Aller à…
RSS Feed

20 octobre 2020

L’agent du Mossad Bernard-Henri Lévy et des soldats israéliens ont pris part au coup d’Etat en Ukraine


L’agent du Mossad Bernard-Henri Lévy et des soldats israéliens ont pris part au coup d’Etat en Ukraine

Bernard-Henri Lévy en mission commandée à Kiev, pour le compte d'Israël. D. R.

Bernard-Henri Lévy en mission commandée à Kiev, pour le compte d’Israël. D. R.

Se référant à des médias sionistes, plusieurs sites d’information rapportent que des soldats de réserve israéliens ont participé aux violences de Maidan à Kiev, en Ukraine, aux côtés de groupes néonazis. D’après ces médias, une milice armée «The Blue Helmets of the Maidan» – les Casques bleus de Maidan – comprenant 40 hommes et femmes armés, dont 5 soldats de réserve israéliens, a pris part activement au coup d’Etat en Ukraine. A la tête de cette milice armée, il y a, selon ces mêmes sources, un nommé «Delta» à double nationalité ukrainienne et israélienne, ayant servi dans l’armée sioniste et qui dit recevoir maintenant des ordres du parti ultranationaliste néonazi de Svoboda. Il est utile de rappeler que ce parti s’appelait Parti national social ukrainien et son logo, la Rune du Loup, était aussi l’emblème de la division SS Das Reich qui mit à feu et à sang Oradour-sur-Glane, un village français, dont toute la population a été massacrée par les nazis durant la Seconde Guerre mondiale. Israël n’est nullement dérangé par les déclarations franchement antisémites de certains chefs activistes ukrainiens, mais ce n’est pas une surprise, le régime sioniste ayant décidé de collaborer avec n’importe qui quand il s’agit de répondre aux besoins des objectifs de la politique expansionniste américaine. Ce n’est un secret pour personne que, dans la guerre menée par le terrorisme contre la Syrie, Israël aide les groupes armés islamistes. Les observateurs notent, d’ailleurs, un rapport entre ce qui se passe en Ukraine et la situation en Syrie, dans la mesure où le désordre aux portes de la Russie arrange l’axe Washington-Tel-Aviv dans ses plans au Moyen-Orient. Il y aurait un autre but à cette intrusion israélienne dans les manifestations de Kiev : l’Ukraine compte plus de 200 000 juifs, dont une grande partie dans la capitale. Il s’agit de provoquer leur afflux vers la Palestine occupée. La révélation de la présence de miliciens israéliens à Kiev et l’engagement direct du guignol Bernard-Henri Levy, pantin des Etats-Unis et agent du Mossad, confirme l’implication du sionisme dans les événements en Ukraine. Comme l’a révélé la récente conversation téléphonique entre Victoria Nuland, secrétaire d’Etat adjointe américaine pour l’Europe, et l’ambassadeur des Etats-Unis à Kiev, ils sont prêts à «ch…» sur tout, pourvu que cela serve à semer le chaos aux frontières russes. La vraie opposition ukrainienne doit sans doute regretter d’avoir choisi la rue – avec ses débordements incertains et dangereux provoqués par les manipulations externes au mouvement – pour protester. Cela a conduit à la situation précaire qui prévaut à Kiev, où ont eu lieu les manifestations, avec un risque sérieux de division du pays. Une bonne partie de l’Ukraine, dont la Crimée, ne veut pas des nouvelles autorités qui ont été imposées par la rue après avoir chassé les responsables élus.
Kamel Moulfi

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,