Aller à…
RSS Feed

24 octobre 2020

UN ENLÈVEMENT QUI SOULÈVE DES INTERROGATIONS .


PALESTINE 
 
   Un article  du journal algérien, Le Qotidien d’Oran  :
 
UN ENLÈVEMENT QUI SOULÈVE DES INTERROGATIONS :
Kharroubi Habib  

L’enlèvement il y a quelques jours de trois ado­les­cents israé­liens près d’Hébron en Cis­jor­danie dans une zone sous contrôle policier et mili­taire de l’Etat sio­niste n’a été jusqu’à main­tenant reven­diqué d’aucun côté. Ce qui n’a pas empêché le Premier ministre Benyamin Neta­nyahu de l’imputer au Hamas et d’en rendre res­pon­sable aussi l’Autorité pales­ti­nienne.
Suite à quoi les auto­rités israé­liennes ont lancé une vaste opé­ration en Cis­jor­danie qui sous pré­texte de trouver et de libérer les trois ado­les­cents donne lieu à des arres­ta­tions en masse de citoyens pales­ti­niens en majorité ciblés pour leur appar­te­nance ou sym­pathie pour le mou­vement isla­miste Hamas.
Parmi ceux-​​ci se comptent d’ex-détenus en Israël récemment libérés et des res­pon­sables dont le pré­sident en titre du par­lement palestinien.
En foca­lisant sans preuve sur le Hamas, Neta­nyahu tente à l’évidence de contrer la réper­cussion favo­rable qu’a eue inter­na­tio­na­lement la récon­ci­liation qui s’est opérée entre cette faction et celle du Fatah de Mahmoud Abbas qui a permis la consti­tution d’un gou­ver­nement pales­tinien d’union nationale.
L’enlèvement des trois ado­les­cents israé­liens est une réalité. Il est survenu néan­moins à un moment où Israël a besoin d’un évé­nement dra­ma­tique pour donner du crédit à sa thèse qu’il n’y aurait rien à attendre pour la paix entre lui et les Pales­ti­niens après que ces der­niers ont scellé leur récon­ci­liation qui réin­tègre le Hamas dans le jeu poli­tique et ignore que celui-​​ci est considéré par lui comme étant une orga­ni­sation « ter­ro­riste » vouée à sa des­truction. Une coïn­ci­dence qui donne à réfléchir d’autant que les zones d’ombre entourant l’opération sont nombreuses.
Pourquoi d’abord les auto­rités israé­liennes ont immé­dia­tement accusé le Hamas d’être der­rière elle et cela alors même que leurs ser­vices de ren­sei­gnement nagent en plein cirage dans leur ten­tative de savoir par qui les trois ado­les­cents ont été enlevés ?
Pourquoi aussi la police israé­lienne alertée peu après par l’un d’eux qui était parvenu à la contacter télé­pho­ni­quement a mis plu­sieurs heures à se convaincre de la réalité du rapt et à se déployer pour tenter de les retrouver ?
Pourquoi enfin les ravis­seurs ont choisi pour entre­prendre leur opé­ration dans une zone qui n’est pas sous contrôle policier de l’Autorité pales­ti­nienne mais sous celui des Israéliens ?
Il n’est cer­tai­nement pas à exclure que le rapt soit  le fait d’activistes du Hamas opposés à la récon­ci­liation inter­venue entre leur mou­vement et le Fatah. mais on ne peut non plus exclure l’hypothèse qu’il ait été télé­com­mandé par une des offi­cines de l’action secrète anti-​​palestinienne dont on sait qu’elles infiltrent à un haut degré les grou­pus­cules pales­ti­niens en désaccord aussi bien avec le Hamas que le Fatah.
Ce que l’on constate à l’évidence c’est que l’émotion sus­citée par le sort des trois ado­les­cents permet à Neta­nyahu et à ses col­la­bo­ra­teurs d’interpeller la com­mu­nauté inter­na­tionale en la sommant de réviser son appré­ciation positive sur la récon­ci­liation inter-​​palestinienne et de cesser son rap­pro­chement avec le Hamas. Inter­pel­lation qui se heurte au scep­ti­cisme méfiant au plan inter­na­tional que pro­voque la pré­sen­tation censée être de l’événement faite par les auto­rités israé­liennes et les conclu­sions qu’elles en tirent et qui toutes visent à casser la dyna­mique de l’unité inter-​​palestinienne et à servir de pré­texte au ren­for­cement de l’occupation israé­lienne en ter­ri­toires pales­ti­niens. Même les États-​​Unis d’ailleurs se sont gardés d’entériner fran­chement la pré­sen­tation israé­lienne.
C’est dire que l’opération d’Hébron paraît trop concorder avec les calculs des auto­rités israé­liennes pour que le doute n’accompagne pas sur ses tenants et aboutissants.
article original :   http://www.lequotidien-oran.com/?news=5199592
 

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,