Aller à…
RSS Feed

25 août 2019

Les Africains embarrassés par une présence chinoise devenue étouffante


France-Irak Actualité : actualités du Golfe à l’Atlantique

Analyses, informations et revue de presse sur la situation en Irak et du Golfe à l’Atlantique. Traduction d’articles parus dans la presse arabe ou anglo-saxonne.

Publié par Gilles Munier sur 2 Juillet 2019, 06:32am

Catégories : #Afrique, #Chine

Par Martin Mateso (revue de presse : France info Afrique – 27/6/19)

La montée en puissance de la Chine en matière économique sur le continent africain ne fait pas que des heureux. Loin de là. La colère gronde dans plusieurs pays où l’image de Pékin s’est considérablement dégradée.

Il y a une vingtaine d’années, l’irruption de la Chine sur la scène africaine avait été applaudie. Elle avait suscité beaucoup d’espoir aux quatre coins du continent. Aujourd’hui, l’enthousiasme s’est progressivement dissipé pour céder la place à la désillusion, explique à franceinfo Afrique Emmanuel Véron, enseignant-chercheur à l’Ecole navale et spécialiste de la Chine.

« Je pense que l’image de la Chine se dévoile de plus en plus dans les faits auprès des populations africaines qui n’y trouvent pas leur compte. Elles se trouvent parfois dépossédées de leurs terres, de leurs moyens économiques, voire de leurs emplois, du fait de la montée en puissance de la Chine en matière économique sur le continent africain », explique Emmanuel Véron.

« Des groupes criminels et mafieux bien structurés »

Les scandales se sont multipliés à travers le continent impliquant des Chinois dans des opérations irrégulières, voire mafieuses. Pour la première fois, un pays africain, le Kenya, vient d’ordonner l’expulsion de 200 citoyens chinois. Ils menaient des activités commerciales illégales et ne disposaient d’aucun permis de séjour valide.

Une autre affaire défraye la chronique depuis le mois de mars 2019, à Libreville au Gabon, après la découverte de 5000 mètres cube de bois précieux dans deux sites d’entreposage appartenant à des sociétés chinoises. La justice gabonaise a mis en cause un influent entrepreneur originaire de l’Empire du Milieu et accusé d’être le cerveau de ce trafic.

Désormais, les entreprises chinoises, bien présentes sur le terrain, font comme tout le monde pour se remplir les poches. Braconnage des espèces menacées, prédations sur les ressources minières, trafic de bois précieux… Tous les coups sont permis.

”Des groupes criminels et mafieux chinois très structurés et liés à des diasporas font des affaires juteuses, en exploitant ces ressources pour le marché chinois. Les contrebandiers se régalent.” (Emmanuel Véron, enseignant-chercheur, spécialiste de la Chine à france info Afrique)

Une filière chinoise d’immigration clandestine très active

Des Chinois sans permis de séjour valides, sans registres de commerce: ils sont de plus en plus nombreux à s’installer de façon clandestine en Afrique. Pas facile d’évaluer leur nombre, mais Emmanuel Véron observe une courbe croissante de la démographie chinoise tous azimuts en Afrique.

« Du diplomate de très haut niveau jusqu’aux paysans débauchés des campagnes chinoises pour travailler dans une exploitation agricole ou d’élevage au Mozambique, au Cameroun, en RDC, en Tanzanie ou ailleurs. On a un maillon très large de la démographie chinoise présente sur le continent et de manière croissante. On a, de ce fait, une mise en concurrence, à une échelle sociale de base, entre des éleveurs, des agriculteurs africains et chinois, entre des artisans africains et des commerçants chinois des villes et des faubourgs des grandes villes africaines », explique-t-il.

Des Chinois qui profitent des chaînes d’approvisionnement en provenance de leur pays pour imposer une concurrence très forte qui gêne énormément les capacités de production des populations africaines

”Pour la Chine, le continent africain est une place éminemment stratégique pour les 25 prochaines années, pour des raisons démographiques, de ressources et de marché” (Emmanuel Véron, enseignant-chercheur, spécialiste de la Chineà france info Afrique)

Le partenariat gagnant-gagnant, un marché de dupes

Les Africains ont fini par réaliser que « le partenariat gagnant-gagnant », tant vanté par la Chine, n’était qu’un marché de dupes. Ils doivent désormais composer avec une nouvelle puissance qui n’a plus ni pudeur, ni complexe pour s’imposer sur la scène internationale.

« Gagnant-gagnant, c’était une formule issue de l’administration Clinton des années 90. La Chine l’a reprise à son compte et finalement, c’est elle qui gagne. Dans ce cas de figure, c’est de la posture diplomatique. Avec tout le décalage qu’il peut y avoir entre le discours et sa mise en application », observe Emmanuel Véron.

Quelle leçon pour le continent ? Comment l’Afrique peut-t-elle sortir des griffes du géant chinois ? Emmanuel Véron ne voit qu’une solution : diversifier les partenaires du continent. « La Chine est en train de définir son agenda en tant que puissance mondiale. Elle réoriente ses schémas économiques, et notamment vis-à-vis de l’Afrique. Le continent a besoin de diversifier ses partenaires en se tournant vers l’Europe, mais aussi vers l’Amérique latine, l’Asie du Sud, notamment l’Inde et le Japon, et pourquoi pas vers les pays du Moyen Orient », plaide-t-il.

Pour lui, la dimension multilatérale doit prendre tout son sens. Il est plus simple de négocier à plusieurs, quand on est face à « un mastodonte » comme la Chine, estime-t-il.

*Source : francetinfo .fr

Plus d’histoires deAFRIQUE

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,