Aller à…
RSS Feed

6 juillet 2020

Lettre ouverte à tous les Gilets Jaunes de France


Actualité

Serge Grossvak

Jeudi 2 janvier 2020

« On est là !» Nous le chantons, nous le clamons. Je crois qu’est venu le moment de tenir parole à notre façon. Comme vous tous j’ai pris connaissance du rituel des « voeux présidentiels ». Comme vous ses mots de despote m’ont allumé la colère. Je suis convaincu qu’est venu le temps de la résistance, du Peuple entré en désobéissance, du courage du sabotage pacifique.

Nous ne pouvons pas, nous ne devons pas demeurer spectateurs du combat en cours. Les cheminots, les raffineurs, les profs, jusqu’aux danseurs de l’Opéra font grève. Ils vont à ce combat avec un immense courage. Ils ont leurs syndicats avec eux (pas tous), mais seuls 20% des travailleurs sont encore aujourd’hui employés dans de grandes entreprises, de grandes corporations. Nous ne pouvons remettre notre avenir, notre dignité dans les seules mains de ces hommes et ces femmes qui portent ce combat. Nous avons à « être là », nous qui gilets jaunes pour beaucoup ne sommes pas de ces professions. Toute cette année écoulée nous avons appris à être là à notre façon. Voici l’an II de notre action. Gilets Jaunes debout !

Nous devons aborder autrement cet an II de reconquête de notre dignité. Le pouvoir nous a interdit l’espace public, nous pourchassant des rond points, parquant nos manifs, nous asphyxiant de gaz aveuglants et brulants. Lorsque l’espace public a perdu sa destination de liberté, alors nous reprenons la méthode de nos anciens. Comme eux, nous devons entrer en résistance.

Comme la Résistance nous devons maintenant agir par petits groupes, dans la discrétion. Nous nous sommes rencontrés sur les rond points, dans les manifs. Nous nous connaissons et n’avons pas besoin du net ou du téléphone. Nous sommes déjà des milliers de groupes. Que chacun se rapproche de qui il se sent le plus en confiance. Que chacun monte son action.

Quelle action ? Tout ce qui bouscule l’organisation de notre quotidien sans porter atteinte à la personne, sans atteindre ce dont nous aurons besoin après notre victoire. Pour le reste, tout ce qui fait réseau peut être saboté sur les zones industrielles, commerciales, économiques…

« Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs »
Constitution de l’an I art.35

 

 

Le dossier politique
Les dernières mises à jour

Source : Page FB de l’auteur

Plus d’histoires dedemocratie directe

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,