Aller à…
RSS Feed

28 octobre 2020

Israël, un Etat au-dessus des lois


EL WATAN
A la une International

Deux palestiniens tués et une maison démolie

Israël, un Etat au-dessus des lois

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 18.11.15 | 10h00

Imprimer Envoyer à un ami Flux RSS Partager

Près de 1000 soldats israéliens ont pris d’assaut, lundi à l’aube, le camp de réfugiés de Qalandiya, situé entre la ville de Ramallah et la ville sainte d’El Qods, en Cisjordanie occupée.

Ils avaient pour mission de détruire la maison d’un détenu palestinien accusé d’avoir participé à l’attentat qui a coûté la vie à un colon israélien, près de Ramallah, en juin dernier. Pour cela, ils ont bloqué toutes les routes menant au camp, avant de l’investir de plusieurs directions sous des tirs nourris.

Des snipers se sont même positionnés sur les bâtisses les plus élevées. Comme à chaque fois, les jeunes du camp sont sortis de chez eux pour tenter de faire face aux assaillants, en utilisant leurs armes habituelles, des pierres et des cocktails Molotov. Dix-huit jeunes ont été blessés dont trois par balles réelles.

Le cas de l’un des trois blessés par balle, touché au ventre, a été qualifié par des sources hospitalières de critique. Au cours de la prise d’assaut, Ahmad Abou El Aaîch (28 ans) et Assaad Manasra (21 ans) ont été tués.

L’armée israélienne a prétendu qu’ils sont tombés au cours d’un accrochage armé avec ses soldats. Une version non confirmée par des sources palestiniennes officielles.

Abou Roudeina, porte-parole de la Présidence palestinienne, a même accusé l’armée israélienne de les avoir exécutés de sang-froid. Une méthode de répression et de terreur utilisée à outrance par les soldats israéliens depuis début octobre, avec le lancement du soulèvement populaire palestinien, en protestation contre la poursuite de l’occupation et de la colonisation, et les violations répétées de la mosquée El Aqsa, troisième lieu saint de l’islam, par des colons et des juifs ultra-orthodoxes.

Abou Roudeina a dénoncé ce «nouveau crime commis par l’armée d’occupation en abattant, de sang-froid, deux citoyens palestiniens et en détruisant une maison pendant la prise d’assaut du camp de Qalandiya».

Il a indiqué aussi que «le gouvernement israélien d’occupation s’obstine à mener la même politique de liquidation et d’exécution sur le terrain, ainsi que de punitions collectives à l’encontre de notre peuple, en contradiction avec le droit international».

Abou Roudeina a demandé à nouveau à la communauté internationale, à sa tête le Conseil de sécurité de l’ONU, une protection internationale afin «de sauver le peuple palestinien des exactions de l’occupant israélien et mettre un terme à sa politique menant à une guerre religieuse».
Les soldats israéliens n’ont quitté le camp qu’après avoir achevé leur mission. Ils ont fait exploser la maison de Mhamad Abou Chahine, après avoir évacué toutes les maisons voisines et rassemblé leurs occupants dans une école du camp.

Bien que la destruction de biens et de maisons de citoyens vivant sous l’occupation est une violation franche du droit international, l’armée d’occupation a démoli à l’explosif cinq habitations comprenant chacune plusieurs appartements, en moins de 48 heures en Cisjordanie occupée.

Leurs habitants, des dizaines de personnes dont des femmes, des enfants et des personnes âgées, sont désormais sans abri avec l’hiver qui pointe. Cette punition collective est largement utilisée comme moyen de dissuasion par le gouvernement israélien avec l’espoir d’arrêter la protesta des Palestiniens.

Fares Chahine

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,