Aller à…
RSS Feed

25 octobre 2020

Une Fiction : Chronologie de la guerre en Pyrie


Excellent texte d’un auteur réellement indépendant :
Chronologie de la guerre en Pyrie,
du 3 septembre au 14 octobre 2011.

Texte de fiction,
par Olivier Mathieu, écrivain.


3 septembre 2011. A Horor, deuxième ville de Pyrie, située dans le sud du pays, on ne sait quel a été le facteur déterminant. Fut-ce l’arrestation supposée  d’un militant de la Suprématie Universelle du Bien et du Mieux? Le résultat des tractages récents, par l’aviation de l’Alliance du Bien et du Mieux, de tracts de propagande?  Quelque chose provoque des émeutes, c’est certain. Des centaines de personnes (réunies à travers le « social network » Face-Bien)  affrontent des policiers dont les agences de presse occidentales précisent aimablement qu’ils sont « pro-gouvernementaux » (remarquez, on ne sait aucun pays au monde où les policiers ne soient pas pro-gouvernementaux)Š Les manifestants marchent sur la place del’Atrocité. Des manifestations éclatent également à Labominable, chef-lieu de région, où trois milliards de personnes (selon ce que rapporte la presse internationale) auraient été victimes du Pire.
  *       4 septembre 2011. L’opposition appelle à un « Jour de la révolte » contre le gouvernement de la Pyrie, accusé d’avoir des armes pyriques (qui sont les pires de toutes).Celui-ci mobilise ses partisans et répond par la force, comme le dénonce à juste titre la presse occidentale. Le gouvernement de la Pyrie a le culot d’appeler les insurgés des « terroristes », ce qui provoque une levée de boucliers dans les gouvernements occidentaux, qui rappellent leurs ambassadeurs. Indignés, ils promettent une réunion au sommet afin d’envisager une opération humanitaire d’exportation du Bien et du Mieux en Pyrie. Des affrontements éclatent, où sept mille manifestants sont victimes du Pire (selon ce que rapportent les agences de presse du Bien et du Mieux, en employant le mode grammatical du conditionnel), tandis que des manifestations ont lieu dans toutes les villes importantes de Pyrie.
       *       5 septembre 2011. La zone allant de la frontière pyrienne jusqu’à La ville des pas gentils, comprenant les villes de La Méchanceté et de Lasadiquerie, passe aux mains des insurgés. De son côté, le chef d’Etat de la Pyrie ose se défendre des accusations portées contre lui, dans un message diffusé par la télévision pyrienne. Le Secrétaire en Chef de l’alliance du Bien et du Mieux évoque soixante milliards de victimes du Pire et du Pyre.
  *       6 septembre 2011. Le Grand Conseil de l’Alliance du Bien et du Mieux  impose unembargo sur strictement tout, y compris sur  la vente d’armes ou de matériels de guerre à la Pyrie. Et, en outre, le Grand Conseil du Bien et du Mieux ordonne une interdiction de voyager   (sur le sol des Etats membres de l’Alliance du Bien et du Mieux) concernant six mille personnes, dont le Président de la Pyrie, ses familiers et ses ministres. Par cette résolution, les membres du Grand Conseil de l’Alliance du Bien et du Mieux  considèrent que« les répressions systématiques » menées contre les populations en  Pyrie « seront assimilées à des crimes contre l’Alliance du Bien et du Mieux « . La situation est donc grave et sérieuse.
    *       7 septembre 2011. L’Union du Grand Conseil de l’Alliance du Bien et du Mieux  inflige de nouvelles sanctions au gouvernement pyrien, qui se  trouve (rappelons-le) sous le coup d’un embargo sur les ventes d’armes et d’une interdiction de se rendre  sur les territoires des Etats membres du Grand Conseil de l’Alliance du Bien et du Mieux. On gèle et confisque en outre les avoirs du président pyrien et de ses ministres, de sa famille et de son gouvernement, et l’on interdit (évidemment) la vente au gouvernement pyrien de marchandises telles que le gaz lacrymogène ou, plus en général, de tout matériel anti-émeutes.
       *       8 septembre 2011. Le « Conseil national pyrien de passage vers le Bien et le Mieux » est mis en place par les représentants de l’insurrection, et se déclare pour ce qu’il est de toute évidence, à savoir  « le seul représentant légitime de la Pyrie« , à l’issue de sa première réunion de travail.
