Aller à…
RSS Feed

31 octobre 2020

Global terrorisme : Paris, Bamako, Bruxelles, Grèce, etc. : terreur et surenchère !


Global terrorisme : Paris, Bamako, Bruxelles, Grèce, etc. : terreur et surenchère !

MAMAFRIKA TV

image: http://www.mamafrika.tv/wp-content/uploads/2015/11/terrorisme1.gif

MamAfrika TV | Par K.D.W.

Violences en série. Il y a longtemps que la terreur existe sur terre. Des peuples entiers la subissent au quotidien au point d’en voir leur existence comme suspendue dans le néant. Le terrorisme qui se prétend d’obédience musulmane aussi frappe depuis fort longtemps et il martyrise même des populations qui, du point de vue culturel, n’ont rien à voir avec le monde arabe. Aussi, cela fait plusieurs décennies que l’Afrique de l’Est est-elle le théâtre sanglant où, en dehors de la rébellion politique armée, les Shebab font la loi: Erythrée, Somalie, Djibouti, Ethiopie. Puis progressivement, les faux combattants d’Allah s’orientent vers l’intérieur du Continent: Kenya, Nigeria (Boko Haram), Mali (les évadés du théâtre libyen et les enturbannés d’Aqmi coalisés).

>>> Suivez-nous sur Facebook

>>> Suivez-nous sur Twitter 

Au temps de la sagesse. D’une certaine manière, ceux qui dessinent la planète comme un village depuis l’avènement de la révolution technologique, n’ont pas tort. Car dans un village, tout est connexe et lorsqu’une case brûle, par exemple, on se met tous ensemble pour éteindre le feu. On ne le fait pas forcément par excès d’amour pour son voisin, mais par esprit d’anticipation. Quand les flammes lèchent le toit de chaume de ton prochain, disaient les Anciens, évite de caresser ton oreiller avec tes oreilles. Cependant, faudrait-il que chaque chef de famille parle le langage de la vérité aux membres de sa cour et qu’aucun chef ne manipule les siens, au point de dissimuler ou d’interpréter les faits de façon tendancieuse.

Danger à rebours sur l’Occident. Depuis le 11 septembre 2001, les barbus ont prouvé, en s’attaquant à l’Amérique, que personne n’était à l’abri de leurs folie. En Europe, les années 2000 sont jalonnées d’histoires d’attentats. Les populations de Madrid, de Londres, de Paris découvrent le terrorisme oriental bien après celles de l’ancienne Yougoslavie. Si l’angoisse frappe Bruxelles qui se déserte par mesure de précaution, le reste de l’Europe retient son souffle, se demandant à qui le tour: Londres et Madrid se souviennent, même l’Allemagne, d’habitude posée, s’interroge. Mais à Paris, on encourage les survivants à faire un pied-de-nez à la terreur en affichant leur joie d’avoir échappé jusqu’ici aux balles et aux bombes. On croyait certainement faire mieux que « je suis charlie », oubliant que l’angoisse et la peur sont humaines. Cette sorte de défiance ne fait que mettre l’accent sur la peur mal enfouie. En réalité, il est remarquable que ce ne sont pas les théoriciens de ce type de stratégie qui se trouvent directement exposés. Tout ce qu’ils font, c’est livrer la rue à la vindicte terroriste. Et bien que Paris n’en soit pas à sa première expérience, ces citoyens continuent à être conditionnés. La psychose devient, néanmoins, palpable et se généralise quoi qu’on pense, quoi qu’on dise, quoi qu’on fasse.

Le Mali agressé. Le cas de l’Afrique relève de l’absurde dans la mesure où n’importe quelle vision s’y croit chez elle, sauf la sienne propre! Cela est-il inexplicable? A force de rester à la remorque, on subit les dommages collatéraux lorsque la locomotive à laquelle on a accroché son wagon, explose. L’effroyable prise d’otage dans cet hôtel (Radisson) de Bamako et le nombre de martyrs comptabilisés à ce jour (une vingtaine de morts, sans parler des blessés), commence simplement à friser la routine. En effet, le 7 mars dernier, le monde se souvient de l’attaque de la Terrasse (un bar-restaurant) qui fit cinq morts. Puis en août, l’assaut sur un hôtel à Sévaré se chiffra à 17 morts. Au total, le nombre de personnes victimes des groupes tels que Ansar Din, Almourabitoun ou Aqmi dans le nord, s’élève réellement à combien depuis l’intrusion de ces renégats dans le territoire malien?

L’Afrique longtemps ciblée. Au Nigeria, depuis 2002, il ne se passe pas de mois voire de semaine, sans que les populations n’endurent les exactions de Boko Haram. Maiduguri ou Chibok (où près de 280 lycéennes furent enlevées) sont passés dans la célébrité à force d’attaques menées par le groupe de Shekau que personne n’a encore réussi à mettre k.o. Au Kenya, le 9 avril 2015, ce fut le carnage à l’université de Garissa où pas moins de 148 personnes (pour la plupart des étudiants) furent victimes des Shebab. Deux ans plus tôt, à Nairobi, un centre commercial fut attaqué (le 21 septembre 2013) et 68 morts et plus de 200 blessés furent déplorés. Algérie (avec ses cellules dormantes), Tunisie, Egypte et Libye (depuis l’assassinat de Khadafi par l’Etat français), sont dans le même tourment entraîné par le permanent tourbillon.

L’afro-optimisme. Malgré la vague meurtrière et destructrice, l’Afrique est là, présente. Bien qu’elle soit livrée à la destabilisation, elle vit. Bien qu’elles frôlent une mort imminente et violente au quotidien, les populations investissent les rues. Et lorsqu’une agression se produit, les gens s’éloignent ponctuellement de l’endroit visé mais en l’espace de quelques heures, les revoilà de retour, vaquant à leurs occupations comme si de rien n’était. De fait, il paraît que certains s’interrogent sur cette attitude des Africains face à la multiplication des agressions et des destructions, qui à savoir s’ils en sont conscients, qui s’ils sont insensibles, qui s’ils sont fatalistes, qui s’ils sont juste endurants, fiers ou autres. Pour notre part, nous convions les esprits à la réflexion suivante: où sur le sol africain, les populations seraient plus en sécurité qu’ailleurs, sachant que les frontières des Etats dont elles sont les ressortissants, ne sont pas sécurisées? Combien de chance il y a pour qu’une balle perdue vienne faucher un habitant de pays européen jusque dans son salon? C’est ce qui arrive dans certains pays d’Afrique, bien que cela n’entame en rien, et à juste titre, la foi de l’Africain en l’avenir

En savoir plus sur http://www.mamafrika.tv/blog/global-terrorisme-paris-bamako-bruxelles-grece-etc-terreur-et-surenchere/#aVBOXiOFyd7JK8WT.99

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,