Aller à…
RSS Feed

19 avril 2024

La tragédie libyenne, par Larry Romanoff


Le 22 mars 2023.

Cet article fait partie d’une longue série d’histoires tragiques impliquant l’impérialisme américain et la désinformation des médias. Comme pour toutes les autres, vous devez mettre de côté toutes les sornettes que vous avez lues dans les médias occidentaux sur la Libye et son président, Mouammar Khadafi, et préparez-vous à découvrir certaines vérités.
Khadafi est devenu le dirigeant de la Libye par un coup d’État sans effusion de sang contre le vieux roi Idriss[1], qui avait été installé sur le trône par les puissances impériales après la dernière guerre mondiale, et qui avait été plus que disposé à céder toutes les ressources pétrolières de la Libye aux multinationales occidentales en échange de son « royaume ». L’Occident n’a jamais pardonné cela à Khadafi et l’a constamment diabolisé dans les médias, imposant de nombreuses sanctions contre le pays, et a généralement fait de son mieux pour le punir pendant des décennies pour la perte de son roi fantoche. Les médias américains vous diront le contraire, mais c’est là la cause profonde de l’hostilité occidentale à l’égard de Khadafi et de la Libye.

« La fin du règne [du roi Idris] est intervenue une décennie seulement après la découverte du pétrole en Libye, un événement qui a transformé cette nation désertique, en grande partie stérile, de l’un des pays les plus pauvres en l’un des plus potentiellement prospères. Les Libyens semblaient s’installer dans une autocratie bienveillante. Le roi orientait son pays vers une alliance étroite avec la Grande-Bretagne et les États-Unis »[2] Tout avait été conçu à partir de la City de Londres, les compagnies pétrolières étrangères possédant tous les actifs pétroliers de la Libye – ce qui fut la cause du coup d’État.

La Libye était autrefois un beau pays, riche et prospère, et de loin l’une des nations les plus progressistes d’Afrique. Aujourd’hui, c’est une zone sinistrée où règnent la pauvreté, la misère, la maladie et l’anarchie, grâce à la « guerre humanitaire » inventée de toutes pièces par les États-Unis. L’histoire est simple, comme la plupart des histoires : le dirigeant d’une nation avait sous-estimé la brutalité sauvage des Juifs face à la désobéissance politique et aux menaces économiques pesant sur leur argent et leurs multinationales, et c’est la nation tout entière qui en a payé le prix.

De même, Israël a toujours détesté la Libye et Khadafi, mais n’avait pas la capacité militaire d’infliger des dommages particuliers au pays ; alors, comme d’habitude, ils ont utilisé l’armée américaine pour faire le travail à leur place. Les médias internationaux à capitaux juifs et le gouvernement américain complaisant ont mené pendant des décennies une campagne de propagande négative contre la Libye, convainquant une grande partie de la population mondiale que cette nation faisait partie d’un « axe du mal ». Il n’en a jamais été ainsi.

En 1984, la Libye fut accusée d’avoir tiré sur une policière à Londres. Cette version des faits posait de nombreux problèmes et un documentaire de la télévision britannique a établi un lien entre ce décès et la CIA, et probablement aussi avec l’organisation criminelle juive Mossad, mais pour la plupart des gens, la Libye était coupable simplement parce qu’il s’agissait de la Libye. C’est le pouvoir de la propagande. L’arrestation avait été entachée d’irrégularités, et le flot de propagande anti-Libye dans les médias a été extrême, mais la responsabilité de la Libye n’était étayée par aucune preuve. Selon le Guardian britannique, « le juge a déclaré que bien que l’accusé ait été en garde à vue au moment de la fusillade proprement dite… » [3]. Puis on a appris que le Royaume-Uni allait « rouvrir » l’affaire [4]. [4] Mais finalement : « Un Libyen que les autorités britanniques soupçonnaient d’avoir tué une femme policière lors de manifestations contre le régime de Mouammar Kadhafi a été libéré, car les preuves retenues contre lui auraient pu porter atteinte à la sécurité nationale, a déclaré la police. Bien que « suffisamment d’éléments permettant d’identifier les responsables » aient été recueillis, ils n’ont pas pu être présentés au tribunal. « Les éléments clés n’ont pas été mis à la disposition du tribunal sous forme de preuves pour des raisons de sécurité nationale », a déclaré la police métropolitaine dans un communiqué. Mais après examen par la police, les procureurs ont décidé qu’il n’y avait « pas suffisamment de preuves admissibles pour inculper l’homme »[5].

