Aller à…
RSS Feed

17 juin 2024

Pourquoi le non-alignement est un impératif urgent pour les pays du Sud,


 

Pourquoi le non-alignement est un impératif urgent pour les pays du Sud, par Nontobeko Hlela

Le non alignement dont Fidel fut un des leaders les plus actifs n’a jamais été “neutre” au sens de la non intervention, il a été et tend à redevenir un facteur de paix et de développement et en ce sens il se retrouve une fois de plus confronté à l’impérialisme américain. Son positionnement démontre à quel point la thèse des deux impérialismes est une manière erronée pour une certaine gauche européenne de soutenir en fait avec opportunisme le camp de l’OTAN. Si en théorie, la thèse des deux impérialismes parait se draper dans la vertu, voire dans la parodie anachronique du léninisme, elle est intenable dans les faits qui restent têtus et le positionnement de l’AFRIQUE et de bien des pays du sud en témoigne. Notons aussi dans le sud l’apparition de femmes leaders de ce mouvement des non alignés. (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoireetsociete)

09/05/2022

mai 3, 2022

L’Afrique du Sud et d’autres pays qui se sont abstenus de voter contre la Russie à l’Assemblée générale des Nations Unies en réponse à la guerre en Ukraine font face à d’intenses critiques internationales. En Afrique du Sud, les critiques internes ont été extraordinairement stridentes et souvent clairement racialisées. On suppose souvent que l’abstention signifie que l’Afrique du Sud soutient l’invasion russe, et cela est dû soit à des relations corrompues entre les élites russes et sud-africaines, soit à la nostalgie du soutien apporté à la lutte anti-apartheid par l’Union soviétique, ou les deux.

Il est rarement reconnu que le non-alignement, dans ce cas le refus d’être aligné avec les États-Unis et leurs alliés ou avec la Russie, peut être une position de principe, ainsi qu’un engagement tactique astucieux avec les réalités géopolitiques. Comme l’ont déclaré deux figures fondatrices du Mouvement des pays non alignés (MNA), Josip Broz Tito, alors président de la Yougoslavie, et Jawaharlal Nehru, alors Premier ministre indien, dans une déclaration commune signée le 22 décembre 1954, « la politique de non-alignement sur les blocs… ne représente pas la « neutralité » ou le « neutralisme » ; elle ne représente pas non plus la passivité comme on le prétend parfois. Elle représente la politique positive, active et constructive qui a pour objectif la paix collective comme fondement de la sécurité collective.

Les pays du Sud abritent plus de 80 % de la population mondiale, mais ses pays sont systématiquement exclus de toute prise de décision au sein des organisations internationales qui prennent des décisions au nom de la « communauté internationale ». Depuis des décennies, les pays du Sud plaident pour que l’ONU soit réformée afin qu’elle s’éloigne du jeu à somme nulle de la mentalité de la guerre froide qui continue de la conduire. Gabriel Valdés, alors ministre chilien des Affaires étrangères, a déclaré qu’en juin 1969, Henry Kissinger lui avait dit : « Rien d’important ne peut venir du Sud. L’histoire n’a jamais été produite dans le Sud. L’axe de l’histoire commence à Moscou, va à Bonn, traverse à Washington, puis va à Tokyo. Ce qui se passe dans le Sud n’a aucune importance. »

Jaja Wachuku, alors ministre nigérian des Affaires étrangères, a posé une question toujours urgente à la 18e session de l’ONU le 30 septembre 1963 : « Cette Organisation veut-elle… [que] les États africains ne soient que des Membres bruyants, sans droit d’exprimer leurs points de vue sur une question particulière dans les organes importants de l’ONU… [?] Allons-nous seulement continuer à être des boys de véranda? » Les pays du Sud sont encore des « boys de véranda » qui regardent les adultes établir les règles et décider de la voie que le monde doit prendre. Ils continuent d’être sermonnés et réprimandés quand ils ne font pas comme prévu.

