Aller à…
RSS Feed

30 novembre 2020

Discours-Patriotisme-Mémorielle….vision africaine de Joseh Tapa


Discours-Patriotisme-Mémorielle….vision africaine

Joseph TAPA

17:06:2014
L’enfumant serve des déclarations politiques sur l’Afrique
le 17 juin 2014
Ah ces paroles creuses voulues d’effet poignant et terrifiant qui dévoilent l’étincelante disqualification
des « dits » politiciens disqualification des « dits » politiciens (car s’impose de sérieux doute quant à leurs capacités des responsabilités et utilité) frappés d’inaptitudes !

1- Aux conflits d’interne sociétal nigérian dévoilant l’éclosion soutenue de plusieurs groupes contestataires -armés- sur l’étendu territorial qui, quand bien même l’actualité transpire à faire prévaloir (stratégiquement !) en renfort d’émotionnel celui dit Boko Haram (manipulation qui couvrirait une décadence certaine de la première économie et plus grande population africaine et d’effets violents ricochets sur les partenaires internationaux), colportent avec eux (conflits) une massive et voire majoritaire adhésion des populations civiles et militaires présentées de malsaine complicité en quête de démenti de revendication légitime…. : la réponse de l’encore actuel Chef de l’État nigérian, Goodluck Jonathan, est de promettre la guerre totale contre Boko Haram (en sourdine les contestataires dans l’ensemble…et dont contre la majorité nationale) !

Serait-ce là -en sourdine- la portée des invitations des armées de partenaires étrangers à se déployer à l’intérieur et autour du Nigéria ? Soumettre et lutter contre de plausible et inévitable cohésion des contestataires !

2- À la déchirure parcourant de fragmentation sociétale en opposition populaire sur fond de haine et rejet confessionnel entre chrétien (majoritaire) et musulman en Centrafrique, où est déployée une foultitude de soldats internationaux sous le sobriquet retentissant de mission de paix, la contestation avec les moyens à la portée des populations (armes blanches et outillages de culture champêtre tel le coupe-coupe autrement dénommé machette) ne faiblie guère en dépit du déploiement (asymétrie) d’un arsenal de matériels de guerre par les forces internationales pour en venir à bout…. : la réponse de l’encore actuelle présidente intérimaire de l’État, Catherine Samba-Panza, est de promettre désarmer les populations (reléguées à l’état infantile pour n’être suffisamment douées de bon sens et de discernement) !

Ce qui interpelle de l’utilité du colossal des ressources et moyens des forces internationales projetées en Centrafrique, et à savoir si de concert l’intention en sourdine n’en serait pas à concourir à affamer indirectement les populations privées d’outillages champêtres (quand on ne saurait négliger la force de l’effet de la faim dans le concours d’asservissement).

Ceci pouvant se poursuivre d’un trois d’avec l’intentionnel saupoudré de l’encore actuel Chef de l’État camerounais, Paul Biya, dont les gesticulations guerrières ont du mal à se débarrasser de trompe œil…; d’un quatrième point marqué du désappointement triturant l’actualité du Mali et son encore actuel Chef de l’État, Ibrahim Boubacar Keita, empêtré dans l’incohérence.

À se demander de quel(s) fantasme(s) se révèle(nt) les craintes des actuelles populations africaines ? Pour qu’ils soient déployés autant d’efforts « de pacification » pour quel(s) mieux-être !
 
D’un constat…
 
L’attitude ignare serait de vouloir se bercer en assurance ou se rassurer par les dires des politiques (manipulations) en provenance ou à l’endroit de l’Afrique.

Au Nigéria l’armée n’a eu de cesse à plusieurs reprises d’annoncer, dans un premier temps, sitôt l’annonce médiatisée, avoir libéré la majorité des « supposées » jeunes filles enlevées par le mouvement dit Boko-Haram. Puis dans une partition de seconde donne, d’avoir localisé le lieu de séquestration des jeunes filles (finalement non libérées de la première partition) au nombre magistral d’un groupe de plus de 200 personnes (passons le phénoménal d’encadrer sans heurt et sous la menace de représailles un tel groupe et qui puis est d’enfants).

