Aller à…
RSS Feed

17 juillet 2019

conversations sur les champs et dans une librairie


1er janvier 2019
x
BD

J’étais hier pour le nouvel an sur les champs élysées avec les gilets jaunes qui ont « parasité » la grande fête voulue par Macron…sous les slogans « Macron démission » , les jeunes de banlieues venus fêter se sont joints à la fête et aux slogans, ce qui est une excellente chose. Des Turcs chantaient « Macron, Erdogan démission ! » et on a rencontré des Libyens réfugiés en Italie qui chantaient « Macron démission ! Seif el islam Kadhafi au pouvoir ! »

 

Avant, j’étais passé dans une librairie liée au hezbollah et nous avons eu une longue conversation avec la libraire sur tout, et en particulier sur le Liban, l’absence de gouvernement et la corruption. La corruption de Hariri ne fait aucun doute mais aussi celle de Nabi Berri d’Amal, en particulier de son épouse qui se comporte comme la Trabelsi tuniesienne, et que chaque projet lancé dans les fiefs de ces deux corrompus passent par des enveloppes versées. Elle nous a expliqué pourquoi le hezbollah faisait une alliance simplement tactique selon elle, avec Amal car, tout simplement, une alliance simple Aoun-Hezbollah serait trop faible pour faire face à la fo Hariri, Geagea, Joumblatt et Amal sans compter Israël et les pétromonarchies …donc l’alliance avec Amal et le PC libanais aussi permet d’élargir quelque peu la base du camp anti-impérialiste.

 

Hariri a refusé la proposition italienne de traiter gratuitement les ordures au Liban carl’état actuel lui rapporte et il a aussi refusé la proposition iranienne de reconstruire gratuitement le réseau électrique libanais car là encore cela profite à Hariri et Berri.

 

du coup, j’ai parlé de l’affaire Hannibal Kadhafi et elle m’a répondu que bien sûr, c’était Amal qui l’avait fait arrêter et qui bloquait les choses pour pouvoir négocier des rançons avec la famille Kadhafi. Tout simplement. Le Hezbollah n’a pas le rapport de force suffisant pour débloquer le dossier et doit donc naviguer entre Amal et la lucidité sans perdre de vue l’essentiel qui est d’empêcher une nouvelle guerre civile, et de se renforcer face aux sionistes. Progressivement le rapport de force changeant en Syrie mais aussi en Jordanie, ils espèrent que cela imposera des changements au Liban comme d’ailleurs aussi en Turquie. …a suivre donc !

Plus d’histoires dedemocratie directe

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,