Aller à…
RSS Feed

2 août 2021

Migrants de Calais : le rapport qui défait les clichés


Migrants de Calais : le rapport qui défait les clichés

Les Echos |
  • image: http://www.lesechos.fr/medias/2015/08/21/1146518_migrants-de-calais-le-rapport-qui-defait-les-cliches-web-tete-021271807179_660x364p.jpg

    Enseignants, ingénieurs, étudiants, entrepreneurs, comptables, banquiers… 26 54 exilés interrogés Secours catholique exercent professions situées lieues clichés circulent migrants.

    Enseignants, ingénieurs, étudiants, entrepreneurs, comptables, banquiers… 26 des 54 exilés interrogés par le Secours catholique exercent des professions situées à mille lieues des clichés qui circulent sur les migrants. – SIPANY/SIPA

    1 / 1

Selon une enquête du Secours catholique, près de la moitié des migrants de Calais avaient dans leur pays une situation sociale élevée.

Le propos peut surprendre a priori : les migrants de Calais sont « loin » d’être « les déshérités ou les damnés de la terre », estime le Secours catholique. L’association a publié au printemps une vaste enquête à partir d’entretiens réalisés fin 2014 auprès de 54 personnes vivant dans la « new jungle », ce camp où s’agglutinent une bonne part des 3.000 migrants présents dans la région. Elle révèle que 35 % des exilés interrogés appartenaient dans leur pays à une catégorie socioprofessionnelle supérieure. « Avec les 7 jeunes en cours d’études longues, ils sont 26, soit 48 % de nos locuteurs qui avaient une situation sociale élevée ou visaient une telle situation », indique l’étude.

Si l’« échantillon » peut paraître faible, les auteurs du Secours catholique estiment qu’il offre « une représentativité très satisfaisante des situations de l’ensemble des exilés du Calaisis ». Enseignants, ingénieurs, étudiants, entrepreneurs, comptables, banquiers… 26 des 54 exilés interrogés exercent des professions situées à mille lieues des clichés qui circulent sur les migrants.

M. Tardis (Ifri) : « Calais est symbolique de la place du Royaume-Uni dans l’Union européenne »

Persécutions, menaces, arrestations arbitraires…

Jeunes (la moyenne d’âge est de 27 ans), les exilés de Calais sont en grande majorité des hommes d’origine soudanaise (22), érythréenne (13), afghane (7), syrienne (4) ou pakistanaise (3). « Leur jeunesse et leur bonne condition physique leur ont permis d’entreprendre un voyage qui s’avère souvent long et pénible », estime le rapport.

Si seuls deux d’entre eux admettent avoir quitté leur pays (Maroc et Egypte) afin de « trouver une vie meilleure », 89 % des interrogés n’ont pas choisi l’exil pour des raisons économiques mais en raison des persécutions vécues ou constatées autour d’eux. Ces derniers font état de menaces, d’arrestations arbitraires, d’incarcération de plusieurs mois, voire années, de tortures, de mutilations, de viols.

3.062 euros le coûteux voyage

Une part importante des exilés est issue de familles favorisées, apte à financer le coûteux voyage vers l’Europe. Le Secours catholique estime que ces derniers ont déboursé en moyenne 3.062 euros. Un coût qui représente deux ans du salaire moyen au Soudan. Cinq, en Afghanistan…

Le niveau social des migrants n’est pas le seul cliché que le rapport de l’association ébranle. Tous les migrants ne veulent pas se rendre en Angleterre : l’enquête n’en compte que 29 sur les 54 migrants interrogés et 5 autres qui envisagent de rejoindre le Royaume-Uni sans faire la demande de visa. Les autres sont candidats à retourner dans leur pays (3), se trouvent encore dans l’incertitude (3) ou ont demandé l’asile en France (13).

Agathe Mercante

Inscrivez-vous

Newsletter
La Matinale

En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/politique-societe/societe/021272427715-migrants-de-calais-le-rapport-qui-defait-les-cliches-1146518.php?wbvqmQvxzq3Q6x3t.99

Partager

Plus d’histoires deLibye