Il y a quelques années, un avion de la Libyan Airlines a été abattu dans l’espace aérien égyptien par des avions de guerre israéliens. [En apprenant la destruction de l’avion de ligne libyen et la mort des civils, Golda Meir, alors Premier ministre d’Israël, a félicité son chef d’état-major pour son succès et s’est exclamée : « Je tiens à vous dire que je ne me contente pas de vous apprécier, je vous admire ! [Les Israéliens ont parlé d’une erreur d’identification. On ne sait pas si les journalistes américains ont jamais demandé pourquoi les soldats israéliens le long du canal de Suez tiraient des missiles sol-air sur un avion de ligne civil, quelle que soit son identité[10]. [10]

Mais l’histoire tragique de la Libye a véritablement commencé dans les années 1990, lorsque le président américain Ronald Reagan a organisé une campagne aérienne massive en collaboration avec le Royaume-Uni, dans le but approximatif de « donner une leçon à la Libye ». Les faits qui ont conduit à cet assaut aérien n’ont jamais retenu l’attention de l’Occident ; on nous a en fait servi une version totalement inventée qu’il était dans l’intérêt des États-Unis et d’Israël de promouvoir. En bref, la Libye a été accusée d’avoir fait exploser une bombe dans un bar en Allemagne et tué un soldat américain, ce qui a valu à Reagan de bombarder violemment la Libye. Khadafi a clamé son innocence à cet égard, et des faits ultérieurs ont prouvé qu’il disait la vérité. Il n’y a jamais eu de preuve reliant la Libye à cette bombe. Lorsque les accusés ont finalement été jugés en 1997, rien ne permettait de les relier à la Libye, mais des preuves substantielles pointaient dans d’autres directions, et il semblait certain que la Libye avait été piégée par le Mossad israélien.

À l’époque, Israël nourrissait des griefs à l’encontre de la Libye depuis plusieurs années et voulait lancer son propre assaut aérien, mais avait conclu que la Libye était trop éloignée et trop bien défendue pour que le jeu en vaille la chandelle. Cela a ouvert la voie à une opération sous fausse bannière qui s’est avérée éminemment fructueuse. Des Israéliens se sont rendus en Libye avec de faux passeports en prétendant être des marchands de tapis et ont apparemment loué des locaux près du palais de Khadafi. Plus important encore, ces emplacements se trouvaient en ligne directe entre le palais et la Méditerranée, où des navires américains se trouvaient constamment au large, interceptant les communications libyennes. Les Israéliens avaient apporté avec eux du matériel de transmission radio directionnelle et ont profité de leur position pour transmettre de fausses informations sur l’intention des Libyens de commettre une sorte d’acte terroriste contre les Américains, de poser une bombe quelque part. Les détails ont été habilement transmis aux Américains par le biais de ces émissions et, au fil du temps, les détails de ce plan ont été divulgués et l’on a déduit qu’il s’agissait de l’Allemagne. Le Mossad a alors envoyé deux agents dans un bar allemand et a fait exploser une bombe qui a réussi à tuer un soldat américain.

Bien entendu, la responsabilité de Khadafi a été immédiatement imputée à Khadafi, et le plan d’Israël a été couronné de succès, Reagan bombardant la Libye à mort. Les destructions ont été considérables et visaient en grande partie à tuer Khadafi si possible. La plupart des sites visés par les bombardements n’étaient pas des sites militaires mais civils, y compris la maison et les bureaux de Khadafi. Il survécut mais pas ses enfants.

« La manière dont le Mossad israélien a piégé les États-Unis pour qu’ils attaquent la Libye a été décrite en détail par Victor Ostrovsky, ancien collaborateur du Mossad, dans The Other Side of Deception (Mossad : Un agent des services secrets israéliens parle), le deuxième des deux livres révélateurs qu’il publia après avoir quitté le service de renseignement extérieur d’Israël » [11].

Peu de temps après, un vol américain de la Pan American fut détruit par une bombe au-dessus de Lockerbie, en Écosse, et la Libye en fut accusée. Il n’y a jamais eu de preuve de l’implication de la Libye dans cette tragédie, et je pense qu’il s’agissait d’une autre opération sous faux drapeau du Mossad. Certains groupes ont accusé les Palestiniens et d’autres d’être responsables, mais je doute qu’ils aient eu les moyens de mener à bien cette opération. Il n’est pas nécessaire de s’attarder sur les détails de cet événement ici, car les nombreux détails peuvent être facilement vérifiés en ligne.

