Aller à…
RSS Feed

24 octobre 2020

Qui se cache derrière les armes chimiques en Syrie ?


Qui se cache derrière les armes chimiques en Syrie ?

Español  Deutsch  عربي  English  Português
+

La Déclaration de Vienne du 30 octobre 2015 décrit le « processus politique » —et non plus le « processus de transition »— à venir en Syrie en faisant référence au Communiqué de Genève du 30 juin 2012, mais aussi à la résolution 2118 [1].

Pourtant, il n’y a apparemment aucun lien entre l’avenir politique de la Syrie et l’adhésion de la République arabe syrienne à l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC).

Or, on a appris le 5 novembre 2015 que l’OIAC avait informé les 40 États membres de son Conseil exécutif que du gaz moutarde avait été utilisé en Syrie, en août 2015, à Marea (frontière avec la Turquie), lors de combats entre l’Émirat islamique et des « rebelles ».

Les puissances atlantistes appellent « rebelles » ou « jihadistes modérés » les combattants qui portent le drapeau de la colonisation française vert, blanc, noir à trois étoiles rouges, par opposition aux « jihadistes extrémistes » d’Al-Qaïda et de l’Émirat islamique.

Une réunion spéciale du Conseil exécutif de l’OIAC a été convoquée pour le 23 novembre à La Haye.

Jusqu’ici, on pensait que les données déjà disponibles de l’OIAC concernant des usages de gaz sarin en Syrie pourraient être utilisées par les grandes puissances indifféremment contre la République arabe syrienne ou la Turquie, en fonction de leurs besoins [2]. Mais aucun de ces deux États ne peut être mis en cause dans cette nouvelle affaire.

À l’évidence, les États-Unis et la Russie ont conclu avant la conférence de Vienne un accord sur l’utilisation de cette information.

Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,