Aller à…
RSS Feed

10 décembre 2019

Algérie : des ravisseurs dans le complexe, opération militaire toujours en cours


 

Algérie : des ravisseurs dans le complexe, opération militaire toujours en cours

vendredi 18 janvier 2013, par La Rédaction d’ASSAWRA

L’opération des forces spéciales algériennes était toujours en cours vendredi contre des assaillants islamistes retranchés dans un complexe gazier après avoir pris en otages des dizaines de personnes, a-t-on appris de source sécuritaire algérienne.
« Il y a encore un groupe (d’assaillants) retranché » dans le complexe d’In Aménas, à quelque 1.300 km au sud-est d’Alger, non loin de la frontière libyenne, a indiqué cette source à l’AFP, expliquant qu’il était « difficile de parler alors que l’opération est en cours ».
Le groupe pétrolier britannique BP a annoncé que trois vols avaient quitté l’Algérie jeudi avec onze de ses employés ainsi que « plusieurs centaines » de salariés d’autres entreprises et qu’un quatrième vol était prévu vendredi.
L’armée algérienne, qui cernait toujours le complexe, avait lancé jeudi un assaut contre le commando islamiste lié à Al-Qaïda qui retenait depuis mercredi sur le site gazier un grand nombre d’otages, dont des dizaines d’étrangers y compris des Occidentaux et des Asiatiques.
Il y a eu dans l’assaut des morts et des blessés, selon le ministre de la Communication Mohamed Said qui n’a pas donné de bilan précis.
Selon un porte-parole des islamistes cité par l’agence mauritanienne ANI, l’assaut a fait près de 50 morts, 34 otages et 15 ravisseurs.
Mais la source de sécurité algérienne a jugé ce bilan « fantaisiste ».
Elle a fustigé l’agence d’information mauritanienne ANI, via laquelle les islamistes ont donné leur version de la situation sur place. « A la base, les terroristes avaient pris des contacts avec l’ANI pour lui donner l’exclusivité, d’où ces chiffres fantaisistes », selon la source.
Le groupe d’extrémistes avaient affirmé avoir pris ces otages en représailles, entre autres, à l’intervention militaire française contre les islamistes au Mali voisin.

**

Les « Signataires par le sang » promet à l’Algérie plus d’opérations 
Le groupe islamiste armé qui a amené une vaste prise d’otages dans le site gazier d’In Amenas dans le de l’Algérie a menacé de mener « plus d’opérations », selon un de ses porte-parole cité par l’agence mauritanienne en ligne Nouakchott Information (ANI). « Tout en tenant compte des souffrances du peuple algérien, nous promettons au régime en place plus d’opérations », a affirmé le porte-parole des « Signataires par le sang », groupe de l’Algérien Mokhtar Belmokhtar auteur mercredi de l’attaque et de la prise d’otages massive à In Aménas.
Il a appelé les Algériens « à se tenir à l’écart des lieux d’implantation des compagnies étrangères », car, a-t-il dit, « nous surgirons là où personne ne s’y attendra ».
L’armée algérienne a lancé jeudi un assaut contre le commando islamiste qui détient les nombreux otages. Aucun bilan officiel précis n’a filtré sur cette opération militaire. Mais selon un porte-parole des islamistes, elle a fait près de cinquante morts, 34 otages et 15 ravisseurs, des informations non confirmées.

**

Les autorités algériennes, très critiquées, restent muettes Le journal algérien al-Khabar se montre très critique vendredi contre la façon dont le pouvoir a géré la prise d’otages qui a lieu dans l’est du pays, à In Amenas. Selon un éditorial, le déroulement de l’assaut donné par l’armée contre le commando jeudi montre que « ce sont les groupes terroristes qui ont acquis de l’expérience sur le terrain » et non pas les autorités, bien qu’elles « prétendent avoir acquis une expérience dans la lutte antiterroriste ». « Les autorités politiques et sécuritaires ont échoué à mettre fin au terrorisme », ajoute le journal, et la prise d’otages sur le site gazier démontre qu’al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi) « pourrait frapper en Algérie à chaque fois qu’elle en aura l’occasion ».
Cette charge arrive alors que le mutisme officiel le plus total régnait vendredi matin à Alger sur les suites de l’assaut lancé par les forces spéciales algériennes contre les islamistes auteurs de la prise d’otages, dont une quarantaine d’étrangers. Le ministre de la Communication Mohamed Said avait annoncé jeudi soir que l’opération de l’armée avait permis de « libérer jusqu’à présent plusieurs otages nationaux et étrangers », sans fournir de chiffres. Il s’était contenté de faire état d’un « nombre important d’otages libérés et malheureusement quelques morts et blessés ».
Mais un porte-parole des islamistes a déclaré que l’opération avait aussi fait une cinquantaine de morts, 34 d’otages et 15 ravisseurs. Le quotidien arabophone Echorouk a fait état vendredi du premier mort algérien de l’attaque lancée mercredi à l’aube par un groupe d’islamistes rattachés à Mokhtar Belmokhtar, un fondateur d’Aqmi. Il s’agit du gardien du portail de ce site, « abattu d’une balle dans la tête pour avoir refusé d’ouvrir l’accès » au convoi islamiste mercredi à l’aube, selon le journal, citant le frère de la victime.