Le London Times n’a pas hésité à accuser le gouvernement de dissimuler la vérité au plus haut niveau. Dans un article, on peut lire que Christine Grahame, membre du Parlement écossais, avait déclaré : « Il y a un certain nombre d’intérêts particuliers qui se sont profondément opposés à ce que nous fassions appel de façon à approfondir l’enquête parce qu’ils savaient que cela contribuerait considérablement à exposer la vérité derrière Lockerbie ».

Un professeur de droit impliqué dans le procès a affirmé que le ministère de la justice avait exercé de « fortes pressions » pour mettre fin à la procédure d’appel parce qu’il ne voulait pas que les informations soient rendues publiques. Ces experts, ainsi que de nombreux autres, doutent depuis longtemps des prétendues « preuves » présentées lors du procès initial et affirment qu’il est manifestement impossible qu’un seul homme ait pu perpétrer un tel attentat.

Deux Libyens furent arrêtés et accusés du crime. L’un d’eux fut relâché faute de preuves, l’autre a été condamné. L’accusation a obtenu un témoin qui a déclaré que le Libyen « coupable » avait été vu par plusieurs personnes un jour donné en train d’acheter des vêtements dans un magasin de Malte, des vêtements identiques à ceux qui avaient été utilisés pour envelopper la bombe qui avait détruit le vol de la Pan Am. Mais ensuite, le Libyen accusé a fourni la preuve formelle qu’il se trouvait en Europe, loin de Malte, aux dates en question, et il a été révélé que le gouvernement américain avait payé le témoin 2 millions de dollars pour son témoignage. En outre, de nombreux observateurs étaient convaincus que la CIA avait falsifié les preuves restantes. Les experts ont toujours douté des preuves utilisées pour condamner al-Megrahi et des affirmations selon lesquelles un seul homme aurait pu commettre un attentat aussi meurtrier. Plus grave encore, une nouvelle carte de circuit imprimé parfaitement intacte a été produite comme preuve du mécanisme utilisé pour faire exploser la bombe ; les experts en explosifs ont unanimement ridiculisé cette assertion.
Plus grave encore a été la production d’un nouveau circuit parfaitement intact produit comme preuve du mécanisme utilisé pour faire exploser la bombe; les experts en explosifs ont ridiculisé unanimement l’affirmation selon laquelle un détonateur attaché à une bombe qui a détruit un avion entier, survivrait à l’explosion sans le moindre dommage apparent.
Le juge qui présidait l’audience a reconnu que ces faits « posaient un grave problème » à l’accusation, mais il a néanmoins déclaré le Libyen coupable. Toutes les transcriptions du procès se lisaient de la même manière ; les accusations qui ont été prouvées fausses, les preuves fournies dont il a été prouvé qu’elles avaient été fabriquées, le juge dans chaque cas admettant de sérieux doutes sur la véracité de toutes les assertions de l’accusation, mais produisant un verdict de culpabilité en dépit des faits. Si vous n’avez pas lu ces transcriptions, vous devriez le faire ; elles vous ouvriront les yeux d’une manière que mes paroles ne sauraient le faire. La détermination des Israéliens et des Américains pour imputer le crime à la Libye sera évidente dans toute sa stupidité, tout comme les préjugés politiques de la cour.
Le condamné a interjeté appel et a demandé un nouveau procès, qui aurait dû lui être accordé en vertu de la loi. Malheureusement, un appel aurait mis en lumière les multiples injustices du procès initial ainsi que de nombreuses preuves nouvelles qui auraient non seulement prouvé que le tribunal d’origine avait été soumis à une influence politique intense des États-Unis et d’Israël, mais aurait aussi ouvert la porte à des faits qui auraient impliqué certains pays autres que la Libye dans les bombardements. Ainsi, la cour, dans une tentative pour épargner aux États-Unis et à Israël une condamnation mondiale intense, a offert à l’individu en question une alternative : ils le libéreraient, comme un geste humanitaire sous prétexte qu’il avait contracté le cancer et qu’il n’avait plus que quelques mois à vivre, s’il renonçait à son recours judiciaire et retournait en Libye. Et s’il se taisait, évidemment. Malheureusement, il a accepté l’offre, et la vérité ne sera jamais connue. Il y avait un large consensus en Écosse pour qu’en échange de son rapatriement al-Megrahi renonce à faire appel, ce qui aurait révélé une grave erreur judiciaire. [12]
La plupart des Américains ont gobé toute l’histoire et ont protesté violemment contre la libération de ce « meurtrier sanglant », mais la plupart des Américains ignorent généralement les faits impliquant leur propre gouvernement, et malheureusement peu se donnent la peine de faire leurs propres recherches et d’apprendre les vérités. Dans ce cas, la vérité est que la Libye n’était pas responsable des bombardements. Cependant, l’image du pays avait été irrévocablement ternie dans ce processus, préparant le terrain pour sa destruction ultérieure aux mains de ces mêmes personnes.
