Aller à…
RSS Feed

17 juin 2024

Le coup d’État au Niger, l’appel à la Russie – Récits distincts de multipolarité


Les Africains se tournent vers la Russie. L’impérialisme français et celui des Etats-Unis comme les autres puissances européennes interdisent aux nations africaines d’avoir leur propre Etat souverain, chaque coup d’Etat est soumis à leur chantage et accroit la misère et l’insécurité. L’appel à la Russie est moins économique que de les aider à devenir une force politique souveraine. C’est si vrai que la Chine qui est le second investisseur après la France n’est pas sollicitée oar les masses populaires, même si on suppose qu’elle a ses contacts, elle n’interfère pas dans les crises politiques. Quelle est la position de la Russie ? Si au départ la Russie a dénoncé le coup d’Etat et a soutenu les efforts de médiation de la CEDEAO visant à trouver des moyens de sortir de la crise actuelle »la situation a évolué et en particulier au vu de l’obstination de Macron, mais aussi l’intervention directe des USA. La décision de commencer le déploiement des forces de réserve de la communauté pour une intervention armée, les dclarations le 10 août du président ivoirien Alassane Ouattara annonçant que les dirigeants de la CEDEAO avaient approuvé une opération militaire au Niger « dès que possible ».l’intervention de la sous-secrétaire d’État américaine par intérim, Victoria Nuland, qui a déjà agi en Ukraine et qui s’est répandu sur les propos de membres de la junte affirmant qu’ils tueraient le président déchu du pays, Mohamed Bazoum, une fois que les pays voisins auraient organisé une intervention militaire pour le rétablir au pouvoir, a considérablement alerté la Russie comme tous les autres pays qui voient un scénario à la libyenne. « Nous pensons que la solution militaire à la crise nigérienne est susceptible de déclencher une confrontation prolongée dans ce pays africain et de déstabiliser considérablement la situation dans la région du Sahara Sahel en général », a alors souligné le ministère russe des Affaires étrangères qui rejoint la position de l’Algérie.(note et traduction de danielle Bleitrach pour histoireetsociete)

12/08/2023

Les gens se tournent vers la Russie pour renforcer l’opposition à l’Occident

ByANURADHA CHENOY *
12 août 2023

Un coup d’État militaire en République centrafricaine du Niger, le 26 juillet, qui a renversé son président, a propulsé ce pays fragile au centre de la géopolitique mondiale et du peuple nigérien dans une période d’instabilité.

La communauté internationale a condamné le coup d’État, mais le Niger est trop important pour être ignoré. Ainsi, les récits géopolitiques se durcissent, tout comme la menace d’une intervention militaire qui peut déborder sur un conflit régional dans cette région du Sahel en Afrique.

Pourquoi cet intérêt ? Le Niger, ancienne colonie de la France, est l’un des pays pauvres les plus pauvres (PPTE). Compte tenu des ressources du Niger, il ne devrait pas être aussi pauvre.

Elle possède des mines de pétrole et d’or et est le quatrième producteur mondial d’uranium, essentiel pour l’énergie nucléaire, l’énergie et les matières fissiles.

Les mines d’uranium du Niger sont principalement contrôlées par la société nucléaire française Orano (anciennement Areva). Elle extrait et exporte vers la France l’uranium qui enrichit, traite, utilise et vend, avec des bénéfices accrus alors que les ventes d’uranium ne représentent que 1,2% du budget du Niger.

Comme le disent les Nigériens : « Notre uranium illumine une grande partie de la France, alors que seulement 20 % des Nigériens ont l’électricité. » Cette exploitation perceptible et ce développement inégal ne sont plus acceptables pour le peuple nigérien. C’est la raison du mécontentement du public et du coup d’État.

Le coup d’État a déclenché des récits distincts qui caractérisent l’approfondissement de la géopolitique multipolaire. Premièrement, la junte militaire affirme que le président nigérien déchu Mohamed Bazoum a été beaucoup trop proche des Français et fait des compromis avec les intérêts néocoloniaux français.

Récemment, Bazoum a permis une augmentation de la présence des forces internationales, et les militaires français qui avaient été invités à quitter le Mali, sont accueillis au Niger. Il y a eu une dissidence civile populaire sur cette décision. La junte militaire dit qu’elle doit récupérer le Niger pour le peuple et est soutenue par d’énormes manifestations de soutien.

Le deuxième récit mené par les États-Unis et la France dit que le président démocratiquement élu et maintenant déchu du Niger devrait être rétabli. Le secrétaire d’État américain Antony Blinken s’est engagé à ce que les États-Unis « assurent le rétablissement complet de l’ordre constitutionnel ». La France a tenu des propos similaires indiquant des menaces d’intervention.Lire aussi :Merkel regarde vers l’Est alors que les liens s’effilochent entre l’Allemagne et les États-Unis

La Communauté économique de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) comprend : la Guinée-Bissau, la Côte d’Ivoire, le Niger, le Bénin, la Gambie, la Guinée, le Burkina Faso, le Togo, la Sierra Leone, le Mali, le Nigéria, le Libéria, le Ghana, le Sénégal, le Cap-Vert, dans la région. La CEDEAO a exigé le rétablissement du statu quo et a fixé un délai après lequel elle menace d’intervenir militairement au Niger.

Ce groupement, où le Nigeria voisin est influent, est connu pour suivre les positions occidentales en Afrique et est susceptible d’être soutenu par l’Occident en cas d’intervention. Ce sera une autre guerre par procuration, avec un conflit qui débordera sur toute la région du Sahel.

En l’état, cette région riche en produits de base est en proie à des radicismes, est sujette à la terreur où les conflits identitaires / ethniques restent subliminaux. En même temps, l’intervention n’est pas si simple non plus.