Il est temps de revitaliser le Mouvement des pays non alignés. Le Mouvement des pays non alignés ne réussira que si les dirigeants des pays du Sud mettent leur ego de côté, pensent stratégiquement à l’échelle mondiale et utilisent à meilleur escient leur capital humain, leurs ressources naturelles et leur ingéniosité technologique considérables. Les pays du Sud ont une Chine ascendante, la deuxième plus grande économie du monde. Ils ont l’Inde, l’un des principaux pays dans les soins médicaux et l’innovation technologique. L’Afrique est riche avec une population croissante et les ressources naturelles nécessaires à la prolifération des industries de l’IA et de l’énergie plus propre. Cependant, ces ressources sont encore extraites pour que le profit soit accumulé dans des capitales lointaines tandis que l’Afrique et une grande partie des pays du Sud restent sous-développés, avec des millions de personnes toujours coincées dans le désespoir de l’appauvrissement.

Un mouvement renouvelé des non-alignés a un réel potentiel si l’on prend le temps de construire de nouvelles institutions et de construire des tampons contre la guerre économique que les États-Unis mènent contre des pays comme Cuba et le Venezuela et qu’ils déclenchent maintenant contre la Russie. L’autonomie financière est essentielle.

Les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) ont une banque, et pour les 16 pays de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC), il y a la Banque de développement de l’Afrique australe ; pourtant, les réserves des pays joints à ces projets sont toujours conservées aux États-Unis ou dans les capitales européennes. C’est le moment pour les dirigeants des pays du Sud de se réveiller et de réaliser qu’étant donné le type de guerre économique qui est actuellement lâché contre un pays comme la Russie, les pays les plus faibles du Sud n’ont pas d’autonomie significative.

C’est le moment de repenser la façon dont nous menons la politique, l’économie et la politique étrangère quand il est clair que l’Occident peut décider de décimer des pays entiers. Les armes économiques en cours de construction contre la Russie seront disponibles pour être utilisées contre d’autres pays qui ont la témérité de ne pas suivre la ligne de Washington.

Les BRICS ont été décevants à bien des égards, mais ils ont ouvert un certain espace aux pays du Sud – avec leurs nombreuses différences de croyance, de culture, de systèmes politiques et économiques – pour trouver un moyen de travailler ensemble. Le rejet de la pression intense pour plier le genou collectif au Conseil de sécurité des Nations Unies est un exemple encourageant de rejet par les pays du Sud de l’hypothèse selon laquelle ils devraient rester des « garçons de véranda » (et des filles) permanents.

Alors que les États-Unis intensifient rapidement leur nouvelle guerre froide contre la Russie et la Chine et s’attendent à ce que d’autres pays s’alignent, il est maintenant urgent de rejeter cette mentalité de guerre froide de vouloir diviser le monde selon de vieilles lignes acrimonieuses. Les pays du Sud devraient rejeter ce point de vue et appeler au respect du droit international par tous les pays. Les concepts des droits de l’homme et du droit international deviennent ridicules lorsqu’ils ne sont évoqués que lorsque ce sont les pays que l’Occident n’aime pas ou avec lesquels ils ne sont pas d’accord qui les enfreignent.

Ce n’est qu’en se tenant ensemble et en parlant d’une seule voix que les pays du Sud peuvent espérer avoir une quelconque influence dans les affaires internationales et ne pas continuer à être de simples partisans des positions de l’Occident.

Le Mouvement des pays non alignés doit être confiant et audacieux et ne pas demander la permission de l’Occident. Les dirigeants du Mouvement des pays non alignés doivent comprendre qu’ils sont là pour servir leurs peuples et protéger leurs intérêts et ne pas permettre que la tentation d’être inclus dans le « club des grands garçons » influence leur position sur les questions. Ils doivent constamment garder à l’esprit qu’ils ont été gardés comme des « garçons de véranda » pendant beaucoup trop longtemps, et à moins qu’ils ne prennent vraiment leur destin en main, ils seront toujours au pied de la table, leur peuple ne mangeant que les restes de la richesse accumulée par l’économie mondiale, en grande partie de l’exploitation du Sud.

Cet article a été produit par le Morning Star et globetrotter.

* Nontobeko Hlela a été la première secrétaire (politique) au haut-commissariat de l’Afrique du Sud à Nairobi, au Kenya. Elle travaille actuellement comme chercheuse pour le bureau sud-africain de Tricontinental: Institute for Social Research, un groupe de réflexion des pays du Sud ayant des bureaux à Johannesburg, en Afrique du Sud; São Paulo, Brésil; Buenos Aires, Argentine; et New Delhi (Inde).

 

Partager

Plus d’histoires deAFRIQUE