D’ailleurs, soyons sérieux. Un meurtrier de masse fait sauter un avion et tue près de 300 personnes, puis on le libère rapidement pour des raisons « humanitaires » parce qu’il ne se sentirait pas bien ? Pas trop probable, franchement.
Selon le UK Independent, Mme Grahame, du Parlement écossais, a déclaré : « La libération du soi-disant terroriste de Lockerbie était attendue depuis longtemps, car son inculpation était politiquement motivée. » [13][14]
Revenons à la Libye et à Khadafi. Sous le roi Idriss intronisé par l’Occident, une grande partie de la population libyenne vivait dans des cabanes en tôle ondulée. Khadafi a changé tout cela en affirmant qu’un logement décent était « un droit naturel de la personne ». La Libye avait la seule monnaie au monde qui était entièrement adossée à l’or – le dinar libyen. Après de nombreuses discussions, Khadafi avait convaincu son gouvernement de distribuer 20 milliards de dollars des 60 milliards de dollars de réserves en espèces du pays à la population, en guise de « prime au pétrole ». Sous Khadafi, la Libye n’était pas seulement prospère, elle était progressiste, c’était de loin l’État le plus éclairé d’Afrique. Toute l’éducation y était universelle et gratuite, y compris l’université et, comme en Irak, les étudiants recevaient des salaires et des remboursements pour leurs dépenses pendant leurs études à l’étranger. Tous les soins de santé étaient également universels et gratuits, tout comme l’eau et l’électricité, avec l’essence pour les voitures presque gratuite, et les citoyens pouvaient obtenir des prêts sans intérêt pour le logement et à d’autres fins. Tout Libyen voulant se lancer dans l’agriculture recevait des terres, une maison et toutes les fournitures nécessaires gratuitement. L’électricité était gratuite pour tous, et l’essence pour les voitures était presque gratuite. [15] Les nouveaux mariés recevaient 50 000 $ américains du gouvernement pour s’acheter leur première maison. Les anciens indices très élevés de sans-abri, de pauvreté et d’analphabétisme du pays ont presque disparu dans les premières décennies du règne de Khadaffi. Au total, l’indice de développement humain de la Libye était supérieur aux 2/3 des pays du monde. Khaddafi a pris le contrôle de la banque centrale libyenne, économisant 150 milliards de dollars de liquidités et d’or, et le pays n’avait plus de dettes[16].
La Libye était réputée pour son égalité des sexes, sans aucune restriction imposée aux femmes, qui étaient libres de travailler et de s’habiller à leur guise. Les droits des femmes étaient les plus avancés du continent. Khadafi a institué un « ministère des femmes » pour assurer l’égalité des sexes et, en l’honneur des femmes, il a formé un cadre spécial de femmes gardes du palais. Il est vrai que c’était une garde cérémonielle, mais elles témoignaient du respect que Khadafi et les Libyens avaient généralement pour les femmes, bien que les médias (juifs) occidentaux se soient délectés de présenter cela comme une preuve des perversions sexuelles de Khadafi ; le UK Guardian a publié un article étonnamment stupide et pervers affirmant, sans preuve à l’appui, que ces gardes du palais « révèlent une image de contrôle impitoyable et de vies brisées ». [17] Mais en fait, Khadafi était un dirigeant si progressiste que l’ONU avait prévu de lui remettre une médaille lors d’une séance spéciale des Nations Unies, spécifiquement pour reconnaître le progrès social éclairé de la Libye. C’était seulement deux semaines avant que les États-Unis ne commencent leur « guerre humanitaire » qui a détruit le pays – le soi-disant « printemps arabe ».
Le problème était que Khadafi était un peu trop « progressiste », dans des domaines où les banquiers juifs américains et internationaux désapprouvaient la chose. D’une part, l’Afrique était le seul continent où les États-Unis n’avaient pas de bases militaires. Khadafi a vu ces bases pour ce qu’elles étaient, une colonisation militaire rampante du continent qui ne mènerait qu’à un bain de sang. Ainsi, chaque fois que les États-Unis ont offert à un pays africain 3 millions de dollars pour la permission de construire une base militaire, Khadafi leur a offert 5 millions de dollars s’ils refusaient. Et lorsque les banquiers juifs du FMI et de la Banque mondiale ont voulu prêter de l’argent pour aider à la colonisation occidentale de l’Afrique, Khadafi a créé une Banque régionale africaine, dotée de 30 milliards de dollars de ses fonds propres, spécifiquement pour garder ces nations hors des griffes des vautours. Ces actions devaient lui générer de puissants ennemis.
