique est déstabilisée dans les Etats souverains, forcée par les ambitions politiques et géostratégiques des Etats-Unis. Cette stratégie dangereuse, va tôt ou tard conduire inévitablement à la catastrophe.

© 2005—2014 La Voix de la Russie
Publié le 7 juin 2014

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,