Aller à…
RSS Feed

16 avril 2024

Comment le génocide israélien à Gaza est devenu une confrontation entre l’Occident et le Sud global


Publié par Gilles Munier sur 21 Février 2024, 14:36pm

Par Joseph Massad (revue de presse : ISM-France – 14 février 2024)*

À la fin du mois dernier, la Cour internationale de Justice (CIJ) a statué qu’il était « plausible » qu’Israël soit en train de commettre un génocide contre les Palestiniens à Gaza.

En réponse à l’affaire portée par l’Afrique du Sud, le tribunal a ordonné à Israël de « empêcher la commission de tous actes » en violation de la Convention sur le génocide et de « prévenir et punir l’incitation directe et publique à commettre un génocide » contre les Palestiniens. La CIJ a cité les nombreuses déclarations génocidaires et déshumanisantes faites par de hauts responsables israéliens, notamment le président et le Premier ministre israéliens.

La décision de la CIJ place Israël carrément en compagnie des sociétés coloniales blanches génocidaires. Suite à cette décision provisoire, la Cour internationale délibérera dans les mois ou les années à venir sur la question de savoir si Israël commet un « génocide ».

Il s’agit d’une enquête tardive sur les atrocités que le sionisme et la colonie juive infligent au peuple palestinien depuis les années 1880 et, de manière plus horrible, comme l’a soutenu l’Afrique du Sud dans son cas, depuis 1948, et pas seulement depuis le 7 octobre 2023.

Accusations historiques

Alors que les Palestiniens accusent Israël de nettoyage ethnique depuis 1948, des hommes politiques israéliens et des universitaires israéliens et palestiniens ont également accusé Israël de commettre un ethnocide, un politicide et un « sociocide » contre le peuple palestinien.

Quant au génocide, le récent cas sud-africain n’est pas la première fois qu’une telle accusation est portée. Peu de temps après les massacres de Sabra et Chatila en septembre 1982, l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté une résolution condamnant les massacres comme « un acte de génocide », avec une écrasante majorité de 123 pays soutenant la résolution et seulement 22 abstentions et aucun vote contre.

Les colonies de peuplement blanches des États-Unis et du Canada ont rejeté le terme « génocide » et se sont abstenues. Il en a été de même pour les colonies de colons blanches d’Australie et de Nouvelle-Zélande ainsi que pour les pays coloniaux d’Europe occidentale, notamment la Grande-Bretagne, la France, l’Allemagne, l’Italie, la Belgique et les Pays-Bas, entre autres. En revanche, l’Union soviétique a déclaré : « Le mot pour désigner ce qu’Israël fait sur le sol libanais est génocide. Son objectif est de détruire les Palestiniens en tant que nation. »

La République démocratique allemande a également accusé Israël d’avoir commis un génocide, tout comme Cuba et le Nicaragua. Le délégué nicaraguayen s’est ébahi de voir comment « un peuple qui a tant souffert de la politique d’extermination nazie au milieu du XXe siècle pouvait utiliser les mêmes arguments et méthodes fascistes et génocidaires contre d’autres peuples. »

Une commission internationale indépendante composée de juristes internationaux enquêtant sur les crimes israéliens au Liban a également recommandé au début de 1983 qu’« un organisme international compétent soit conçu ou établi pour clarifier la conception du génocide en relation avec les politiques et pratiques israéliennes envers le peuple palestinien ».

Depuis le début de la transformation de Gaza en camp de concentration par Israël en 2005-2006 et l’incarcération de plus de deux millions de Palestiniens à l’intérieur, les accusations d’Israël comme pays génocidaire sont devenues omniprésentes.

Outre les Palestiniens eux-mêmes, le président vénézuélien Hugo Chavez, par exemple, a qualifié le bombardement israélien de Gaza en 2008-2009 de « génocide ». À la suite du meurtre par Israël de plus de 2.200 Palestiniens lors de sa guerre contre Gaza en 2014, le président bolivien Evo Morales a accusé Israël de génocide, tout comme des dizaines de survivants de l’Holocauste et des centaines de descendants de survivants de l’Holocauste.