Annonce de géo localisation du lieu de séquestration des jeunes filles qui fut contestée de doute en sincérité par les Usa (pas de fin active de la partie…en somme !) ; et pourtant confirmée par le Cameroun (solidarité de circonstance !) dont les autorités disent ne pas vouloir s’ambitionner à libérer de force ces filles au nom de leur sécurité physique (la partie continuerait dans une novation sibylline…), mais opter pour la négociation (autrement faire payer Qui : piège conséquent à l’encontre de ceux là qui internationalement en ont voulu en faire leur affaire !).

Il n’en reste pas moins que pour l’heure, que seule une trentaine de famille ont reconnu avoir perdu de vue leurs filles scolarisées dans le lycée (Chibok, au nord-est du Nigeria) où l’enlèvement aurait lieu…. : Orchestration servant quoi ou quelle cause ? Au Cameroun s’interpelle de l’identité réelle et appartenance nationale des éléments dits subversifs dans le septentrion de ce pays ?

Le manège autour de l’enlèvement présenté médiatiquement massif et indécent dans un conflit interne à un pays en difficulté sociétale, héritée de la colonisation, voudrait masquer quoi d’importance pour qu’il soit recherché de concours l’effet de l’émoi en couverture ?

Joseph TAPA
 
Cameroun : surfe sur l’excitation  patriotique

Le 17 juin 2014

Notoire est que des mesquins s’espèrent à prospérer à toute occasion de nature à les sortir d’errances.
L’Etat Camerounais s’ambitionne à donner encore plus de vérité à son devoir de sécurisation dû à la nation et ses populations, à la suite « probable » d’infiltration sur le territoire camerounais d’éléments subversifs « dits » du Nigeria et sous la dénomination de Boko Haram (mis en avant d’une propagande d’actualité). En déployant à cet effet plus de troupes armées qu’à l’habituel, dans une zone pacifiée de l’extrême Nord du Cameroun aucunement déclarée zone de guerre ! Qu’à peine le redéploiement s’intronise, sorti des ornières, bons nombres d’esprits en errance et hardis -à l’espérance de reconnaissance- s’exhibent en propagande -de mauvais aloi- de soutien des forces armées camerounaises : excipant de criard au patriotisme exacerbé.

Le Cameroun est-il déclaré en état de guerre pour qu’il soit soutenu de recourir à la communication manipulatrice des masses tirée d’élan patriotique ? À des fins de circonvenir des peurs et craintes que suscitent d’effets et conséquences la guerre ? À moins que certains oiseaux de malheur en veulent à prospérer du fait d’état guerre « espéré » en s’inscrivant à conforter ce talent de la lâcheté projetant la peur et que trompe mal l’excitation au patriotisme ? Ou tout bonnement d’une cynique ruse de salauds, disposés de quête de salut propre à enjamber fièrement des cadavres, il se trame en sourdine une tentative de renversement du système que couvrirait sournoisement l’engouement tapageur d’appel au patriotisme face à l’accomplissement naturel d’attributs de souveraineté ?

Manifestement, des soudards en souffrance de reconnaissance s’ambitionnent insidieusement à ternir l’image des forces armées camerounaises ! Dont l’action de terrain dans l’actuelle campagne de sécurisation n’en reflète pas d’échec ou dépassement au point d’en recourir une mobilisation guerrière et générale des populations par le truchement d’invocation au patriotisme.
 
Constat surprenant…

Alors que le Cameroun s’emploie, depuis des années, dans l’exercice des missions régaliennes de sécurité, à renforcer la lutte contre les malfrats et autres subversifs opérant sur son territoire, lutte récemment portée en puissance militaire dans son septentrional. Constatation est étonnamment de la présentation qu’en font nombres de non camerounais (transfuges) scandant à s’époumoner d’endoctrinent que le Cameroun serait en état de guerre !!!

S’excitant bruyamment en appel au patriotisme, pourtant renié de leur état de transfuge arborant des nationalités étrangères ! Ne dit-on pas que le mal à trop souvent pour origine l’extérieur et l’étranger (il semblerait que des forces maléfices venant de et localisées à l’étranger s’ambitionneraient à nuire à la stabilité du Cameroun)…!

