Aller à…
RSS Feed

3 août 2021

Biden en mission européenne


Biden en mission européenne contre la Chine

par Robert Bibeau

Source Communiahttps://es.communia.blog/biden-en-europa/

Sommet du G7 et de l’OTAN, sommet avec l’UE, rencontre avec Poutine à Genève… L’agenda de Biden en Europe ne pourrait être plus dense. Et après tant de rencontres et de négociations, une idée est claire : les États-Unis ne sont plus ce qu’ils étaient dans le jeu impérialiste mondial.

Table des matières

  1. Les batailles entre partenaires peuvent porter sur les capacités d’alignement des États-Unis
  2. Les États-Unis n’ont pas la capacité d’imposer leur stratégie contre la Chine à leurs propres alliés
  3. Les États-Unis ne peuvent pas donner au Green Deal une forme et des objectifs seuls
  4. Espagne, Turquie et autres « gestes » de Biden en Europe
  5. Biden en Europe : premier acte d’un drame qui ne fait que commencer

Les batailles entre partenaires peuvent porter sur les capacités d’alignement des États-Unis

Sommet du G7, première scène de Biden en Europe.
Sommet du G7, première scène de Biden en Europe.

 

Biden en Europe voulait gagner des alliés pour son grand jeu impérialiste mondial et supposait que le conflit avec la Chine attirerait l’attention de ses partenaires. Ce n’était pas le cas. Il y a d’abord eu les différends entre l’UE et la Grande-Bretagne , puis entre le Japon et la Corée du Sud . Le G7 a clairement indiqué que l’aggravation des tensions et des contradictions impérialistes – tout le monde a désormais besoin de plus de marchés que jamais – ne facilite pas la tâche à Washington pour aligner ses supposés partenaires sur des orientations communes. Ils ont tendance à prioriser les batailles entre eux.

 

Les batailles éclectiques entre Johnson et Macron au nom de l’Irlande du Nord et les menaces pas trop voilées pour nourrir les mouvements d’indépendance au sein du Royaume-Uni ne sont que la mise en scène de quelque chose que la Grande-Bretagne et l’UE, ainsi que le Japon et la Corée partagent : la prééminence de leurs intérêts régionaux et la volonté de ne pas laisser leurs différends se régler depuis Washington.

 

Les États-Unis n’ont pas la capacité d’imposer leur stratégie contre la Chine à leurs propres alliés

Sommet de l'OTAN, deuxième événement majeur de Biden en Europe
Sommet de l’OTAN, deuxième événement majeur de Biden en Europe

 

Cela est projeté sur la stratégie avant la Chine. Pour le Japon et la Corée, c’est un problème régional et en fait leur principal conflit impérialiste. Avec une Grande-Bretagne désespérée à la recherche de marché, ils peuvent adhérer à la route de la soie alternative proposée par les États-Unis , mais l’Europe est autre chose. Ce qu’elle a à gagner d’un tel projet ne vaut pas ce que la Chine elle-même représente. Si à Washington ils s’attendaient à ce que le séjour de Biden en Europe serve à enrôler des Européens, ils se sont trompés .

 

Il était déjà clair pour Biden qu’il ne pouvait pas s’attendre à un changement brusque de stratégie de Paris ou de Berlin. L’UE a besoin de la Chine et de la Russie dans pratiquement toutes les dimensions pour ses principales stratégies actuelles. À commencer par les propres investissements et marchés de la Chine qu’elle ne peut se permettre de voir en péril. Et poursuivant pour le Pacte vert, (le Pacte vert est le nom du plan de conversion de l’économie industrielle mécanique traditionnelle vers l’économie numérique hyper technique. Les économistes bourgeois utilisent aussi l’expression « The Great Reset » NDÉ) irréalisable sans les minéraux critiques et les terres rares que la Chine monopolise .

 

Ainsi, les États-Unis peuvent arracher à l’OTAN la déclaration, pour la première fois, de la Chine comme menace atlantique et renforcer son discours impérialiste interne avec un semblant de consensus. Mais les Européens n’iront pas plus loin. La réponse prévisible de Pékin est déjà assez coûteuse pour eux .

