Aller à…
RSS Feed

17 juin 2024

Les descendants des esclavagistes continuent de martyriser l’Afrique, par Sergei Kojemiakine


Histoire et société

Dieu me pardonne c’est son métier

 

https://gazeta-pravda.ru/issue/20-31369-36-marta-2023-goda/nasledniki-rabovladeltsev/

N° 20 (31369) 3-6 mars 2023

Auteur : Sergei KOZHEMYAKIN, chroniqueur politique à la Pravda.

La transformation de l’Afrique en une arène de rivalités géopolitiques provoque l’instabilité. En Éthiopie, elle s’est transformée en une guerre civile sanglante, et au Nigeria en une lutte féroce entre clans lors des élections générales.

Fractures politiques

Pour décrire les charmes du capitalisme, ses idéologues utilisent une gamme restreinte d’exemples. Leur “matériel d’illustration” se limite à l’Amérique du Nord, à l’Europe occidentale, au Japon et à quelques autres pays. En même temps, les propagandistes du marché se taisent pudiquement sur le prix du “progrès”. Par exemple, les régions qui ont participé pleinement à l’histoire du capitalisme. Non pas en tant que bénéficiaires, mais en tant que “matériaux de construction”.

L’Afrique a fourni l’accumulation initiale de capital pendant des siècles. Le nombre d’esclaves exportés du continent est estimé à 17 millions. Au 19e siècle, l’Afrique a été divisée par les puissances capitalistes, ce qui a gelé son développement. En 1900, la population du deuxième plus grand continent du monde ne représentait que 6 % de la population mondiale.

Au prix de souffrances inimaginables, l’Afrique a constitué la base de la prospérité de l’Occident et attire aujourd’hui les prédateurs mondiaux avec ses ressources. Ces derniers mois, le continent a été au centre d’intrigues diplomatiques. Vers la fin de l’année, un sommet États-Unis-Afrique s’est tenu à Washington. Les hôtes ont séduit les invités en promettant d’abord d’accorder à l’Union africaine une place au sein du G20, puis d’investir 55 milliards de dollars dans des projets communs et de contribuer à la lutte contre la faim. L’apparente générosité cache un calcul cynique. Il s’exprime dans la stratégie américaine pour l’Afrique subsaharienne, qui identifie ouvertement la Chine et la Russie comme les principaux obstacles à la construction des liens entre les Etats-Unis et le continent.

L’activité d’autres acteurs rend l’Occident tatillon. En janvier, le nouveau ministre chinois des affaires étrangères, Qin Gang, a effectué son premier voyage à l’étranger en Éthiopie, au Gabon, en Angola, au Bénin et en Égypte. Presque simultanément, son homologue russe Sergei Lavrov s’est rendu en Afrique. L’Afrique du Sud, l’Eswatini, l’Angola et l’Érythrée ont été choisis comme étapes.

Craignant de perdre l’Afrique, l’Occident exploite habilement ses difficultés – pauvreté et instabilité. Lorsque les enjeux sont particulièrement importants, cette dernière est provoquée de l’extérieur. C’est ce qui s’est passé en Éthiopie. Le premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, n’a pas répondu aux attentes, refusant de se plier à la volonté des États-Unis et de couper les liens avec la Chine. Sa punition a été le soutien de l’Occident à la révolte qui a éclaté en 2020. Elle a été déclenchée par le Front populaire de libération du Tigré (FPLT), qui gouverne la région du même nom et qui, avant l’arrivée au pouvoir d’Ahmed, contrôlait de facto l’ensemble du pays. La guerre civile s’est déroulée avec un succès mitigé. Le FPLT a failli s’emparer de la capitale éthiopienne, Addis-Abeba, mais a finalement été repoussé et a demandé la paix.

Un accord de cessez-le-feu a été négocié par l’Union africaine. Les rebelles ont rendu leurs armes lourdes et se sont engagés à respecter l’intégrité territoriale de l’Éthiopie. Cette victoire a amélioré la position d’Ahmed sur la scène internationale. La Maison Blanche, qui l’avait accusé de quasi-génocide et menacé de sanctions sévères, a été contrainte de saluer l’accord et d’inviter le premier ministre au sommet États-Unis-Afrique. Les relations entre l’Éthiopie et le Soudan se sont normalisées. Des affrontements frontaliers avaient eu lieu entre les deux pays ces dernières années, Addis-Abeba dénonçant le soutien de ses voisins au FPLT. Le conflit s’est aggravé à cause de la centrale hydroélectrique Hidase (Renaissance) en construction en Éthiopie, qui, selon le Soudan et l’Égypte, limiterait le débit du fleuve.

Lors d’une visite du ministre éthiopien des affaires étrangères, Demeke Mekonnen, à Khartoum en décembre, les deux parties ont convenu de résoudre les différends de manière pacifique. Cette visite a été suivie, dès cette année, d’une rencontre entre M. Ahmed et le président du conseil souverain transitoire du Soudan, M. Abdel Fattah al-Burhan. Proclamant une alliance, les deux dirigeants ont pris des mesures réciproques. Al-Burhan a marqué sa solidarité sur tous les sujets, y compris la construction de la centrale hydroélectrique, tandis que le premier ministre éthiopien a appelé au respect de la souveraineté politique de Khartoum.