**

Incertitudes sur le sort des otages après l’assaut de l’armée 
Londres a affirmé vendredi que la prise d’otages sur un site gazier en Algérie était toujours en cours, plusieurs capitales attendant des explications des autorités algériennes après une intervention militaire contre les ravisseurs qui a coûté la vie à de nombreux étrangers.
La confusion régnait vendredi sur le bilan et les circonstances de l’assaut mené la veille par l’armée algérienne sur le site dans le centre-est du pays, où un groupe islamiste, disant agir en riposte à l’intervention de la France au Mali, avait pris en otages mercredi 41 étrangers et des centaines de locaux.
« L’incident terroriste est toujours en cours », a indiqué le ministère britannique des Affaires étrangères. Jeudi soir, l’agence algérienne APS avait annoncé la fin de l’assaut de l’armée mais les autorités à Alger gardaient le mutisme vendredi sur cette opération.
Deux Français sont « revenus » sains et saufs de la prise d’otages, a affirmé le ministre français de l’Intérieur Manuel Valls.
« Cela tirait beaucoup par séquences », a témoigné un ressortissant français, rescapé de la prise d’otages. « Il y a des terroristes qui sont morts, des expatriés, des locaux », a dit sur la radio Europe 1 Alexandre Berceaux, sans pouvoir préciser si l’opération militaire se poursuivait.
« Je suis resté caché pendant presque 40 heures dans ma chambre. J’étais sous le lit j’ai mis des planches un peu partout. J’avais un peu de nourriture, un peu à boire, je ne savais pas combien de temps cela allait durer », a-t-il ajouté, pensant avoir été sauvé par les soldats.
Un Britannique et un Algérien avaient été tués lors de l’attaque du groupe armé mercredi sur le site d’In Amenas dans le Sahara, à 1.300 km au sud-est de la capitale.
Outre les très nombreux travailleurs algériens, des Américains, des Britanniques, des Japonais, des Français, un Irlandais, des Norvégiens et des Philippins figuraient parmi les otages.
L’assaut a suscité les critiques et soulevé des questions à Tokyo, Londres et Washington qui ont dit regretter ne pas avoir été mis au courant des intentions algériennes.
« Je pense que nous devons nous préparer à la possibilité de mauvaises nouvelles à venir », a averti le Premier ministre britannique David Cameron.
Le Japon a convoqué l’ambassadeur algérien et demandé de « cesser immédiatement » son opération alors que le sort de 14 Japonais restait incertain.
M. Valls s’est refusé à toute critique envers Alger et indiquant ignorer « si l’opération est terminée ».
Après l’annonce de la préfecture régionale de la fin de l’assaut, l’agence algérienne APS a rapporté jeudi soir que le raid n’avait permis de contrôler que le « site de vie » du complexe gazier où se trouvait la majorité des otages, mais que le complexe lui-même était toujours encerclé.
Quelques heures auparavant, le ministre algérien de la Communication Mohamed Said avait fait état d’un « nombre important d’otages libérés et malheureusement quelques morts et blessés », sans autre précision.
« Un nombre important de terroristes qui ont essayé de prendre la fuite vers un pays limitrophe ont été neutralisés », avait-il ajouté pour justifier l’opération qui a aussi permis selon APS la libération de 600 Algériens ainsi que d’un Français, de deux Britanniques et d’un Kenyan.
Mais un porte-parole des islamistes, cité par l’agence mauritanienne ANI, avait déclaré que l’opération avait fait une cinquantaine de morts, 34 otages et 15 ravisseurs, menaçant de mort les otages survivants selon lui, trois Belges, deux Américains, un Japonais et un Britannique.
Les ravisseurs se présentent comme les « Signataires par le sang » de l’Algérien Mokhtar Belmokhtar, récemment destitué par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).
Selon un porte-parole du groupe cité par ANI, le chef du commando, Abou al-Baraa, a été tué dans l’assaut.
Le site d’In Amenas est exploité par le groupe britannique BP, le norvégien Statoil et l’algérien Sonatrach. Statoil a annoncé qu’il était sans nouvelles de huit de ses employés, tous norvégiens. Selon Dublin, un Irlandais est sain et sauf.
L’Algérie s’est trouvée entraînée malgré elle dans le conflit malien avec cette prise d’otages, les ravisseurs ayant dénoncé le soutien logistique algérien aux militaires français.
L’armée malienne a affirmé vendredi avoir repris « le contrôle total » de la localité de Konna (centre), dont la chute le 10 janvier aux mains de combattants islamistes avait précipité l’intervention française.

