Aller à…
RSS Feed

12 novembre 2019

Le Venezuela largue l’Organisation des États américains


PressTV

Wed Apr 10, 2019

AccueilAmériques

Le Venezuela a renoncé à son adhésion à l’organisation des États américains (OEA). ©www.ameliarueda.com

La guerre US contre le Venezuela que soutiennent désormais et très clairement, la Russie, l’Iran et la Chine « tergiverse » : elle va du diplomatique au militaire et vice-versa. Mais à chaque étape, la République bolivarienne parvient à faire reculer l’ennemi et à le pousser à se replier. L’OEA vient désigner tout comme la Ligue arabe en son temps agissant face à la Syrie, un délégué de Juan Guaido en son sein. La riposte de l’État vénézuélien n’a pas tardé : il vient d’annoncer son retrait de cette organisation transformée en un outil de chantage.

Le Conseil permanent de l’Organisation des États américains (OEA) a reconnu hier mardi le représentant de l’opposant vénézuélien comme ambassadeur du pays au sein de cette instance régionale et ce jusqu’à la tenue de nouvelles élections au Venezuela.

En effet, une résolution a fait de Gustavo Tarre le « représentant permanent désigné de l’Assemblée nationale du Venezuela devant l’OEA ». En réaction à cela, Caracas a annoncé son retrait le 27 avril de l’OEA qui est au service des intérêts impérialistes de l’administration américaine.

L’OEA est une organisation régionale fondée en 1948 qui regroupe 35 pays d’Amérique du Nord et du Sud.

Il y a peu, Juan Guaido, chef de l’opposition s’est autoproclamé président par intérim en prêtant aussi serment. Le président américain, Donald Trump a tout de suite apporté son soutien à Guaido en le reconnaissant comme le président du pays. Le président élu, Nicolas Maduro n’a pas manqué de dénoncer les ingérences américaines dans les affaires intérieures de son pays et il a qualifié de stériles les tentatives américaines de renverser le gouvernement de Caracas.
Guerre US contre le Venezuela: l’arrière-cour?
Guerre US contre le Venezuela: l’arrière-cour?
Après deux pannes d’électricité massives qui avaient paralysé le Venezuela pendant plusieurs jours, Nicolas Maduro a dénoncé une « attaque cybernétique » fomentée par les États-Unis, le Chili et la Colombie.

Volet militaire

En dépit des menaces incessantes des USA contre la présence des militaires russes au Venezuela, Caracas a affirmé vouloir poursuivre ses coopérations technico-militaires avec Moscou. Le ministre vénézuélien des Affaires étrangères, Jorge Arreaza, de retour récent d’une tournée en Syrie et au Liban, a en effet affirmé poursuivre ses coopérations militaires avec Moscou, appelant les États-Unis à coopérer eux aussi, avec « qui ils le voulaient ».
Des militaires iraniens bientôt au Venezuela?
Des militaires iraniens bientôt au Venezuela?
Le vice-ministre iranien des Affaires étrangère a pris le premier vol direct reliant Téhéran à Caracas. Une importante délégation l’accompagne.

Près de 100 soldats russes à bord de deux avions militaires, Antonov An-124 et Iliouchine Il-62, qui transportaient également 35 tonnes de matériel non identifié, sont arrivés le 23 mars à Caracas. Peu après la Chine a également envoyé ses conseillers militaires dans le pays, démarche suivie lundi par la visite d’un haut responsable iranien à Caracas.

Le vice-ministre iranien des Affaires étrangères, Mohsen Baharvand, s’est en effet rendu ce lundi matin à Caracas, capitale du Venezuela, à bord du premier vol direct au départ de l’aéroport international Imam Khomeiny de Téhéran. Mohsen Baharvand est accompagné d’une délégation politique et d’une autre délégation composée des membres de la compagnie aérienne iranienne Mahan. Cette compagnie se trouve en ligne de mire des États-Unis pour ses vols fréquents en Syrie. Les officiels US ont réagi à l’établissement de la liaison aérienne Téhéran-Caracas dès mardi, la jugeant « non nécessaire ».

Aimer
2
1

Plus d’histoires deAmérique Latine

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,