 

Les États-Unis ne peuvent pas donner seuls au Green Deal une forme et des objectifs

Le séjour de Biden en Europe comprend un mini-sommet avec les dirigeants européens pour discuter du Green Deal
Le séjour de Biden en Europe comprend un mini-sommet avec les dirigeants européens pour discuter du Green Deal

 

L’impuissance de Biden en Europe à imposer l’agenda américain a été clairement mise en évidence au G7 et son incapacité à fixer des calendriers minimum communs pour le Green Deal . Mais c’est aussi l’enjeu aujourd’hui avec les premiers ministres et présidents de l’Union européenne : l’ Alliance pour les technologies vertes entre les États-Unis et l’UE, c’est la reconnaissance que pour la stratégie de relance du capital au détriment des revenus du travail qu’est le Pacte vert fonctionne, il a besoin non seulement d’un marché des capitaux fluide des deux côtés de l’Atlantique, mais aussi d’un rythme temporel (d’un agenda) et de mesures politiques.

 

Biden en Europe a vérifié que l’UE n’est pas sur le point de modifier substantiellement sa feuille de route. En principe, l’UE ira plus vite que les États-Unis, ce qui lui donnera la possibilité de lever plus de capitaux. Cela signifie qu’une partie de l’injection gigantesque d’argent public du New Green Deal se retrouvera de ce côté-ci de l’Atlantique. Et bien sûr, si Biden est prêt à concéder un certain avantage, il ne veut pas subventionner indirectement les Européens. Désormais, il n’y a plus la fameuse direction, c’est carrément la négociation tête a tête.

 

Espagne, Turquie et autres « gestes » de Biden en Europe

  • biden erdogan
  • Biden en Europe avec Erdogan pour la première fois
  • biden sanchez
  • Biden en Europe avec Sánchez pour la première fois 

Biden en Europe a eu le temps de donner de l’ affection et des sourires à Erdogan malgré le fait qu’il joue à un jeu de plus en plus dangereux :

 

Car les derniers gestes européens, avec le Parlement européen demandant par exemple la suspension formelle et définitive des pourparlers d’intégration, permettent aux Etats-Unis d’utiliser la Turquie comme une forme de pression contre Berlin et surtout Paris, tout en se positionnant comme un médiateur.

 

De même explique le camouflet , sinon l’humiliation symbolique de Sánchez lors du séjour de Biden en Europe. En gardant simplement ses distances, Biden libère le Maroc pour poursuivre sa stratégie de guerre froide . En Espagne, ils s’attendaient à ce qu’il renverse la position de Trump sur le Sahara. En Algérie, plus avertis, ils considéraient cela comme impossible . Les Etats-Unis sont conscients qu’il leur suffit d’ignorer le conflit impérialiste entre les deux voisins du détroit pour faire pression sur l’Allemagne… et ils jouent sans précipitation.

 

Biden en Europe : premier acte d’un drame qui ne fait que commencer

Le séjour de Biden en Europe a permis de clarifier les différences stratégiques entre les États-Unis et ses partenaires présumés. Les États-Unis n’ont pas la capacité aujourd’hui de refaire le soi-disant bloc occidental . Il ne peut que le promouvoir, construire un réseau d’engagements et d’intérêts dans l’espoir que petit à petit, ses propres objectifs impérialistes serviront à unir une Europe qui, comme Macron l’a dit à Biden, ne veut pas dépendre des États-Unis pour atteindre ses buts, ses propres objectifs… par ailleurs de nature identique et concurrent à ceux des États-Unis.

 

Mais ce processus ne peut avancer qu’au prix d’une augmentation des tensions militaires et économiques mondiales. Que ce soit la Route verte de la soie présentée par Biden en Europe ou la remise en cause de Taïwan , la reconversion massive des flottes marchandes que les Etats-Unis veulent imposer à l’Organisation maritime internationale au sein du Pacte vert ou le traitement du gaz russe… toutes les initiatives présentés par Biden en Europe, représentent une augmentation immédiate du degré de contradiction et de conflit entre les différents capitaux nationaux et leurs intérêts, nécessairement impérialistes.

 

Le drame ne fait que commencer. On assiste à sa démarche avec ce salon Biden en Europe. Mais nous, travailleurs, voyons déjà clairement ce qu’il nous réserve : dans l’appauvrissement immédiat déguisé en sacrifice pour le climat ou la compétitivité, à moyen et long terme, une profusion de conflits armés.

 

 

 

Robert Bibeau | 22 juin 2021 à 12 h 29 min | Catégories : 7-de-lhexagone | Adresse URL : https://les7duquebec.net/?p=264946

Partager

Plus d’histoires deChine