Mais il y a eu deux derniers facteurs qui ont scellé le sort de Khadafi, et celui de la Libye aussi. Le premier était que les intérêts étrangers, principalement américains, britanniques et français, contrôlaient encore les précieuses réserves de pétrole de la Libye. Khadafi a déclaré publiquement que la Libye devrait nationaliser son industrie pétrolière, en retirant le contrôle aux étrangers et en le prenant entre les mains de la Libye afin que le bénéfice des ressources de la nation profite aux citoyens libyens plutôt qu’aux multinationales étrangères. Presque tous les pays du monde qui ont pris cette mesure ont été détruits par le gouvernement américain et les banquiers (juifs) de la ville de Londres, et la Libye ne ferait pas exception. Le dernier acte progressiste – et dangereux – de Khadfafi fut une déclaration selon laquelle la Libye ne vendrait plus de pétrole brut uniquement en dollars américains et n’accepterait plus toutes les devises en paiement. Et là, comme on dit, c’est la goutte qui a fait déborder le vase. Khadafi avait à peine pris ces mesures lorsque la CIA a commencé à infiltrer la Libye, à rechercher des « dissidents », des « combattants de la liberté » et autres, et à fomenter une guerre interne contre le gouvernement libyen.
La plupart des soi-disant combattants de la liberté n’étaient pas libyens du tout, mais étaient des prisonniers d’al-Qaïda que les États-Unis ont libérés de leurs prisons de torture en Irak à condition qu’ils participent à cette guérilla fabriquée de toutes pièces en Libye. Bien sûr, le gouvernement libyen a été forcé de réagir à ces attaques terroristes initiées à l’étranger, après quoi la machine de propagande est passée à la vitesse supérieure, accusant Khaddafi de « faire la guerre à ses propres citoyens ». Et bien sûr, le gouvernement américain, l’ami des opprimés partout dans le monde, a été obligé de répondre et de défendre les pauvres citoyens de la Libye contre leur président « dictateur fou ».
Il y avait peu de soutien mondial pour une guerre totale, mais l’ONU a accepté d’autoriser les États-Unis à établir une zone d’exclusion aérienne, qui serait destinée à empêcher les avions libyens de bombarder les civils libyens. Bien sûr, la Libye ne faisait rien de tel; elle bombardait les sites rebelles étrangers qui commettaient des actes terroristes dans le pays, mais peu de gens étaient au courant à l’époque. Les seules nations désireuses de participer à cette injustice impardonnable étaient l’Angleterre et la France qui avaient toutes deux d’énormes investissements dans l’industrie pétrolière libyenne et répugnaient à envisager leur nationalisation. Mais c’était suffisant pour un début. Et une fois mise en place la zone d’exclusion aérienne, la Libye a souffert de ce que les États-Unis ont appelé une « dérive de la mission », ce qui signifie que l’activité d’interdiction de vol initiale est rapidement devenue une guerre totale où toute l’infrastructure civile de la Libye a été presque totalement détruite et le pays conduit à l’anarchie.
Les États-Unis sont allés bien au-delà de la création d’une zone d’exclusion aérienne. Ils ont d’abord détruit tous les avions et les bases aériennes libyennes dans tout le pays. Ils ont bombardé à plusieurs reprises la maison et le siège du gouvernement de Khadafi dans des tentatives claires de tuer l’homme. Les États-Unis ont attaqué toute la capacité militaire de la Libye de toutes les manières possibles, détruisant les véhicules blindés, les navires, les bases, les approvisionnements en carburant, tout ce qui pourrait rendre la défense de son pays possible. Les États-Unis ont d’abord prétendu qu’il n’y avait pas de « dérive de la mission », mais ce n’était guère plus qu’une mauvaise blague. Une grande partie du monde a condamné les actions des États-Unis et du Royaume-Uni, mais la raison pour laquelle la plupart des publics en général ne s’y sont pas fortement opposés était l’effet de la propagande de diabolisation efficace qui avait été menée avant l’invasion. Ce sont des Juifs qui ont inventé le marketing de guerre et qui se sont spécialisés dans cette activité pendant des décennies. La guerre n’est qu’un produit parmi d’autres. Bien sûr, l’attaque contre la Libye était illégale, selon toutes les lois nationales et internationales.
Le président Obama n’avait pas le pouvoir de faire la guerre à la Libye, ni en passant par l’ONU, ni de son propre chef. Un président américain exige un vote du Congrès pour mener une guerre, mais la Maison-Blanche d’Obama a affirmé que des mois de bombardement total ne constituaient pas une « guerre », et que fournir des mercenaires étrangers avec des armes lourdes, des drones, des lance-missiles, les chars, l’artillerie et tout le reste en matière d’armes n’équivalaient pas collectivement à « mener des hostilités ». Par conséquent, il n’y avait pas de guerre, et pas besoin de se soucier de l’approbation du Congrès. La CIA et le Mossad d’Israël ont été fortement impliqués dans la destruction de la Libye de l’intérieur, fournissant des volumes croissants non seulement d’armes légères, mais aussi d’artillerie, de missiles et d’équipements lourds qui pouvaient causer de graves dommages. C’était l’une des guérillas les mieux équipées au monde. Les rebelles étrangers ont reçu une formation, des instructions, un leadership, tout le nécessaire pour infliger le plus de dégâts de l’intérieur pendant que les grandes puissances détruisaient la Libye depuis les airs. Cette petite nation n’a jamais eu de chance.