Il est toutefois prématuré de croire que les nuages au-dessus de l’Éthiopie se sont dissipés. Le conflit, qui dure depuis deux ans, a infligé de graves blessures au pays. Le nombre de morts est estimé à 600 000 et le nombre de personnes déplacées à l’intérieur du pays dépasse les 2 millions. En reconnaissant que le FPLT continue à gouverner au Tigré (une récente rencontre entre Ahmed et les dirigeants du mouvement en témoigne), le gouvernement a de fait gelé le conflit. Mais si les conditions redevenaient favorables, l’insurrection reprendrait de plus belle.

Et les conditions sont en train de mûrir. À peine les autorités se sont-elles occupées du Tigré que la situation s’est détériorée dans la région la plus peuplée du pays, l’Oromia. Les rebelles de l’Armée de libération de l’Oromo (ALO) y sont actifs. Un manifeste qu’ils ont publié affirme que de longues années d’oppression par les Amhara, le groupe ethnique dominant de l’Éthiopie, n’ont pas pris fin avec l’arrivée au pouvoir d’Abiy Ahmed, un Oromo. L’ALO défend “le droit à l’autodétermination, la libération de l’exclusion politique, de l’exploitation économique et de la marginalisation socioculturelle”. Après avoir accusé le gouvernement de répression, le mouvement a appelé la communauté internationale à intervenir.

Des milices auparavant dispersées ont récemment émergé comme une force redoutable, dotée d’un armement sophistiqué qui pourrait indiquer l’existence d’une aide étrangère. L’ALO a occupé plusieurs grands centres de population, dont Najo et Mandi, et a assiégé la ville de Nakemte, qui compte 200 000 habitants. Les autorités, qui avaient auparavant rejeté tout contact avec les rebelles, admettent désormais la possibilité de négociations.

Les milices amhariques sont une autre source d’inquiétude pour le gouvernement. Elles ont aidé le gouvernement à vaincre le FPLT, mais pourraient retourner leurs armes contre leurs anciens alliés. Parlant de “nouvelles menaces extrémistes”, Ahmed les a accusées de porter atteinte à l’intégrité de l’Éthiopie. Les massacres mutuels perpétrés par les Oromo et les Amhara ont entre-temps fait des centaines de victimes.

La situation s’est envenimée à la suite d’une scission de l’Église. Les évêques d’Oromia ont accusé les dirigeants de l’Église orthodoxe éthiopienne de discrimination. Selon eux, la plupart des sièges du synode sont occupés par des représentants amhariens et les offices sont célébrés en amharique dans la région. Les “dissidents” ont alors proclamé la création de leur propre synode et leurs partisans ont commencé à occuper les églises. Cela a conduit à des affrontements sanglants. Le patriarche Abouna Matthias a excommunié les fauteurs de troubles et les a poursuivis devant la Cour suprême. Le premier ministre a refusé d’intervenir dans le conflit, ce qui lui a valu d’être réprimandé par les évêques amhariques pour “schisme”.

La politique économique n’a pas permis d’apaiser les tensions. Après la défaite du FPLT, un programme de réforme a été dévoilé dont l’objectif, comme l’a annoncé le ministre des finances Ahmed Shide, est de “faire de l’Éthiopie un phare africain de la prospérité en construisant un système de marché pragmatique et en l’intégrant dans l’économie mondiale”. Dans le cadre de cette transformation, il est prévu de privatiser les banques, les télécommunications, les services de distribution d’eau et les parcs industriels. Les prêteurs étrangers seront autorisés à acheter des parts dans les banques commerciales et les institutions financières étrangères pourront ouvrir des succursales. Une politique d’élimination de la propriété foncière de l’État a été adoptée.

La détérioration de la situation ne manquera pas d’être exploitée par Washington, qui exige déjà “la fin de l’instabilité en Oromia”. L’attaque contre des citoyens chinois, qui a entraîné la mort de l’un d’entre eux, est un signal alarmant. Elle a eu lieu en Oromia peu après la visite de Qin Gang dans le pays. L’étranger rêve d’un retour à l’époque où l’Éthiopie était l’un des plus proches alliés des États-Unis, et il ne recule devant rien.

Un pays à la fois pauvre et riche

Le Nigeria, le plus grand pays du continent avec une population de 225 millions d’habitants, intéresse tout autant Washington. Son environnement économique et politique se dégrade rapidement, ce qui facilite les intrigues. La particularité du Nigeria est que, contrairement à de nombreux États africains, il n’a pas eu de gouvernement de gauche depuis son accession à l’indépendance. Au contraire, le gouvernement a suivi docilement les recommandations libérales. Cela a été particulièrement évident dans les années 1980 et 1990, lorsque le Nigeria a adopté un plan d’ajustement structurel imposé par la Banque mondiale et le FMI.