        *       9 septembre 2011. L’Etat Parfait (qui est l’un des « meneurs » au sein de la Coalition du Bien et du Mieux)  reconnaît le « Conseil national pyrien de passage vers le Bien et le Mieux » comme le seul « représentant légitime du peuple pyrien ». En réponse, le gouvernement de la Pyrie suspend ses relations diplomatiques avec l’Etat Parfait. On a les larmes aux yeux de devoir rappeler que la Pyrie (qui est méchante) ose appeler l’Etat Parfait (qui est parfaitement bon): « l’Etat du Nain aux Grandes Oreilles« .
        *       10 septembre 2011. Le Grand Conseil du Bien et du Mieux se prononce pour l’instauration d’une zone d’exclusion dans le ciel pyrien. En gros, il est donc interdit au gouvernement pyrien de voler dans l’espace aérien pyrien. Le Grand Conseil autorise en outre « toutes les mesures nécessaires »  pour garantir la protection des populations pyriennes face à l’armée pyrienne.
      *       11 septembre 2011. En marge des célébrations de l’anniversaire de la fondation de l’Union du Bien et du Mieux, la coalition du Bien et du Mieux (ulcérée à juste titre par le Pire –  et par le Pyre – de la Pyrie) passe à l’offensive. Premiers  raids aériens d’exportation démocratique sur des objectifs en Pyrie.
*       12 septembre 2011. Bien des pays (y compris des anciens alliés, ou supposés tels, de la Pyrie) reconnaissent le Conseil national pyrien de passage vers le Bien et le Mieux. En attendant mieux, des dizaines de pays et d’organisations annoncent la création d’un « groupe »chargé de l’opération internationale qui se prépare.
       *       13 septembre 2011. Le président pyrien (qui est très mauvais) accepte des négociations pour mettre fin à la crise en Pyrie. Mais le Conseil national pyrien de passage vers le Bien et le Mieux refuse les négociations. Les opérations intelligentes d’exportation démocratique se succèdent contre les forces de la Pyrie. Les insurgés du Conseil national pyrien de passage vers le Bien et le Mieux rejettent tout plan de paix. Leur seule et unique revendication est, disent-ils,  de prendre le pouvoir en Pyrie. Toutes les capitales envoient des conseillers en opérations intelligentes d’exportation démocratique auprès du Conseil national pyrien de passage vers le Bien et le Mieux.
  *       14 septembre 2011. Divers membres de la famille du président pyrien, probablement en guise d’avertissement, sont tués dans des raid aériens d’exportation intelligente du Mieux et du Bien, ainsi que trois arrière-arrière-petits-enfants (dont les responsabilités ne sont pas claires, selon de rarissimes voix discordantes, mais vite étouffées) du dirigeant pyrien.
      *       15 septembre 2011. La rébellion, c’est-à-dire plus précisément  les troupes des insurgés encadrées par les troupes – sur le terrain – des armées de la Coalition du Bien et du Mieux,  commence l’assaut de la capitale et des principales villes de Pyrie. Ces villes, petit à petit, vont revenir à la liberté, au Bien et au Mieux.
  *       16 septembre 2011. Le Grand Conseil du Bien et du Mieux prolonge officiellement sa mission jusqu’au moment où le Mal, le Pire et le Pyre seront définitivement éradiqués de Pyrie. Le Grand Conseil conduit des raids – géniaux d’intelligence – d’exportation du Bien et du Mieux. On compte quelques dizaines de victimes collatérales, mais les excuses ont aussi immédiates que sincères, et habituelles.
   *       17 septembre 2011. Le Groupe de contact sur la Pyrie, réuni dans une grande capitale, décide et jure de donner un appui politique et économique à la rébellion pyrienne, par exemple en établissant tous les mécanismes lui permettant de réunir  des fonds. La Grande Secrétaire d’Etat de l’Union du Bien et du Mieux affirme à la télévision, l’index pointé pour mieux convaincre son auditoire,  que les jours du régime « mauvais, et pas bon, et odieux, et très méchant » de la Pyrie sont « comptés » et qu’il faut préparer « la Pyrie de l’après-Pire, qui sera la Pyrie du Bien et du Mieux ». On ne saurait mieux dire. D’ailleurs, la Cour  internationale du Droit, du Bien et du Mieux annonce la délivrance d’un mandat d’arrêt contre le (méchant, et pas bon) président pyrien, et ses ministres, et leurs familiers jusqu’à la dix millième génération.  L’opinion publique internationale applaudit très fort. (Nous aussi).
        *
*
*       Scènes ordinaires des discothèques occidentales. Les femmes d’autrefois gardaient sans doute plus de mystère pour leurs maris, leurs amants ou leur soupirants. Aujourd’hui, la globalisation a aussi contagié le domaine des moeurs et de la séduction. Que reste-t-il du mystère, de l’amour, de la passion, du romantisme? Et que reste-t-il de la transgression véritable?