Aujourd’hui, la Libye est un désastre complet. Les services sociaux sont inexistants, tout comme l’éducation et les soins de santé. Les banquiers (juifs) ont pris le contrôle total du secteur pétrolier libyen, livrant les parties restantes du pays à l’anarchie. Le monde n’en est pas conscient en raison du blocage total des informations couvrant la Libye, mais les banquiers se sont emparés de tout le pétrole libyen, ne laissant rien au pays – et, en toute liberté. C’est exactement ce qu’ils font en Irak, ils volent, simplement, toutes ses ressources naturelles à n’importe quel pays.
Après que le pays a été détourné par les banquiers de la ville de Londres, la Libye est devenue une catastrophe humanitaire. Même l’éducation a cessé, étant toujours libre mais inaccessible dans ce qui est essentiellement une zone de guerre permanente. Tout s’est désintégré, le peuple de la nation a plongé de nouveau dans la pauvreté et vit dans le chaos[18].
Enfin, et pour couronner le tout, nous avons été informés que l’un des tout premiers actes des « rebelles », après avoir tué Khadafi, a été d’établir une nouvelle banque centrale libyenne appartenant à des Juifs, à l’image miroir de la FED américaine. Ce sont des rebelles compétents ; ils mènent une guerre le jour et la nuit planifient un nouveau monde de banques internationales. [19][20] Peut-être que les États-Unis ne les obligeront pas à retourner dans les prisons de torture irakiennes après la guerre…, et ils pourraient tous devenir des consultants financiers pour Goldman Sachs. Malheureusement, la nouvelle « banque centrale » libyenne n’était aucunement liée à des rebelles étrangers, mais avait été créée par les mêmes banquiers qui possèdent la FED américaine – presque certainement les Rothschild, les Warburgs et la bande habituelle de suspects. Il ne faut pas oublier de dire que l’ancienne banque centrale libyenne contenait plus de 60 milliards de dollars en or qui a maintenant été confisqué – volé – par ces mêmes banquiers et qu’on ne reverra jamais. En outre, les États-Unis avaient confisqué plus de 30 milliards de dollars de dépôts libyens dans des banques américaines et autres, et cet argent a également disparu à jamais. Si vous êtes assez puissant et avez les bons amis, la guerre est en effet très rentable.
La Libye n’est qu’un autre exemple de la façon dont le seul véritable crime dans le monde est d’aller à l’encontre de l’« intérêt national » des États-Unis. Le meurtre c’est bien, la torture c’est bien, on passera l’éponge sur le génocide. Mais n’interférez jamais avec les intérêts commerciaux de l’empire. Il devrait maintenant être évident pour tout le monde que ce qui s’est passé en Libye n’était rien de moins qu’une guerre de conquête coloniale menée pour le pétrole, déguisée en croisade pour la vie et la liberté occidentales. Personne ne croit que les États-Unis agissaient en raison de la perspective d’atrocités de masse contre le peuple libyen. Il ne s’agissait que du pétrole.
Pour que cela ne passe pas inaperçu, la Libye a été bombardée avec les mêmes saloperies nucléaires que l’Irak, qui causeront des souffrances humaines indicibles, produisant le cancer et des malformations congénitales dans la population pour les générations à venir. [20a] Dans son assaut tragique contre le peuple libyen, les États-Unis ont tiré des centaines de missiles de croisière et des milliers d’obus d’artillerie contenant des ogives à uranium appauvri qui ont recouvert une grande partie de la Libye dans une poussière radioactive. Les résultats sont si déchirants en Afghanistan, en Irak, en Yougoslavie et en Palestine. Les missiles Tomahawk contiennent chacun 360 Kgs. d’uranium enrichi et de plutonium, des restes de la réserve américaine de déchets nucléaires. Avec une demi-vie de 4,5 milliards d’années, ces sous-produits radioactifs causeront la misère à jamais. C’est une guerre nucléaire sous un autre nom.
Une fois qu’ils sont entrés officiellement dans le pays, ils ont capturé Khadafi et, dans une célébration délicieuse de l’orgueil, ils ont fait circuler une vidéo de quelqu’un lui tirant dans la tête et le tuant, pour le plus grand plaisir d’Hillary Clinton qui plus tard proclamait (en riant), « Nous sommes venus, nous avons vu, il est mort ». [21] Charmante femme. Lorsqu’il a appris le décès du colonel Khadafi, le président Obama, grand chrétien américain et prix Nobel de la paix, a déclaré que c’était « une journée mémorable », et il a rendu hommage à « nos hommes et nos femmes en uniforme », disant au monde entier que grâce à eux « d’innombrables vies avaient été sauvées. » À la fin, Hillary Clinton avait encore plus à dire, exemple si typique de l’hypocrisie américaine et du manque de la moindre honte. « Je suis fière d’être ici, sur le sol d’une Libye libre. Les États-Unis ont été fiers de se tenir à vos côtés dans votre combat pour la liberté et nous continuerons de nous tenir à vos côtés dans cette aventure. C’est le moment de la Libye. C’est la victoire de la Libye et l’avenir vous appartient. Quand je vois des choses comme ça, j’espère de tout mon cœur qu’il y a un Dieu et que l’enfer existe, et que tous ces gens s’y retrouvent.