Ce qui en interpelle à savoir de quelle(s) souffrance(s) ces renégats escomptent ainsi y trouver résolution voire soulagement !? Pour vouloir à duper le civisme camerounais et saper le moral des troupes, en mission sous contrôle, que l’on voudrait présenter ainsi en difficulté dans l’exercice de simple mission de ratissage. Au point que des mesquins (rapaces) en veulent à s’ériger instigateurs autour de leur personne de concorde nationale….! L’État camerounais et les camerounais s’en sont-ils dévoilés voire déclarés incompétents en la matière ? Pour s’en remettre à d’obscurs personnages… Bien évidement non !

Autant se le demander des causes de tel affront…

Quel serait l’atout issu de l’UNC-RDPC (formation politique du régime au pouvoir et anciennement de nombres d’acolytes opposants) dont il soit possible de se flatter et s’enorgueillir des intentions scandées du Renouveau des Grandes Ambitions aux Grandes Réalisations à l’horizon de l’Émergence (la lumière au bout du tunnel sombre à ne pas en douter) ? Etes-vous certain que ce à quoi vous avez en l’esprit est rattachable de mérite à l’UNC-RDPC ?
 
A croire que l’UNC et son avatar de RDPC positionnés de l’étranger l’aient été à phagocyter d’un soporifique le rayonnement des populations camerounaises dont certains transfuges et renégats en veulent à s’iriser de possible succès en revers d’échec à l’étranger.
 
Joseph TAPA

Ps : émerger serait se sortir d’un état peu dynamique –de principe- ! Est-ce à dire que l’UNC-RDPC reconnaîtrait indirectement sa longue incapacité (plus de cinquante ans de pouvoir) à faire étinceler le Cameroun pour en être crédible à se lancer dans (voire confier) les voies de l’émergence ? Faille t-il en poursuite se reléguer à des renégats ?

 
07/06/14

Commémoration mémorielle D-Day :L’inutile et faux scandale de la non représentation africaine !
Le traumatisme africain perdure d’un inconfort psychologique matérialisé de revendications et réclamations de mauvaises lectures poursuivant un affaiblissement moral dont-il se doit d’être porté un traitement de choc structuré de nécessité d’amnésie.

Bons nombres de Noirs et Africains s’émeuvent de mépris à n’avoir pas remarqué la présence de représentants d’État africains ou institutions, dont les territoires offrirent nombres de soldats, aux commémorations des États ayant participé à la seconde guerre mondiale. Et plus précisément à l’événement du débarquement en Normandie du 6 juin 1944 en France.

Bien que des soldats Noirs (dit afro américain) aient participé à cet événement du débarquement et furent représentés à la commémoration des 70 ans par la présence du président de l’État Usa ; ceux d’Afrique, quand bien même ils n’eurent pas à participer à ce précis événement du débarquement, étaient néanmoins tout aussi représentés à la commémoration par les France et Royaume-Uni dont les combattants Noirs d’Afrique (s’étant vaillamment illustrés sur d’autres terrains d’opérations) étaient majoritairement des sujets coloniaux du fait d’inexistence -d’époque- d’États souverain et indépendant des territoires dont-ils étaient issus.

De plus cette cérémonie commémorative n’était sous le signe de la mise à l’honneur des régiments et autres formations et unités de combats s’étant remarqués en bravoure participative, mais plutôt des États ayant participé à l’événement du débarquement !

Les soldats africains bien que pas directement concernés des batailles du débarquement en Normandie étaient néanmoins majoritairement représentés par  la France  et le Royaume-Uni !

Enseignement…

L’affirmation d’une Afrique nouvelle ouverte de renforcement et novation du mental de ses ressortissants, nécessiterait vraisemblablement qu’il soit éloigné des esprits (renié d’héritage) des revendications et réclamations de nature avilissantes et poursuivant à conserver voire perdurer les faiblesses.

Joseph TAPA
 

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,