Aller à…
RSS Feed

20 octobre 2020

Quand Depardieu s’est un jour converti à l’islam 1798800_657589497633715_1347498426_n


Quand Depardieu s’est un jour converti à l’islam

1798800_657589497633715_1347498426_n

723 Vues

Dans un texte écrit avant les attentats du 13 novembre, l’acteur met en garde contre l’interprétation des textes sacrés et l’ »arrogance » de vouloir se placer « à la place de Dieu » et rappelle qu’il s’est brièvement converti à l’islam en 1965.
Dans un texte écrit avant les attentats du 13 novembre, Gérard Depardieu met en garde contre l’interprétation des textes sacrés et l’ »arrogance » de vouloir se placer « à la place de Dieu »

Depardieu converti à l’islam en 1965
Ce texte est tiré d’une autobiographie publiée cette semaine et intitulée « Innocent » (Cherche-Midi) dont l’Express publie quelques extraits ce matin. « Le vrai danger, c’est quand l’homme avec toute son arrogance, sa perversité et son ignorance se met à interpréter les textes sacrés dans le seul but, pas forcément conscient, de se mettre à la place de Dieu. (…) Là, commence la manipulation », ajoute l’acteur révélé en 1974 par le film « Les Valseuses ». Il rappelle qu’à son arrivée à Paris, en 1965, il s’est brièvement converti à l’islam après avoir vu Oum Kalthoul à l’Olympia en 1967. « J’ai fréquenté la mosquée pendant deux ans. Je faisais les cinq prières par jour ».
Or, « le vrai danger, ce n’est pas la foi, ça n’a jamais été la foi ».

Liberté, égalité, fraternité?
« Il y a, bien sûr, les idéaux français, qui ont fait le tour du monde. Mais si on les regarde de près… La liberté, il n’y en a plus », estime Gérard Depardieu. « On nous la prend. Les gens sont manipulés, fliqués, on sait tout d’eux. L’égalité a toujours été une utopie. La fraternité, ça j’y crois encore un peu (…) parce que je crois que l’homme est foncièrement bon. Même si à cause de l’esprit politique, il devient chaque jour un peu plus con », dit-il.

« Poutine, c’est un ancien voyou »
L’acteur, devenu citoyen russe en 2013 à sa demande par un décret spécial de Vladimir Poutine, justifie une nouvelle fois sa relation avec le président de la Russie. « On me reproche de fréquenter Poutine, mais j’aurais trouvé beaucoup plus malsain de fréquenter les Kennedy et leur entourage », fait-il valoir. « Poutine, c’est un ancien voyou, je l’ai entendu parler aux oligarques qui essayent de saigner le pays », poursuit-il. « C’est eux qui ont peur de lui et pas l’inverse comme dans tellement d’autres pays. Et je vois bien quand je parle aux gens là-bas combien ils lui sont reconnaissants d’avoir retrouvé face aux autres pays une certaine dignité ».

Ses excès en tout genre
A propos de ses excès, Gérard Depardieu reconnaît que « quand l’ennui (le) prend, (il) boit énormément ou (il) mange énormément ». « Dans ce mal-être, ni la drogue, ni l’alcool, ni la bouffe ne m’ont jamais rien apporté de bon », concède-t-il. « Il faut être très con finalement pour vouloir rester en permanence dans ses propres failles. Ou très narcissique. La vie est vraiment ailleurs », assure l’acteur qui, jeudi, sera l’invité de « La Grande Librairie » sur France 5.

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,