Aller à…
RSS Feed

14 octobre 2019

Le Dr. Daniel Warner nous parle de l’Algérie et de la politique étrangère américaine


Centre Palestinien
d’Information
Interview
Le Dr. Daniel Warner:
« La relation américano-saoudienne est basée
sur l’argent et les bases militaires »
Mohsen Abdelmoumen

Dimanche 7 avril 2019

Le Dr. Daniel Warner est un politologue américain qui vit depuis 1972 à Genève en Suisse. Il est titulaire d’un baccalauréat en philosophie et religion de l’Amherst College, aux États-Unis, et d’un doctorat en sciences politiques de l’Institut universitaire des Hautes Études internationales de Genève (HEID). À 21 ans, il a travaillé pour Bobby Kennedy qu’il admirait et a notamment participé au discours que le sénateur Kennedy a prononcé à Los Angeles en 1968, juste avant d’être assassiné. Refusant de participer à la guerre du Vietnam, il s’est engagé comme enseignant dans les quartiers difficiles et a été l’un des premiers Blancs à enseigner dans une école noire de Harlem. Il a également beaucoup milité pour le mouvement des droits civiques avant de quitter les États-Unis pour l’Europe où il s’est installé à Genève.

Jusqu’en 2010, le Dr. Warner a été directeur du Centre pour la gouvernance internationale (CIG) à l’Institut de hautes études internationales et du développement (HEID) en Suisse. Docteur en sciences politiques, il a été conseiller auprès de l’OIT (Organisation internationale du Travail), de l’UNHCR (Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés) et de l’OTAN, ainsi que consultant auprès des ministères des Affaires étrangères et de la Défense de la Suisse. Il a donné des conférences à Oxford, à Cambridge, à Yale, à l’Université d’État de Moscou, à l’Université hébraïque, etc. et ses travaux ont été traduits en français, allemand, russe, arabe et persan.

Le Dr. Warner a bien voulu répondre à quelques questions, notamment concernant les grandes manifestations qui se déroulent depuis le 22 février en Algérie et qui ont conduit le président Bouteflika à démissionner. Le Dr. Warner a écrit un article qu’il a publié dans la presse alternative, notamment dans Counterpunch et qu’il a repris dans son blog « And Now Algeria ». Lui demandant comment il voyait l’évolution de la situation en Algérie, il m’a répondu que la période de stagnation était terminée en Algérie du fait de la santé du président Bouteflika et de la population dans les rues, et que ce qui s’était passé ne pouvait pas continuer. Comme je m’étonnais de son intérêt particulier pour l’Algérie, il m’a confié avoir eu l’honneur de former des diplomates algériens sur place et à Genève, ainsi que de donner des conférences et de visiter le pays, en plus d’avoir de bons amis algériens à Genève.

Au sujet de la politique étrangère des États-Unis, j’ai demandé au Dr. Warner ce qu’il pensait du soutien indéfectible des États-Unis à l’Arabie saoudite alors que celle-ci a répandu le wahhabisme dans toute la planète de l’aveu même du prince héritier Mohammed ben Salmane. D’après le Dr. Warner, la relation américano-saoudienne est basée sur l’argent et les bases militaires, et lorsque je lui ai parlé du silence international face à la guerre du Yémen que menait l’Arabie saoudite en utilisant même de l’uranium appauvri contre la population yéménite, il a ajouté que l’Arabie Saoudite était intouchable par les États-Unis en précisant que même la Suisse s’était abstenue de condamner l’Arabie saoudite au Conseil des droits de l’homme. Le constat du Dr. Warner est similaire à celui du Dr. Bruce Riedel, ancien haut responsable de la CIA et conseiller de quatre présidents des États-Unis, que j’avais interviewé en octobre 2016 et qui m’avait parlé de l’Algérie en disant beaucoup de bien des services de renseignement algériens, le DRS, et qui m’avait aussi confié que rien ne pouvait altérer les relations historiques entre les États-Unis et l’Arabie Saoudite qui dataient de l’époque de Franklin Delano Roosevelt.

Je l’ai également interrogé sur la décision de l’administration Trump de reconnaître la souveraineté d’Israël sur le Golan en dehors de toute légitimité. Le Dr. Warner a admis que la reconnaissance de l’appartenance du plateau du Golan à Israël est contre le droit international, mais compatible avec le parti pris à l’égard d’Israël, tout comme le transfert de l’ambassade US à Jérusalem.

Répondant à ma question sur la gouvernance de Donald Trump, le Dr. Warner estime qu’elle est au-delà de toute réponse rationnelle, considérant que la politique et les politiciens d’aujourd’hui correspondaient à ce que Benjamin DeMott appelait il y a de nombreuses années la politique poubelle.

Concernant la nécessité d’avoir un monde multipolaire, pour lui qui a visité l’URSS pour la première fois en 1984 et qui se rend régulièrement en Russie depuis lors, le multilatéralisme est la seule réponse à la politique mondiale.

À ma question sur l’obsolescence de l’OTAN, connaissant parfaitement cette organisation puisqu’il y a été conseiller, le Dr. Warner estime que l’OTAN a besoin d’une réforme sérieuse.

Ses articles peuvent être consultés sur son blog.

Interview réalisée par Mohsen Abdelmoumen

Reçu de Mohsen Abdelmoumen pour publication

Plus d’histoires deAlgérie

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,