Aller à…
RSS Feed

3 décembre 2020

Zones d’ombres autour de la mort de Ghazanfar Roknabadi à La Mecque


Zones d’ombres autour de la mort de Ghazanfar Roknabadi à La Mecque

Publié par Gilles Munier sur 26 Novembre 2015,

Catégories : #Iran

Zones d’ombres autour de la mort de Ghazanfar Roknabadi à La Mecque

Par Gilles Munier (en collaboration avec Hamed Ghasghavi à Téhéran)

Le corps de Ghazanfar Roknabadi a été identifié mercredi dernier par ses frères, à La Mecque, parmi ceux des milliers de victimes de la bousculade tragique de Mina. Une analyse ADN a confirmé qu’il s’agissait bien de l’ancien ambassadeur d’Iran à Beyrouth. Sa dépouille doit être transférée à Téhéran aujourd’hui.

Pendant plus de deux mois, le régime saoudien a usé de faux-fuyants pour nier la participation de Ghazanfar Roknabadi au Hajj, puis pour empêcher ses frères d’enquêter sur sa disparition. Le bruit courrait alors qu’il était blessé et emprisonné.

On ne saura sans doute jamais ce qui s’est réellement passé le 24 septembre à La Mecque, où un officiel iranien qui l’accompagnait a vu une ambulance l’emporter, vivant, vers une destination inconnue… qui pourrait un centre d’interrogatoire médicalisé. Du fait de ses responsabilités passées d’ambassadeur à Beyrouth, le Mossad était accusé de l’avoir enlevé pour l’interroger sur les activités secrètes de l’Iran en Syrie et au Liban.

Il ne faut pas s’attendre à ce que les Nations-Unis et le Comité International de la Croix-Rouge (CICR) répondent autrement que diplomatiquement au souhait du gouvernement iranien de prendre en charge cette affaire. Ce n’est pas suffisant. Seule en enquête conduite par une commission internationale indépendante permettrait de faire la lumière sur les causes de l’effroyable bousculade de Mina.

Le nombre des victimes de la bousculade comptabilisées officieusement avoisine actuellement les 4 700. Les autorités saoudiennes refusent de publier un bilan de la catastrophe et demeurent silencieuses sur leurs responsabilités, espérant que le drame sera vite oublié. Des milliers de familles musulmanes de par le monde attendent toujours des nouvelles de leurs parents disparus à La Mecque. Elles ne vont tout de même pas laisser les Saoudiens, qui ont fait une nouvelle fois la preuve de leur incompétence à organiser le Hajj en toute sécurité, s’en tirer comme cela.

Photo : Ghazanfar Roknabadi à La Mecque

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,