        *       18 septembre 2011. Dans un discours diffusé à la télévision, le leader pyrien  continue à défier (c’est très mal)  la communauté internationale. Il appelle ses partisans à « libérer » la Pyrie des insurgés et réaffirme, avec une outrecuidance répugnante, qu’il ne quittera jamais son pays natal. On le voit, le président pyrien ne comprend donc absolument rien au Bien. Les capitales du Bien et du Mieux reconnaissent que les insurgés sont  « l’autorité gouvernementale légitime«  de la Pyrie.  Cela permet, entre autres, de « dégeler » (en langage non diplomatique, de confisquer)  les avoirs appartenant à l’Etat pyrien, explique leMinistre des relations internationales de la Grande Union Planétaire du Bien et du Mieux.
*       19 septembre 2001. Le Royaume du Bien accentue la pression sur la Pyrie en reconnaissant à son tour comme seul « gouvernement légitime » en Pyrie le Conseil national pyrien de passage vers le Bien et le Mieux. Les autres Etats du Bien et du Mieux  annoncent également l’expulsion des derniers diplomates fidèles au régime pyrien, et invitent le Conseil national pyrien de passage vers le Bien et le Mieux à s’installer dans les ex-ambassades pyriennes.
      *       20 septembre 2011. Le gouvernement pyrien, désormais – et par bonheur – vilipendé par toute la communauté internationale des « Hommes de Bonne Volonté », accuse la Coalition des Pays du Bien et du Mieux d’avoir  tué sous leurs bombardements de nombreux civils pyriens.
     *       21 septembre 2011. Les rebelles occupent les régions limitrophes entre la Pyrie et le monde extérieur. Cette offensive marque l’avancée la plus spectaculaire des insurgés dans les zones encore contrôlées par les partisans du gouvernement pyrien. Par ailleurs, les forces pyriennes lancent pour la première fois depuis le début du conflit un missile balistique de type « Lance-Pierre » , et un autre de type « Pétard à mèche ». Ces missiles tombent à 50 kilomètres de leurs objectifs, sans faire – par bonheur, mais comme d’habitude – de victimes.
  *       22 septembre 2011. On évoque d’éventuels pourparlers entre des représentants des rebelles et des représentants du régime pyrien. Le président du « Conseil national pyrien de passage vers le Bien et le Mieux » dément toute discussion avec le régime du Mal, du Pire et du Pyre.
       *       23 septembre 2011. La chute du régime pyrien n’est plus qu’une question d’heures. Entrés dans la capitale, les rebelles encerclent la résidence du dirigeant pyrien, de sa famille et de ses ministres, qui refusent toujours de se rendre. Selon le New York Times, les pays de la Coalition du Bien et du Mieux ont intensifié les opérations intelligentes d’exportation du Bien et du Mieux,  ces derniers jours, contribuant à faire pencher la balance en faveur des insurgés qui luttent pour le Bien et le Mieux.
       *       24 septembre 2011. La bataille est terminée, selon les rebelles, mais aussi selon la presse des pays de la Coalition du Bien et du Mieux. Le « Conseil national pyrien de passage vers le Bien et le Mieux » diffuse un premier bilan des combats :  près de 6.000 mercenaires pro-pyriens ont été capturés, avant qu’on leurŠ explique ce qu’est le Bien et le Mieux. Les chefs de l’Etat pyrien restent introuvables. Ils continuent pourtant à diffuser de temps à autre des messages en prétendant avoir abandonné leurs domiciles personnels  (rasés au sol et / ou pillés) et leurs bunkers (détruits), pour des « raisons tactiques ». La communauté internationale – notamment les plus grands des chefs d’Etat, géants de la pensée, de la stratégie militaire et de l’action philanthropique, et qui n’ont d’autre ambition que celle d’établir le Règne universel et millénaire du Bien et du Mieux, promettent de maintenir  leur aide aux rebelles, notamment pour « gérer au mieux » les puits pétrolifères de la Pyrie. On leur fait toute confiance, oui, pour « gérer » les puits.
        *       14 octobre 2011. La guerre est finie. La paix est établie. Le chef de l’Etat pyrien, ses enfants et ses petits-enfants,  et ses ministres aussi, sont portés devant la Haute Juridiction de la Paix, du Bien et du Mieux, de façon à ce que justice soit faite. Justice est faite. Certains ministres de l’Etat pyrien ont choisi le suicide. D’autres ont été assassinés.
*       Les « moins pires » (sic) et
 les moins pyres des ministres pyriens ont eu l’intelligence – à la suite d’une révélation mystique – de rejoindre les rangs du « Conseil national pyrien de passage vers le Bien et le Mieux ».
*       La Pyrie ne s’appellera plus, dorénavant, la Pyrie. Ce sera la Mieux-Pensance. Donc, le « Conseil national pyrien de passage vers le Bien et le Mieux », une fois passé au Bien et au Mieux, s’appelle :
 Gouvernement légitime de la Bonnerie et de la Mieux-Pensance, ex-Pyrie.
*       Alleluia.
*       (On apprend que
 les accusations initiales, selon lesquelles la Pyrie aurait eu des armes pyriques – qui sont les pires de toutes –  étaient fausses. Personne ne fait attention à cette nouvelle sans importance).

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,