Aller à…
RSS Feed

12 août 2020

Afrique et immigration, un point de vue africain


Afrique et immigration, un point de vue africain

par Robert Bibeau

Par Célestin Bernard N’Dri.

La solution à la détresse

Avec les cheveux au style d’ un  Rasta , et le regard larmoyant ,   » Petit » Moussa , n’en croit pas ses yeux. Ce samedi 18 juillet dernier, Il égrène entre deux sanglots et  avec amertume son rapatriement de la Libye.  L’an dernier , alors qu’ il y’ a dépensé toute sa fortune pour la traversée de l’Océan Atlantique  (sud-nord). Rallier   Lampedusa en Italie qu’il n’ atteindra jamais, était son seul  but. Il dit ,  avoir remis à son passeur d’ infortune , ses deux millions de francs CFA , l’ équivalent de 3340 Dollars canadiens.  » J’ irai encore tenter ma chance  .. il vaut mieux aller que de rester dans la souffrance , ici à Abidjan« . S’ arme t ‘il de courage, ce jeune ivoirien de 28 ans , sans qualification.

L’ engagement de Moussa à immigrer  vers de nouveaux  horizons est symptomatique de la fièvre qui touche chaque année des milliers d’ africains qui fuient la détresse , de leur continent et terre natale à la recherche de mieux être , hors de leur civilisation.
Leur volonté de braver tous les obstacles au péril de leur vie,  ramène à des questionnements.

Que retenir des aides au développement que la Banque Mondiale et le Fmi , distribuent aux pays africains?

Qu’ ont apporté les différents Plan d ‘ Ajustements structurels pour lesquels , ces Gouvernants  sont obligés d ‘y  adhérer au forceps de leur dignité ? Si à un coin de la rue , vous êtes malgré vous , contraints à épiloguer sur l ‘ équation de l ‘ immigration tout Azimut des peuples d’ Afrique , vers l ‘Europe , l Asie et l ‘ Amérique du   Nord , cherchez d ‘abord à scruter l ‘ horizon de ce côté là. Vers bien sûr , les  Institutions de Bretton Woods , qui savent apprécier la « bonne » gestion des dirigeants africains dont la plus part du temps,  très décevants , ont peu d’ ‘égard pour leur propre peuple. Depuis l’ aube des indépendances , les gouvernements africains confectionnent en début d’année des budgets colossaux dont ils vantent les mérites  parce que selon eux , toutes les préoccupations  de leurs populations y sont consignées. (sic)

Se conformer à de telles affirmations , c’ est  vouloir être complice de crimes parfaits, dont les victimes sont naturellement , les pauvres populations au chômage , à qui tout manque , même un morceau de savon et une brosse à dent, vivant dans une maison insalubre ,dépourvue de commodités de premier niveau, et mangeant difficilement à sa faim, au quptidien. La vraie galère, quoi ! Le décor ainsi planté , laisse entrevoir de graves disparités entre les jeunes diplômés , les chômeurs , les désoeuvrés, toute cette population en quête de bonheur et  de débouchés et les mensonges des gouvernants sur les croissances économiques à deux chiffres qu’ ils brandissent dans les salles luxueuses d’Abidjan, Brazzaville …et Yaoude.

Devant l’ inaction de ces filous administrateurs de biens mal acquis  , et devant le chômage grandissant , et l’absence de vision pour des actions concrètes pour l’ insertion professionnelle des populations fragiles , il n ‘y a pas  débats. Comment assurer le bien être familial des laissé pour compte , quand le gouvernement se croit obligé de transférer toutes les richesses de son pays dans des paradis fiscaux? comment peut on vivre dans un pays où , la sécurité et la cohésion sociale font cruellement défaut? pourquoi rester dans un pays , quand on sait qu’ il n y ‘a pas de visibilité du point de vue de l’ emploi?

Pourquoi rester enfin dans un pays où le capitalisme sauvage a gravement creusé  l’écart entre les riches et les pauvres ?  De la Guinée , en passant par le Sénégal  , le Maroc, la Cote d’Ivoire , le Mali , l’ Algérie , la Tunisie , le Burkina Faso, le Congo, le Cameroun, le Tchad , le Niger, le Ghana , le Nigéria …et la Zambie, la Météo politique reste la même ,sauf à quelques microns de différence près.  Quand la vraie galère , s ’empare de la dignité de ces jeunes et devant le train de vie insolent de ceux qui bénéficient des largesses  de l’État, malheureusement , en très petit nombre, l‘idée de partir  sous d’ autres cieux en quête d’un bonheur imaginé, les prend au dépourvu.

En Afrique un enfant qui réussit, l’est pour toute une communauté. Au besoin , celle-ci, s ‘organisera pour  l’aider à partir pour l’Occident , très organisé et très jaloux quand il est question de préserver les droits  de l’homme.  (sic) L’évangile de Saint Jean vient pour tout couronner à ce niveau. Jésus dit :  » Je suis la Lumière , et celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres. » Aussi étonnant que cela puisse paraître , l’Occident pour ces jeunes reste la Lumière;  parce que source d’ organisation scientifique , d ‘ équité et de liberté.  S ‘y  installer contre vents et marées, est un sacerdoce pour toutes les familles africaines.
La recherche d ‘ une vie meilleure et d ‘un réconfort pour justifier sa présence au monde est une obligation qu’ il faut vaincre quels qu’ en soient le prix et les risques. les populations africaines , le savent.

Revigorés ainsi , même dix bateaux de fortune qui chavirent ne décourageront jamais ces morts en sursis, en quête de bien être sur une terre étrangère, qui leur ouvre pourtant ses portes avec ses propres réalités. Si leurs gouvernements d’ origine en étaient conscients, les hécatombes meurtrières  auraient déjà diminué. Nous en sommes convaincus. Mais que faire lorsque les richesses  africaines, sont  pillées par des mains  occultes qui refusent de créer des emplois et un cadre de vie raisonnable? La seule alternative , c’ est partir, lorsqu’il est encore temps. Mais, où aller?

Célestin Bernard N’Dri

Robert Bibeau | 27 juillet 2020 à 10 h 00 min | URL : https://les7duquebec.net/?p=256620

Plus d’histoires deAFRIQUE

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,