Aller à…
RSS Feed

21 octobre 2020

François Hollande, complice de crime contre l’humanité ?


Opinion

François Hollande,
complice de crime contre l’humanité ?

Christophe Oberlin


Photo: D.R.

Jeudi 12 novembre 2015

Christophe Oberlin est un chirurgien français qui a effectué plus de 30 missions à la bande de Gaza, où il dirige régulièrement des équipes françaises et étrangères. Il est l’auteur de « Chroniques de Gaza », « Marj El Zouhour – La Vallée des Fleurs » et « Le chemin de la cour, les dirigeants israéliens devant la Cour Pénale Internationale ». Nous vous présentons ici des extraits de l’ouvrage, où l’auteur revient sur la responsabilité du gouvernement français dans la destruction et le massacre provoqués par l’opération militaire israélienne de juillet/août 2014 à Gaza.

« A la date de l’entrée en fonction de la Cour pénale internationale en 2002, la situation de la Palestine n’est guère enviable. La deuxième intifada fait rage. La Cisjordanie est occupée, plus de six-cent checkpoints la paralysent, le président de l’Autorité palestinienne est assiégé dans son QG de Ramallah. Le filtrage des entrées et des sorties dans la bande de Gaza a commencé, sur un mode mineur. Trente pour cent de la surface de la bande de Gaza correspond à des colonies israéliennes. Quelques milliers de travailleurs palestiniens franchissent chaque jour le terminal d’Erez pour aller travailler en Israël, pour certains dans les champs qui appartenaient jadis à leurs aïeux. Ils font vivre, dit-on, 250 000 familles. Israël se targue ainsi de participer au soutien de l’économie palestinienne en donnant du travail à ses habitants ! La violence fait rage, elle aussi sur un mode mineur. En moyenne un Palestinien est tué tous les trois jours.

La CPI, « c’est pour autre chose ».

Pas de quoi saisir la Cour ? Théoriquement si : crimes d’apartheid, crime de colonisation, destruction de biens civils (le port et l’aéroport de Gaza financés par l’Union Européenne, par exemple, viennent d’être détruits). Mais la Cour pénale internationale (CPI) n’en est qu’à ses premiers balbutiements. Dans l’esprit du public comme dans celui des acteurs politiques, la CPI, « c’est pour autre-chose », un massacre à grande échelle, une tentative de génocide… Pourtant il y a bien des massacres à grande échelle en Palestine au cours des années d’enfance de la CPI. […]

Dans cette édification du droit international humanitaire contemporain, la Cour pénale internationale a compétence à l’égard des crimes les plus graves qui touchent la communauté internationale : crimes de guerres, crimes contre l’humanité et crime de génocide. Ces crimes doivent avoir été commis après le 1er juillet 2002, c’est-à-dire après l’entrée en vigueur du statut.

/…
La suite sur le site Investig’action

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,