Les pays membres du groupe de la CEDEAO sont divisés sur l’intervention. Le président nigérian Bola Tinubu a déclaré son intention d’intervenir militairement, mais son propre Sénat s’y oppose et veut un règlement négocié.

Tinubu avait déjà été inculpé aux États-Unis pour des accusations liées à la drogue. Il est au bord du gouffre dans la politique des factions du Nigeria, malgré le soutien qu’il reçoit des États-Unis. Par exemple, les séparatistes de la région Nigéria-Biafra ont exprimé leur soutien au Niger.

D’autres pays de la CEDEAO tels que le Mali, le Burkina Faso et la Guinée, dirigés par des juntes militaires post-coup d’État elles-mêmes, ont déclaré qu’ils soutiendraient militairement le Niger en cas d’intervention militaire extérieure. La Libye et le Tchad ont également exprimé leur soutien à la junte nigérienne.

Le président algérien Tebboune a rejeté toute intervention militaire au Niger, arguant que cela « enflammerait toute la région du Sahel ». L’Algérie est un allié de la Russie et l’un des pays les plus stables de la région. L’Algérie a signé un accord militaire avec le Niger.

Le troisième récit vient de la Chine, de l’Inde et d’autres pays du Sud qui veulent des négociations intérieures, le retour à la stabilité mais la non-intervention de toute force extérieure.

Le président français Macron a évacué des citoyens français, mais son armée de 1 500 hommes reste, tout comme les 1 100 soldats américains engagés dans la lutte contre le terrorisme dans la région du Sahel en Afrique. Ce terrorisme s’est intensifié après que l’OTAN et la France sont intervenues et ont bombardé la Libye et destitué le président Kadhafi pour « démocratie » en 2011. La Libye reste un pays instable, dévasté et sujet aux conflits.

La communauté de la CEDEAO dit qu’elle se prépare à une intervention militaire, mais négocie probablement avec l’Occident sur le soutien qu’ils obtiendraient pour être mandataire. Au-delà de l’uranium, du pétrole et d’autres matières premières, le Niger est important pour les intérêts géopolitiques alors que les États-Unis et d’autres maintiennent leurs armées et leurs bases.

La Russie a officiellement déclaré qu’elle « s’oppose à une solution militaire » à ce conflit et n’a pas l’intention d’utiliser ses forces armées au Niger. Le président Vladimir Poutine s’est opposé à un changement de régime violent au Niger comme ailleurs. Mais les rapports affirment que la junte nigérienne nouvellement mise en place a demandé l’aide du groupe de mercenaires russes Wagner, qui opère au Mali voisin.

La conversation américaine sur le Niger et l’Afrique dans son ensemble est émaillée de menaces russes et de concurrence déloyale de la Chine. La secrétaire adjointe américaine à la sécurité nationale, Victoria Nuland, a atterri dans la capitale nigérienne et a averti la junte nigérienne des dangers de s’aligner sur la Russie.

Les États-Unis qualifient les mercenaires russes, le groupe Wagner, de groupe terroriste, mais beaucoup en Afrique veulent une présence russe pour renforcer leur politique contre l’Occident.

Les raisons du sentiment anti-français dans les anciennes colonies françaises, outre le développement économique stagnant, la pauvreté profonde, la présence d’un contrôle militaire externe, sont la poursuite des politiques néocoloniales françaises qui vont au-delà de l’extraction impitoyable des ressources premières.

Les Français continuent de contrôler et d’avoir un veto sur les politiques monétaires de ces huit pays, dont le Niger, qui utilisent le franc CFA. La France fixe le taux de change et la convertibilité à l’euro est garantie.

Il y a une centralisation des réserves de change, c’est-à-dire que 50% vont au Trésor français et que ces réserves doivent dépasser l’argent en circulation. En somme, il n’y a pas de souveraineté monétaire et toutes sortes de contrôles néocoloniaux sournois.

Il y a une poussée populaire contre le néocolonialisme français en Afrique de l’Ouest. Par exemple, The Economist montre que plus de 70% des Nigériens soutiennent les politiques anti-françaises annoncées par le nouveau gouvernement.

Il y a eu 10 coups d’État au cours des cinq dernières années dans les différents pays du Sahel. Les dirigeants se disputent le pouvoir sur la base d’un sentiment anti-français et anticolonial. Cela attire la masse des pauvres qui peuvent voir cette exploitation et soutenir les juntes populistes et même militaires.

Mais une fois au pouvoir, les dirigeants échouent et tombent dans le même piège. Afin d’obtenir des devises pour la nourriture et le carburant, ils sont obligés de négocier avec l’État français ou les multinationales qui exploitent les ressources à des fins lucratives, tandis que les questions de développement ou les promesses comme les ODD restent un ruissellement lent et maigre, touchant à peine la population en général.

C’est pourquoi la masse des gens demande le retour de la Russie, qu’ils considèrent comme un allié contre l’exploitation néocoloniale.

Toute intervention militaire extérieure illuminera toute l’Afrique de l’Ouest-Sahel dans une guerre régionale. Au fur et à mesure que le conflit débordera, l’attrition, la migration et l’augmentation du radicalisme qui affligent déjà cette région ne feront qu’augmenter.

La CEDEAO doit donc éviter de tomber dans une guerre par procuration pour l’Occident. L’Union africaine doit intervenir et arrêter toute intervention. Il est clair qu’il y a une poussée nationaliste contre les politiques néocoloniales françaises en Afrique de l’Ouest. Le Niger et son peuple doivent décider seuls de leur avenir.* Anuradha Chenoy est professeur adjoint à la Jindal Global University et ancien doyen de l’école JNU. Les opinions exprimées sont celles de l’auteur.

Partager

Plus d’histoires deAFRIQUE