Aller à…
RSS Feed

26 octobre 2020

Conférence de Presse du collectif « Pas en notre Nom », 4 Juin 2012


Paris, Le 17 Mai  2012
Madame, Monsieur,
Le Collectif Pas en Notre nom se saisit de l’occasion des législatives, comme il l’a fait lors des
présidentielles et le fera en d’autres circonstances, pour interpeller les femmes et les hommes
politiques français sur les questions d’ingérences et de souveraineté des peuples.
Les futurs élus qui constitueront le corps législatif de la Nation auront le rôle capital de guider et  contrôler un exécutif qui ne peut être laissé libre comme lors du quinquennat précédent  de concevoir  et appliquer toute décision d’importance qui engage la paix dans le monde et la prospérité de notre peuple.

L’implication récente de la France en Côte d’Ivoire, en Libye, en Syrie et dans d’autres pays
se fait au nom d’une ingérence qui est dénuée de tout fondement juridique international.
Elle a conduit d’une part à la mort de plusieurs centaines de milliers de personnes, à la destruction de  ressources pour ces pays et à des déplacements de millions de réfugiés.
Elle a d’autre part ruiné le crédit de la France comme médiateur et promoteur de paix tout en
infligeant une déformation flagrante aux règles du droit qui inscrit dans ses principes premiers celui du respect de la souveraineté des peuples.
La poursuite inconsidérée de buts sans rapport avec les intérêts de la nation française met le monde  entier en péril. La récente déclaration du Premier Ministre de Russie, Dimitry Medvedev, au Forum  du droit international à Saint-Pétersbourg ce 17 mai d’un recours éventuel à l’arme nucléaire, en  retour,  pour contrer les interférences militaires dans les affaires intérieures de pays tiers en est le  symptôme le plus aigu et donne la teneur de la menace d’un embrasement généralisé.
Le Collectif adressera également aux candidats et à leur représentation des questions d’ordre
économique puisque une véritable guerre est menée de façon frontale par la finance internationale  contre les États qui se sont progressivement délestés à son profit de tout pouvoir d’ajustement  monétaire et d’endettement souverain. Il mettra à profit cette occasion pour les interroger quant à  leur position sur le détournement du refus référendaire du peuple français du Traité de Constitution  Européenne. L’approbation du traité de Lisbonne constitue un véritable acte de piraterie de la  démocratie.
Le collectif « pas en notre nom » est indépendant et non partisan. Il milite pour le règlement des  conflits dans le cadre pacifique du droit international chèrement acquis au lendemain de la deuxième  guerre mondiale. Il récuse toute ingérence étrangère qui bafoue la souveraineté des  peuples.
Nous serons très heureux de vous accueillir à notre prochaine conférence de presse, le
Lundi 4 Juin 2012 18h00
au « Miyanis »
132 Boulevard de Ménilmontant
75020  Paris
Station Ménilmontan

Pour la  défense des souverainetés nationales
Contre les guerres d’occupation et les ingérences  étrangères
pasennotrenom.org, [email protected]
Convergence des Causes, NordSud-PatrimoineCommmun, AFA « Appel Franco Arabe », Association Panafricaine de France, Collectif GTT « Les patriotes malgaches »,
Cités2000, CODESCI « Comité de Défense des Institutions et de la Souveraineté de la Côte d’Ivoire », « Le pont de la  Méditerranée », International Solidarity Movement, C.R.C.
Coordination Régionale des Cités, M.S.A Mouvement Syndical Associatif, Communauté des syriens en france, FSC « Front Syndical de Classes », « Si l’union africaine se faisait
maintenant… », Cercle des Volontaires, CPLA Coordinnation  pour la Paix en Libye Africaine (liste ouverte)

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,