Aller à…
RSS Feed

6 août 2021

« L’Orient d’Ismaÿl Urbain, d’Égypte en Algérie», par Roland Laffitte & Naïma Lefkir-Laffitte


« L’Orient d’Ismaÿl Urbain, d’Égypte en Algérie», par Roland Laffitte & Naïma Lefkir-Laffitte

Publié par Gilles Munier sur 20 Janvier 2021,

Ismaÿl Urbain (1812-1884)

Les éditions Geuthner vous invitent à une visioconférence

Le 18 février 2021 de 18 h à 19 h 30

au sujet du livre de Roland Laffitte et Naïma Lefkir-Laffitte 

L’Orient d’Ismaÿl Urbain, d’Égypte en Algérie

Médiateur :

Philippe Régnier, président de la Société des études saint-simoniennes

Intervenants : 

Myra Prince, directrice des éditions Geuthner, Roland Laffitte et Naïma Lefkir-Laffitte, les auteurs.

Si vous désirez y assister,

prière de vous faire connaitre en cliquant sur le lien suivant :

https://meeting.zoho.com/meeting/register?sessionId=1015464549

LIVRE PREMIER :

Les jeunes années d’Urbain, fils d’un armateur de La Ciotat et d’une mère mulâtre née esclave, sont ballottés entre Cayenne et Marseille. Dès l’été 1831, les élans républicains nés de la Révolution de Juillet modèlent ses premières actions politiques. L’année 1832 est celle de sa conversion au Saint-Simonisme et des émotions de la Retraite de Ménilmontant. Après l’interdiction de l’association et l’arrestation de ses chefs, ce sont les missions prolétaires à Lyon et dans le Midi puis, en 1833, le départ pour l’Orient. Un voyage exotique fertile en péripéties pittoresques et en sensations nouvelles, mais aussi riche de leçons politiques qui dépassent l’effritement du rêve religieux et l’échec des projets du canal de Suez et du barrage du Nil. À l’opposé des politiques de conquête et de colonisation de l’époque, c’est une période inédite de coopération volontaire en Orient. La conversion d’Urbain à l’Islam est un élément original dans la Famille saint-simonienne. Cette expérience aura une importance capitale dans sa nouvelle vie et une influence réelle, mais contrariée, dans la politique française.

LIVRE SECOND :

De retour d’Égypte en 1836, lors d’un intermède parisien, une autre vie se dessine pour Urbain. La perspective d’un nouveau départ s’ouvre : celui vers l’Algérie, en avril 1837, en pleine tempête de la conquête. Pour lui, comme pour ses deux mentors, Enfantin et d’Eichthal, l’Algérie va profondément altérer leurs premières idées de la période d’emballement spirituel pour l’Orient lors du séjour égyptien. Arraché à son rêve d’avenir poétique et théâtral, Urbain se trouve poussé vers des tâches plus prosaïques d’interprétariat et d’administration. C’est un autre homme qui nous parle, à travers ses articles de presse, brochures, rapports militaires et correspondances privées, surtout celle avec d’Eichthal, son second dans le duo des « deux proscrits : le Juif et le Noir ». L’exaltation laisse place à l’exposé d’une réalité cruelle : celle du fracas des armes et des combats politiques. Cette expérience prouvera que conquête et colonisation sont la pire manière d’associer Orient et Occident, de rassembler la Famille universelle.

Partager

Plus d’histoires deAlgérie