**

Un Français témoigne : « Je suis resté caché pendant presque 40 heures » 
Un ressortissant français, resté caché sous son lit pendant 40 heures et rescapé de la prise d’otages en Algérie, a témoigné vendredi sur Europe 1. Alexandre Berceaux, l’un des Français employés de la société CIS Catering, affirme qu’il se trouvait « sur la base Sonatrach d’In Amenas » lors de la prise d’otages puis de l’assaut. « Ça tirait beaucoup par séquence, cela dépendait, a-t-il raconté. Il y a des terroristes qui sont morts, des expatriés, des locaux ». Il n’a pas pu préciser si l’opération militaire se poursuivait vendredi matin.
Lors de la prise d’otages mercredi matin, « j’ai entendu énormément de coups de feu. L’alarme qui nous dit de rester au lieu où nous sommes était en route. Je ne savais pas si c’était un exercice ou si c’était vrai », a-t-il relaté. « Personne ne s’y attendait. Le site était protégé. Il y a des forces militaires sur place ». « Je suis resté caché pendant presque 40 heures dans ma chambre. J’étais sous le lit j’ai mis des planches un peu partout au cas où. J’avais un peu de nourriture, un peu à boire, je ne savais pas combien de temps cela allait durer », a ajouté le ressortissant français, qui pense avoir été sauvé par des militaires algériens.
« C’était des militaires habillés en vert. Je pense que c’était des militaires algériens », a-t-il dit, encore sous le choc. « Ils étaient avec des collègues, c’est comme cela que j’ai reconnu sinon je n’aurais jamais ouvert », a ajouté ce témoin qui s’est caché pendant la prise d’otages « à quelques minutes à pied d’où étaient placés les terroristes ». « J’avais l’information qu’il y avait un blessé dans la réserve du restaurant hier matin. On a d’abord trouvé trois Anglais qui étaient cachés dans le faux plafond plus cette personne blessée, partie directement à l’hôpital », a-t-il ajouté.
« Je pense qu’il y a encore des personnes cachées. Là ils sont en train de faire les comptes », a-t-il ajouté.
Vendredi matin, aucun bilan officiel précis n’avait filtré sur cette opération militaire dont on ignorait encore si elle avait été effectivement achevée jeudi soir sur le site d’In Amenas dans le Sahara à 1.300 km au sud-est de la capitale comme l’avait annoncé l’agence de presse algérienne APS.

**

Enquête de la justice française sur la prise d’otages en Algérie 
Le parquet de Paris a annoncé vendredi l’ouverture d’une enquête sur la prise d’otages, qui implique des ressortissants français, sur le site gazier d’In Amenas, en Algérie.
L’enquête a été ouverte pour « enlèvement suivi de mort en relation avec une entreprise terroriste » et « association de malfaiteurs en vue de préparer un ou plusieurs crimes d’atteintes aux personnes », a précisé le parquet.
On restait sans nouvelles d’au moins 22 étrangers vendredi en Algérie après l’assaut des forces de sécurité contre le complexe gazier dans lequel des islamistes ont pris en otages plusieurs centaines de personnes.
Au moins 30 otages, parmi lesquels un Français, ont été tués jeudi, a déclaré à Reuters une source des services de sécurité algériens.

**

Ayrault confirme le décès de « plusieurs otages » sur le site gazier 
Jean-Marc Ayrault a confirmé vendredi le décès de « plusieurs otages » retenus sur un site gazier en Algérie, dont le « nombre » et la « nationalité » ne sont pas encore connus.
« Je viens de m’entretenir avec le Premier ministre algérien qui m’a confirmé que l’opération se poursuit », a ajouté le Premier ministre lors de la présentation de ses voeux à la presse à Matignon.

**

BP évacue des centaines d’employés d’Algérie 
Le groupe pétrolier britannique BP a annoncé que trois vols avaient quitté l’Algérie jeudi avec onze de ses employés ainsi que « plusieurs centaines » de salariés d’autres entreprises et qu’un quatrième vol était prévu ce vendredi. Ces personnes ont été évacuées du site gazier d’In Aménas, dans le Sahara algérien, ainsi que du reste de l’Algérie, a précisé une porte-parole à l’AFP. Le premier vol est arrivé à Londres jeudi, tandis que les deux autres ont atterri durant la nuit à Palma sur l’île espagnole de Majorque, d’où ils doivent repartir vendredi.
« Nous organiserons d’autres vols en fonction des nécessités », ajoute dans un communiqué BP, qui exploite le site d’In Aménas aux côté du norvégien Statoil et de l’algérien Sonatrach. « Il y a un petit nombre d’employés de BP à In Aménas dont la localisation actuelle et la situation demeurent incertaines », ajoute le groupe, sans vouloir donner d’autres détails sur le nombre de personnes impliquées, leur nationalité ou leur identité.

(18 janvier 2013 – Avec les agences de presse)

الجزائر على خط النار الفرنسية في مالي

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,