Aller à…
RSS Feed

1 novembre 2020

Débusquer les fuites financières vers Israël


Débusquer les fuites financières vers Israël

22 juillet 2013, 22:54

     Dans cet article, mon propos va partir d’un exemple bien précis pour tenter d’atteindre une portée plus générale. L’exemple en question est celui d’Hasdei Avotorganisme israélien récoltant des dons en France par le biais de l’association « Les amis d’Hasdei Avot ». L’organisme se présente comme un « organisme central de bienfaisance » à Kiriat Arba-Hébron (Kiriat Arba étant une colonie israélienne située dans la banlieue de la ville palestinienne Hébron, en pleine Cisjordanie, à 15.2 km de la ligne verte censée séparer les territoires israélien et palestinien [1]).

 

Que fait exactement Hasdei Avot? L’organisme mène des oeuvres caritatives dans la colonie, charité qui peut se traduire par des actions classiques comme le don de colis aux familles, mais aussi des actions moins classiques comme la prise en charge d’un « centre toranique » où les gens vont étudier la Torah et autres textes du judaïsme, ou encore unsoutien aux soldats de l’armée israélienne. [2] Ce n’est pas moi qui le dis, mais leur propre site, site qui affirme encore :

« Contribuer à maintenir la présence juive dans la ville des Patriarches [la ville palestinienne Hébron]: outre une grande mitsva de Tsédaka, aider Hasdei Avot c’est aussi contribuer à maintenir la présence juive dans la ville des Patriarches et redonner de la force à notre beau pays, Israël. » [3]

 

On peut dans un premier temps se demander comment un organisme favorisant lacolonisation israélienne et soutenant ouvertement Tsahal peut récolter des dons en France. Mais le sionisme français ne s’est pas contenté de ce droit. Chers amis, « Hasdei Avot » est reconnue d’intérêt général par notre pays, ce qui donne le droit à 60 % de réduction d’impôt à ses donateurs (dans la limite de 20 % du revenu imposable). Autrement dit, lorsque quelqu’un donne à Hasdei Avot, l’Etat français peut perdre 60 % des recettes liées à l’imposition sur cette personne. [4]

Ce fait étant mis en lumière, je dois avouer que je ne connais pas les recours posssibles pour remettre en cause une étiquette aussi imméritée. Une pétition? Un recours légal? Je n’ai quasiment aucune compétence en termes de droit, et en appelle donc à vos savoirs, divers et variés.

 

Aux mauvaises langues qui voudraient comparer Hasdei Avot au CBSP (association humanitaire opérant en Palestine), qui donne lui aussi droit à des réductions d’impôt du même ordre, je rappellerais ceci:

– le CBSP aide des familles et des orphelins dans leurs territoires légitimes, et ne fait pas la charité à des squatteurs illégaux

– les aides qu’apporte le CBSP, comme toute aide humanitaire, sont soumises au blocus israélien sur Gaza, qui décide du passage ou non du personnel et des marchandises. [5] Il serait donc risible d’accuser le CBSP de terrorisme comme le fait le CRIF [6]

– le CBSP est peut-être classé comme organisation terroriste aux US, mais Nelson Mandela était considéré comme un terroriste aux US jusqu’en 2008; est-ce donc pertinent? [7]

– le CBSP a déjà été blanchi des accusations de terrorisme qui lui avaient été jetées (cf affaire de 2001) [8]

 

La « morale » de cette relativement longue histoire, que votre patience vous a permis de lire en entier, est double:

 

– d’une part, l’activisme pro-palestinien ne doit pas rester un soutien de coeur, ou une participation à des manifestations périodiques lorsque les massacres que l’on voit à la télé nous révoltent. Nous devons faire tout notre possible pour couper les robinets qui alimentent Israël depuis notre pays, quels qu’ils soient. Hasdei Avot doit être violemment dénoncée. Par ailleurs, lorsqu’on parle de boycott de certains produits, il faut comprendre comment se fait exactement le transfert d’argent de ces marques vers Israël, pour pouvoir agir efficacement. Ce sujet sera abordé dans les jours qui suivent.

 

– d’autre part, il faut que vous sachiez que l’idée de cet article, ou ma découverte d’Hasdei Avot, ne sont pas venues par hasard. J’ai lu un article concernant l’association sur Rue89. Bien que je considère ce média comme sérieux et de qualité, ce n’est absolument pas le cas de la majorité de nos concitoyens. C’est pourquoi, pour les convaincre, il vaut mieux citer Hasdei Avot lui-même, et les médias « mainstream ». Je suis conscient que ces derniers sont sujets à une censure féroce (cf lien sur notre page concernant la récente censure du CRIF). Mais lorsque vous avez le choix, préférez Le Monde, L’Express, CNN, à Europalestine, qui, de par son nom, va tout de suite susciter les soupçons sur la véracité de ses informations. Attention, je ne doute pas un instant de ladite véracité, mais ce qui importe, c’est que le grand public en soit convaincu. Car c’est ce grand public qui, sensibilisé, peut nous permettre de mener à bien des actions d’envergure, contre Hasdei Avot par exemple.

 

Bibliographie (c’est presque le plus important dans cette guerre d’information):

 

Situation géographique de Kiryat Arba

[1]http://fr.wikipedia.org/wiki/Kiryat_Arba

 

Hasdei Avot et déductions d’impôts

[2]http://www.hasdeiavot.org/nos-actions/

[3]http://www.hasdeiavot.org/presentation/

[4]http://www.hasdeiavot.org/don/de-france-cerfa/

 

Rappel concernant le blocus aux aides humanitaires

[5]http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2010/06/01/bande-de-gaza-la-realite-du-blocus_1365964_3218.html

 

Accusation du CRIF sur le CBSP

[6]http://www.crif.org/fr/tribune/Retour-sur-une-nebuleuse-proche-du-Hamas-le-CBSP—Une-enquete-proposee-par-Marc-Knobel20465?language=en

 

Mandela le terroriste

[7]http://edition.cnn.com/2008/WORLD/africa/07/01/mandela.watch/

 

« Les vérifications n’avaient rien donné »

[8]http://www.ladepeche.fr/article/2010/06/04/848488-cbsp-accuse-etre-proche-hamas-aide-depuis-20-ans-palestiniens.html

 

Photo: site de Hasdei Avot

 

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,