*
Image en vedette :
Le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi passe devant une peinture dans le bureau du président de la Commission européenne Romano Prodi à Bruxelles dans cette photo de dossier du 27 avril 2004. REUTERS/Commission européenne/Document.
Source : https://www.thenationalnews.com/world/uk-news/2022/02/01/libyas-rotting-mansion-and-the-mystery-of-the-60bn-qaddafi-fortune/

EN — LARRY ROMANOFF: The Tragedy of Libya

*https://plumenclume.com/2024/04/02/la-tragedie-libyenne-par-larry-romanoff/
Les écrits de M. Romanoff sont traduits en 32 langues et ses articles ont été publiés sur plus de 150 sites Web d’information et de politique en langues étrangères dans plus de 30 pays, ainsi que sur plus de 100 plateformes de langue anglaise. Larry Romanoff est un ancien conseiller en gestion et homme d’affaires. Il a occupé des postes de cadre supérieur dans des sociétés de conseil internationales et a été propriétaire d’une entreprise internationale d’import-export. Il a été professeur invité à l’Université Fudan de Shanghai, présentant des études de cas en affaires internationales à des classes supérieures EMBA. M. Romanoff vit à Shanghai et écrit actuellement une série de dix livres généralement liés à la Chine et à l’Occident. Il est l’un des auteurs qui ont contribué à la nouvelle anthologie de Cynthia McKinney intitulée « When China Sneezes » , Quand la Chine éternue (Chapitre 2).
Ses archives complètes peuvent être consultées sur
https://www.bluemoonofshanghai.com/and https://www.moonofshanghai.com/
On peut communiquer avec lui à l’adresse suivante :
2186604556@qq.com
NOTES
[1] King Idris I: The forgotten first and last king of Libya
https://www.trtworld.com/magazine/king-idris-i-the-forgotten-first-and-last-king-of-libya-37392
[2] KING IDRIS, OUSTED IN ’69 BY QADDAFI, DIES IN CAIRO

[3] Gaddafi minister found jointly liable for 1984 killing of PC Yvonne Fletcher
https://www.theguardian.com/uk-news/2021/nov/16/gaddafi-minister-found-jointly-liable-for-1984-killing-of-pc-yvonne-fletcher
[4] UK may reopen Libya embassy killing case
https://www.aljazeera.com/news/2011/8/27/uk-may-reopen-libya-embassy-killing-case
[5] Libyan freed over killing of Yvonne Fletcher ‘for reasons of national security’
https://www.middleeasteye.net/news/libyan-freed-over-killing-yvonne-fletcher-reasons-national-security
[6] When Israel Shot Down a Libyan Passenger Plane, but Refused to Take Responsibility
https://www.haaretz.com/israel-news/2023-03-18/ty-article-magazine/.highlight/when-israel-shot-down-a-libyan-passenger-plane-but-refused-to-take-responsibility/00000186-f186-dd8e-a7d7-f7ef464e0000
[7] ISRAELIS DOWN A LIBYAN AIRLINER IN THE SINAI, KILLING AT LEAST 74; SAY IT IGNORED WARNINGS TO LAND