Les résultats ont été immédiats. L’extrême pauvreté est passée de 28 % en 1980 à 80 % en 2000 et est restée très élevée depuis. Même selon les statistiques officielles, 133 millions de citoyens vivent dans une pauvreté multiforme. Chaque minute, six “nouveaux arrivants” tombent dans la pauvreté. 20 millions d’enfants en âge scolaire ne sont pas scolarisés et deux tiers des habitants n’ont même pas accès aux soins de santé primaires. En conséquence, l’espérance de vie est de 52 ans. Seul le Tchad a une espérance de vie inférieure.

Il ne faut cependant pas croire que le Nigeria est une “république bananière” sous-développée. Son économie est la plus importante d’Afrique, grâce au pétrole qu’il produit et exporte. Toutefois, ce sont les sociétés étrangères et une poignée d’hommes d’affaires locaux qui en profitent. Des milliards de dollars circulent à l’étranger ; la fortune combinée des trois Nigérians les plus riches dépasse les avoirs de 83 millions de leurs concitoyens. Autre signe de la nocivité du système, les principales importations du Nigeria sont… les produits pétroliers. Avec ses énormes réserves de pétrole brut, le pays n’a pratiquement aucune capacité de raffinage.

La situation n’a fait qu’empirer ces dernières années. Lorsque le président Muhammadu Buhari est arrivé au pouvoir en 2015, il a promis de créer 100 millions d’emplois et de mettre le pays sur la voie du développement. Au lieu de cela, la dette extérieure a quadruplé et la chute des exportations de pétrole a encore accentué le resserrement du crédit. Le service de la dette a absorbé 90 % du budget l’année dernière. Le taux de chômage est de 33 %, et de 43 % chez les jeunes. L’inflation a atteint son niveau le plus élevé depuis vingt ans. Le pays est confronté à de graves pénuries de carburant et d’autres produits de base. Cette situation a provoqué une recrudescence de la rébellion. Bien qu’elle revête des “couleurs” différentes – islamistes dans le nord, séparatistes dans le sud-est, tribales dans les régions centrales – elle a toujours des causes socio-économiques sous-jacentes.

Les autorités proposent des solutions que l’on peut qualifier d’absurdes. Par exemple, le gouvernement s’est engagé à effectuer une “transition verte” vers les sources d’énergie renouvelables. Pourtant, pour la grande majorité de la population, le charbon est un luxe. Ils utilisent le bois pour cuisiner. Le trésor public ne dispose pas des fonds nécessaires aux réformes, mais la nouvelle mode peut enrichir les fonctionnaires corrompus.

Une autre initiative a consisté à remplacer les anciens billets de naira, la monnaie nationale, par de nouveaux. Selon les autorités, cette mesure contribuerait à la lutte contre la corruption, mais les principales victimes sont encore une fois les citoyens ordinaires. Le calendrier serré de la réforme, les restrictions sur le montant des échanges et l’absence d’agences bancaires dans les zones rurales ont créé un véritable chaos. Début février, les anciens billets n’étaient plus acceptés, ce qui a provoqué des émeutes dans tout le pays.

Dans ce contexte, des élections présidentielles et législatives ont été organisées le 25 février. Dix-huit candidats étaient en lice pour le siège de Buhari, les principaux étant le vice-président à la retraite Atiku Abubakar, l’ancien gouverneur de l’État de Lagos Bola Tinubu et l’ancien chef de l’État d’Anambra Peter Obi. Malgré la concurrence acharnée et les courants de compromis mutuels, les favoris de la course représentaient l’establishment, sont entachés de scandales financiers et sont favorables à la poursuite de la politique néolibérale. Par exemple, les trois candidats ont promis de supprimer les subventions aux carburants, essentiellement la seule mesure d’aide sociale, s’ils gagnaient.

Tinubu a été déclaré vainqueur, mais les autres candidats ont qualifié les résultats de truqués et ont appelé à des manifestations. L’instabilité profite à l’Occident. Le Nigeria est son bastion depuis des décennies. Des exercices navals sont régulièrement organisés dans le golfe de Guinée avec la participation des États-Unis. Il existe un accord d’adhésion entre les ministères de la défense des deux pays, et Washington forme l’armée nigériane et lui fournit des armes. En outre, Buhari a demandé aux États-Unis de déplacer le siège du commandement militaire américain pour l’Afrique [AFRICOM en anglais, NdT] de l’Allemagne vers le continent.

Toutefois, l’influence occidentale s’érode progressivement. Les échanges commerciaux entre le Nigeria et la RPC ont augmenté de 142 % au cours des sept dernières années, pour atteindre 26 milliards de dollars. Les entreprises chinoises construisent des chemins de fer, des centrales électriques, le port en eau profonde de Lekki, etc. dans le pays. Alors qu’ils contribuent au développement du Nigeria, ces projets ne sont pas dans l’intérêt de l’Occident. Ceux-ci préfèrent voir le pays, comme le reste de l’Afrique, comme pauvre, fragmenté et dépendant.

Carte : les régions d’Afrique selon l’ONU (2016)

Afrique du Nord en bleu, de l’Ouest en vert, Afrique centrale en rose, australe en rouge, de l’Est en orange

 

Partager

Plus d’histoires deAFRIQUE