« En bonne compagnie »

Depuis au moins 2008, des universitaires internationaux ont également accusé Israël de génocide contre les Palestiniens dans des revues scientifiques pour les atrocités commises en 1948 et au-delà.

Israël et ses partisans ont toujours nié ces accusations avec véhémence. Ce faisant, cependant, ils sont en bonne compagnie avec les colonies de colons blancs qui continuent de se demander si leur colonisation a été un génocide envers les peuples autochtones.

En effet, même les universitaires européens et américains ont activement contribué à dissimuler les pratiques génocidaires des colons blancs. L’éminente philosophe germano-américaine Hannah Arendt soulignait en 1951 que la colonisation par les colons anglais de l’Amérique et de l’Australie, les deux continents « sans culture ni histoire propre », a connu « des périodes relativement courtes de liquidation cruelle en raison de la faiblesse numérique des indigènes ».

Elle est allée jusqu’à affirmer qu’aucun des hommes d’État nationalistes et coloniaux d’Angleterre « n’a jamais été sérieusement préoccupé par la discrimination contre d’autres peuples en tant que races inférieures, ne serait-ce que pour la raison que les pays dont ils parlaient, le Canada et l’Australie, étaient presque vides et n’avaient pas de problème démographique sérieux ».

Le génocide accompagne souvent le colonialisme des colons européens blancs dans le monde entier. La justification de l’anéantissement des indigènes qui ont osé résister au vol de leurs terres par les colons blancs remplit les archives de la pensée coloniale européenne. C’est particulièrement le cas lorsque les colons blancs rencontrent une résistance à la « frontière » de leurs colonies, que ce soit en Amérique ou en Australie.

Qualifiées de « représailles » ou, dans le cas d’Israël et de ses défenseurs occidentaux, de « revanche », les campagnes meurtrières des colons contre les indigènes restent la pierre angulaire de la moralité occidentale. Ils considèrent l’attaque des indigènes contre leurs oppresseurs coloniaux comme le début de la violence et non comme une réponse défensive au vol et à l’oppression coloniale.

Les gouvernements occidentaux ont maintenu cette position, comme en témoigne leur soutien véhément à la guerre génocidaire d’Israël. Cela s’ajoute aux justifications avancées pour l’anéantissement du peuple palestinien par la grande presse occidentale et par le maintien de l’ordre, au propre comme au figuré, de toute opinion, notamment universitaire, qui condamne les atrocités d’Israël comme faisant partie de la nature raciste et annihilationniste du sionisme. L’Assemblée générale des Nations Unies elle-même avait jugé le sionisme comme tel en 1975 lorsqu’elle l’avait formellement défini comme « une forme de racisme et de discrimination raciale ».

Un « moment déterminant »

Que la récente résolution de l’Assemblée générale appelant à un cessez-le-feu ait été soutenue par 153 pays et opposée à seulement 10 (dont Israël et les États-Unis), et que la décision de la CIJ ait été soutenue par 14 de ses 15 juges permanents n’est pas un hasard. Ce consensus international n’a été rien de moins qu’une confrontation entre les pays européens blancs et leurs colonies de peuplement blanches d’un côté, et le reste du monde de l’autre.

Le génocide en cours des Palestiniens est un moment déterminant, avec les suprémacistes blancs soutenant le génocide des peuples non blancs et les peuples du reste du monde qui comprennent Israël comme une colonie de peuplement européenne génocidaire soutenue par les pays coloniaux blancs actuels et anciens, s’y opposant.

Consternée par une telle condamnation d’Israël par la majorité du monde, l’Allemagne, qui a une histoire de génocide des plus illustres, a été à l’avant-garde des pays défendant le génocide israélien et a insisté pour se joindre à la défense d’Israël en tant que tierce partie à la CIJ.

Ce n’est pas un hasard si la Namibie, dont le peuple a été la première victime du génocide allemand, a été indignée par le soutien impénitent de l’Allemagne au génocide contre les Palestiniens non blancs : le président namibien Hage Geingob (décédé récemment) a déploré « l’incapacité de l’Allemagne à tirer des leçons de son horrible histoire », et a déclaré que la Namibie « rejette le soutien de l’Allemagne aux intentions génocidaires de l’État raciste israélien ».