[8] Forgotten History: The Case of Libyan Arab Airlines Flight 114

Forgotten History: The Case of Libyan Arab Airlines Flight 114


[9] J’ai pu sauvegarder cette citation de l’original, mais internet l’a efface, et il n’y a pas de lien disponible pour la retrouver.
[9a] Bad Lands: A Tourist on the Axis of Evil by Tony Wheeler
https://books.google.com.br/books?id=OxcZU0ZX61UC&pg=PA205&lpg=PA205&dq=Who+told+and+when:+%22I+want+to+tell+you+that+I+don%27t+just+appreciate+you,+I+admire+you!%22&source=bl&ots=qS4jUlmhvf&sig=ACfU3U0TvZYWlisKBAXGkw4f8-51Z49rWQ&hl=en&sa=X&ved=2ahUKEwiw8drWgO_9AhXXGLkGHanDAkcQ6AF6BAgIEAM#v=onepage&q=Who%20told%20and%20when%3A%20%22I%20want%20to%20tell%20you%20that%20I%20don’t%20just%20appreciate%20you%2C%20I%20admire%20you!%22&f=false
[10] The Israeli Deception That Led to the Bombing of Pan American Flight 103 Over Lockerbie
https://www.wrmea.org/1999-october-november/the-israeli-deception-that-led-to-the-bombing-of-pan-american-flight-103-over-lockerbie-scotland.html
[11] The Israeli Deception That Led to the Bombing of Pan American Flight 103 Over Lockerbie
https://www.wrmea.org/1999-october-november/the-israeli-deception-that-led-to-the-bombing-of-pan-american-flight-103-over-lockerbie-scotland.html
[12] Lockerbie Bombing Suspect Released and Controversy Grows
https://ratical.org/ratville/JFK/JohnJudge/linkscopy/USsetFires.html#:~:text=The%20American%20Gulf%20War%20Veterans%20Association%2C%20led%20by,Kuwait%20at%20the%20end%20of%20Gulf%20War%20One
[13] Christine Grahame: Al-Megrahi is home. And he is innocent
https://www.independent.co.uk/voices/commentators/christine-grahame-almegrahi-is-home-and-he-is-innocent-1776188.html
[14] Christine Grahame: Lockerbie bomber Al-Megrahi is home. And he is innocent
https://www.belfasttelegraph.co.uk/opinion/columnists/christine-grahame-lockerbie-bomber-al-megrahi-is-home-and-he-is-innocent/28493784.html
[15] Gaddafi’s Libya
https://www.ayupp.com/social-viral/was-healthcare-electricity-free-in-libya-under-muammar-gaddafi-15268.html
[16] Ten Reasons Libya Under Gaddafi Was a Great Place to Live
https://www.africanexponent.com/post/ten-reasons-libya-under-gaddafi-was-a-great-place-to-live-2746
[17] Gaddafi’s ‘Amazonian’ bodyguards’ barracks quashes myth of glamour
https://www.theguardian.com/world/2011/sep/07/gaddafis-amazonian-bodyguards-barracks
[18] Education in Libya is free but inaccessible
https://mena.fes.de/blog/e/education-in-libya-is-free-but-inaccessible
[19] Libyan Rebels Form Their Own Central Bank
https://www.cnbc.com/id/42308613
[20] Wow That Was Fast! Libyan Rebels Have Already Established A New Central Bank Of Libya
https://www.benzinga.com/11/03/958264/wow-that-was-fast-libyan-rebels-have-already-established-a-new-central-bank-of-libya
[20a] Depleted uranium in children
https://www.bing.com/images/search?q=pictures+of+uranium+depleted+in+children+in+iraq+truthout&qpvt=pictures+of+uranium+depleted+in+children+in+Iraq+Truthout&form=IQFRML&first=1&cw=1349&ch=608
[21] Hillary Clinton “We Came, We Saw, He Died” (Gaddafi)
https://www.youtube.com/watch?v=6DXDU48RHLU

Partager

Mots clés: , ,

Plus d’histoires deLibye