Aller à…
RSS Feed

22 octobre 2020

Au nom de la promesse de liberté du 1er novembre 1954, nous réclamons Vérité et Justice


Au nom de la promesse de liberté du 1er novembre 1954, nous réclamons Vérité et Justice
 
Le 1er novembre 1954, le peuple algérien s’est engagé dans la guerre de libération pour faire valoir son droit à l’autodétermination. Avide de liberté après des décennies de colonisation, le peuple algérien s’est soulevé au nom de la liberté et de la justice.
 
Notre pays a enfin accéder à l’indépendance le 5 juillet 1962 après plus de 7 ans de guerre, au prix de très lourds et douloureux sacrifices. Plein d’espoir et d’idéaux, les Algériennes et les Algériens se sont engagés avec enthousiasme dans la reconstruction du pays et son développement. Mais dans le même temps, le régime politique devenait de plus en plus autoritaire, inégalitaire et corrompu jusqu’à l’explosion d’Octobre 1988 qui n’a abouti à la liberté et la démocratie que la courte période d’ouverture qui l’a suivie pouvait laisser espérer.
 
Au contraire, notre pays s’est engagé, dans les années 90, dans un cycle de violence armée au cours de laquelle le peuple algérien a été très durement affecté. En son sein, plus de 8000 personnes ont été arrêtées par les agents de l’Etat au cours de cette période et ne sont jamais réapparues. 
 
Depuis plus de quinze ans, leurs familles – les familles de disparus – réclament le droit à la Vérité et à la Justice aux autorités à travers des rassemblements pacifiques et les plaintes judiciaires, tant au niveau national qu’international. Face au mutisme des autorités qui affirment égoïstement qu’il faut tourner la page et qui se sont dotées d’un arsenal juridique contraire aux droits de l’Homme consacrées par la Constitution et les traités internationaux ratifiés par l’Algérie, les familles sont dans l’incapacité d’aller de l’avant et restent prisonnières du passé.
 
Aujourd’hui, 60 ans après le déclenchement de la révolution qui a permis de reconquérir l’indépendance nationale, c’est la liberté qui reste à conquérir.
En ce 60ème anniversaire du déclenchement de la révolution, pour que les résultats de celle-ci ne soient pas vains, au nom de la promesse de liberté du 1er novembre 1954, rejoignez les familles de disparus et soutenez leur combat pour la Vérité, la Justice et la Mémoire.

Fatima Yous
Présidente

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,