Compte tenu du soutien diplomatique, financier et militaire incessant de l’Allemagne de l’Ouest à Israël depuis les années 1950, y compris le soutien de l’État allemand réunifié à la guerre génocidaire actuelle menée par Israël contre lui, le peuple palestinien serait plus que justifié à considérer l’Allemagne d’aujourd’hui comme « le Quatrième Reich ».

Une longue ligne suprémaciste blanche

Dans le cadre de leur domination sur la population indigène dont elles usurpaient les terres, les colonies de colons blancs ont toujours adopté une politique d’immigration réservée aux blancs.

La politique d’immigration de « l’Australie blanche », introduite en 1901, a été strictement appliquée jusqu’en 1973. La politique d’immigration de la Nouvelle-Zélande réservée aux blancs, introduite en 1947, n’a été abolie qu’en 1987 (bien qu’elle ait été modifiée en 1974). La politique d’immigration ouvertement raciste du Canada a persisté jusqu’en 1962. La politique d’immigration raciste de l’Afrique du Sud a persisté jusqu’à la chute de l’apartheid en 1994.

La conception suprémaciste blanche de la république américaine est devenue loi en 1790 dans la première loi sur la naturalisation, qui limitait le droit à la citoyenneté à toute « personne blanche libre » résidant dans le pays depuis deux ans et à leurs enfants de moins de 21 ans. A cela se sont ajoutées des politiques d’immigration qui ont culminé avec la loi raciste d’exclusion des Chinois de 1882 (partiellement abrogée en 1943), qui excluait la plupart des Asiatiques (y compris les Indiens et les Japonais) et n’a été complètement abrogée qu’en 1965.

La promulgation par Israël de la Loi du Retour en 1950, qui permet aux juifs du monde entier d’immigrer en Israël et de devenir citoyens – un droit qu’il refuse au peuple palestinien indigène qu’il a expulsé et que ces juifs sont censés évincer – est du même ordre.

Les conservateurs et les libéraux blancs dominants, y compris la presse libérale occidentale et les administrations universitaires dominées par les blancs, ont toujours soutenu ces régimes coloniaux blancs et leurs politiques à l’égard des peuples autochtones. Ces institutions, comme les gouvernements occidentaux eux-mêmes, incluent désormais des personnes symboliques de couleur qui font écho à la ligne libérale blanche à l’égard d’Israël.

Chaque fois que des désaccords surgissaient entre eux, il s’agissait principalement de la meilleure façon d’éliminer la menace des indigènes et du niveau de cruauté à leur infliger.

Des débats sont en cours aujourd’hui sur le sort des Palestiniens et sur la meilleure façon de vaincre leur lutte tout en préservant la suprématie raciale juive dans la colonie juive. Ces discussions sont typiquement formulées comme des appels à la « paix » et à la « non-violence » et à la fin de la « crise humanitaire » à Gaza. À leur tête se trouvent la presse libérale blanche, les universitaires libéraux blancs et les administrateurs universitaires, ainsi que leurs filiales non blanches, y compris à ma propre université Columbia.

Ce que tout cela démontre clairement, c’est que le monde d’aujourd’hui est divisé entre deux camps opposés : une minorité de puissants suprémacistes blancs impérialistes, conservateurs et libéraux, y compris des libéraux symboliques non blancs, qui soutiennent le génocide des Palestiniens et de la majorité des peuples du monde qui ne le soutiennent pas.

Les partisans du génocide sont sans vergogne et sans honte. Le fait que la CIJ se soit prononcée contre Israël et en faveur de l’Afrique du Sud ne leur a causé que peu ou pas d’embarras.

Joseph Massad est professeur de politique arabe moderne et d’histoire intellectuelle à l’université Columbia de New York. Il est l’auteur de nombreux livres et articles universitaires et journalistiques. Il a notamment publié Colonial Effects: The Making of National Identity in Jordan, Desiring Arabs, The Persistence of the Palestinian Question : Essays on Zionism and the Palestinians, et plus récemment Islam in Liberalism. Ses livres et articles ont été traduits dans une douzaine de langues

*Source : ISM-France (International Solidarity Movement)

Article original en anglais sur Middle East Eye / Traduction MR

Partager

Mots clés: , ,

Plus d’histoires deGAZA